« Sans une pensée stratégique, on ne peut faire que panser »

 |   |  1011  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Réunies en colloque à l'Assemblée nationale, les têtes de pont de l'intelligence économique ont délivré un message clair : il est nécessaire de construire une stratégie à long terme pour pouvoir passer d'une action défensive à une action offensive, pour faire en sorte de créer des différentiels de compétitivité en notre faveur, et donc, pour que la France ne perde pas de terrain dans le jeu des puissances mondiales, à défaut d'en gagner.

La France pourrait payer le prix fort de son défaut de stratégie à long terme : ne plus s?appartenir. Car les autres pays ne l?attendent pas pour avancer et gagner du terrain, y compris sur le territoire français.
C?est le constat malheureux, mais pas (encore) irréversible, auxquels sont arrivés plusieurs intervenants au colloque dédié à l?intelligence économique, qui s?est tenu mardi 11 décembre à l?Assemblée nationale.
Philippe Clerc, expert en intelligence économique internationale auprès des Chambres de commerce et d'industrie, a multiplié les comparaisons internationales : tandis que le système américain impose ses propres normes, que le système chinois prend le meilleur du savoir-faire américain et de l?intelligence culturelle européenne, que le système brésilien reconstitue la stratégie de ses concurrents en traçant leurs dépôts de brevets, et que le système coréen construit une prospective à long terme et applique sa stratégie sur 25 ans, la France se replie sur elle-même et applique des rustines.

Un positionnement défensif

"Quand on n?a pas de stratégie, on se contente de copier les autres : le modèle japonais dans les années 1980, le modèle chinois dans les années 1990, le modèle allemand aujourd?hui. La question aujourd?hui c?est : où voulons-nous que la France soit dans 20 ans ? Lorsqu?on ne pense pas à la stratégie, on ne peut faire que panser. On se rétracte et on fait du sécuritaire, estimant que les ennemis sont à l?extérieur", affirme Jean-Louis Levet, économiste et conseiller auprès de Louis Gallois, Commissaire général à l?investissement.
Ce positionnement défensif de la France a d?ailleurs été déploré à plusieurs reprises. Et pour cause : "la tentation sécuritaire nous amène trop souvent à privilégier le défensif, qui nous paraît exempt du moindre risque. Or on ne peut pas gagner la guerre en étant défensif. Pour écraser l?adversaire, il faut l?attaquer", déclare Alain Juillet, ancien Haut responsable à l?intelligence économique et président de l?Académie de l?intelligence économique.

Aux grands maux les grands remèdes

Les différents intervenants ont multiplié les diagnostics et les remèdes. Alain Rousset, député PS et président de l?Association des régions de France, affirme ainsi que "nous avons d?énormes difficultés quant à la maturation de nos technologies. Il faudrait transformer les dépôts de brevets en produits. Car nous sommes en train de nous faire cannibaliser nos technologies".
Préserver les intérêts stratégiques français en évitant par exemple le rachat de certaines entreprises, identifier les segments de croissance future, transformer la masse d?informations recueillies par les différents corps publics en informations à valeur ajoutée, ont également fait partie des différentes problématiques soulevées.
"Nous devons soutenir la compétitivité de nos entreprises dans un monde fait de concurrence déloyale et créer des différentiels de compétitivité en notre faveur", déclare Boris Vallaud, conseiller auprès d?Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.
Plusieurs experts ont également insisté sur la nécessité de jouer collectif et de "chasser en meute". "Nous n?avons pas développé de stratégie assez offensive pour emmener les petites entreprises derrière les grands groupes. Il faudrait une stratégie nationale d?influence", ajoute Boris Vallaud.

Influence et contre-influence

Claude Revel, spécialiste du droit des affaires et des problématiques d?influence, est justement chargée par Nicole Bricq de réaliser un rapport sur l?influence française au sein des instances de normalisation internationales. "La concurrence internationale concerne aussi les règles du jeu, qui sont, en France, à 90% d?origine européenne, et en Europe, à 50% d?origine étrangère", remarque Claude Revel.
Un point de vue que défend sans détours Alain Juillet : "La problématique, c?est que le combat se déroule à armes égales entre nos entreprises et celles d?autres pays. Sinon, la distorsion de concurrence est telle que nous ne pouvons que perdre. Et la concurrence n?est possible que dans l?équité. Le rôle de l?influence et de la contre-influence, c?est de maintenir l?équilibre et d?éviter la désinformation".

"Saisir ce qui commence"

La nécessité de construire une stratégie à long terme n?a pas non plus été démentie. "On ne travaille pas assez sur la prospective, alors que c?est ce qui détermine ce que l?on doit chercher et où on doit le chercher", Alain Juillet.
Quant à Jean-Louis Levet, pressenti pour diriger le Haut commissariat à l?intelligence économique et à la prospective, il estime que : "L?intelligence économique, c?est la capacité à mobiliser l?information pour développer une capacité d?anticipation". Et de citer François Dalle, acteur de la transformation de L?Oréal : "Saisir ce qui commence".
Parallèlement à la définition d?une stratégie pour la France, les principales pistes à explorer selon lui sont les suivantes : rendre les entreprises moins vulnérables (en évitant des rachats, mais aussi en identifiant des partenaires susceptibles de consolider des filières), accroître l?influence normative et le pouvoir de négociation français, dispenser davantage de formations, ou encore coordonner la collecte d?informations.
Reste aujourd?hui à dépasser la théorie, à coordonner tous ces idées et initiatives, et à les lier par une véritable stratégie de puissance. Sinon, elles ne pourront demeurer que des actions isolées, qui ne feront pas de petits, et encore moins de grands?
Et sans quoi, au final, la France pourrait bien ne devenir qu?un pion sur l?échiquier des puissances mondiales.

Pour aller plus loin :

>>> Pacte Ayrault : « La copie est hors sujet sur la place de la France dans le monde » (interview de Christian Harbulot, directeur de l?Ecole de guerre économique)
>>> L?intelligence économique, remède à une compétitivité rampante

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2012 à 14:23 :
Une Académie en Intelligence Economique, un rapport sur l'influence normative française, demander qu'un combat se fasse à armes égales.... c'est la France en train de discuter avec le commandant Sylvestre - digne des guignols de l'info !
Ca a toujours été le défaut de la France : intelectuellementt au dessus de tout et tous, forte de son Histoire, de ses grandes écoles, de ses ingénieurs qu'elle adore mettre en avant. Elle a décidé de se démarquer par l'intelect, quand les autres peuples mobilisent toutes leur ressources.. et toutes les mains.
"L?intelligence économique, c?est la capacité à mobiliser l?information pour développer une capacité d?anticipation" - avant de développer une anticipation, encore faudrait il avoir une troupe à la manoeuvre dans l'instant.
Où sont toutes ces entreprises désireuses d'exporter ? Aujourd'hui, je n'ai plus de clients français, mais espagnols, italiens, indiens, turques, danois, polonais, desireux développer leurs ventes en Europe et en France.
a écrit le 19/12/2012 à 16:44 :
Ouah!... Que de bla-bla-bla provenant de ces soit-disant experts!... Je suis convaincu qu'ils n'ont jamais monte leur propre boite mais savent donner des lecons... Mais au moins ils ont conscience que la France va mal...
a écrit le 12/12/2012 à 18:26 :
y'a qu'a,faut con.Y causent beau tous ces gens.
a écrit le 12/12/2012 à 17:41 :
Si il y a une intelligence économique alors son Q.I ne doit pas voler haut..... Ou alors ils ont été au chômage durant toutes ces années
a écrit le 12/12/2012 à 17:13 :
tous ces rapports réunions comissions qui convergent depuis depuis 10 ans et pourtant aucune action n a été entreprise pendant que les concurrents se batissent des stratégies de guerre . On en revient a l '"étrange défaite" de Marc Bloch sur l avant guerre ,avec une elite politique autiste et deconnectée des realités malgré les avertissements de generaux .C est la meme gauche pétainiste,resignée,capitularde aujourdhui au pouvoir
a écrit le 12/12/2012 à 17:01 :
Que de chemin parcouru depuis le travail pionnier d'Henri Martre ( 1994) qui a donné naissance à l'I.E.Une foultitude de rapports,contributions et colloques se sont succedés à un rythme soutenu( Remy Pautrat,Bernard Carayon,Alain Juilllet,Olivier Darrason, ect), donnant naissance à une multituge d'agences chargées de " défendre les industries".Du reste, un récent " manuel d'intelligence économique" sous la direction de Christian Harbulot( éd.PUF,collection Major) apportera quelques lueurs sur une discipline dont la légitilmité est encore contestée.
a écrit le 12/12/2012 à 16:39 :
On a jamais vraiment eu de chance jusqu'au mois de mai dernier en matière de vision stratégique, mais là avec Hollande c'est le pompon... enfin pour la France, parce que pour la politique politicienne, il sait comment s'y prendre le monsieur.
Réponse de le 12/12/2012 à 19:26 :
Eh, c'est ça Robin des Bois : il vole les riches, pour donner aux pauvres en se servant au passage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :