Smart grids : le nouveau défi des Etats-Unis

 |   |  712  mots
Le réseau électrique américain est constitué de 7 000 centrales , de 700 000 kilomètres de lignes à haute tension et de 3.5 millions de kilomètres de lignes de raccord...
Le réseau électrique américain est constitué de 7 000 centrales , de 700 000 kilomètres de lignes à haute tension et de 3.5 millions de kilomètres de lignes de raccord...
Le système électrique américain poursuit sa mue digitale. L'objectif ? Un réseau énergétique unique et intelligent.

Alors que les débats français sur la transition énergétique ou les réussites (menacées par les convoitises étrangères ? ) d'Alstom ont porté sur les fonts baptismaux le concept de smart grid en France, peu d'observateurs ont tenté d'en donner une définition rigoureuse. A dire le vrai, force est de reconnaître que ce thème recouvre une réalité variée et une multiplicité de domaines: informatique, génie climatique et électrique, économies d'énergies, systèmes de surveillance, etc..

Il est aisé de comprendre ce qu'est le grid car derrière le barbarisme anglo-saxon, il existe déjà dans notre quotidien dans la mesure où il est constitué du réseau électrique  et de ses centres névralgiques (contrôle, surveillance et distribution). L'enjeu est bel et bien le dépassement technologique d'une réalité souvent vétuste et antique afin de rendre ce grid ou réseau plus intelligent et efficace, c'est-à-dire « smart ».

Un réseau de nouvelle génération

Nulle part ailleurs qu'aux Etats Unis, pays pionnier de l'électrification avec le legs d'Edison, on ne découvre l'impérieuse nécessité de la mise à niveau et de l'amélioration du réseau électrique, à l'aune de la vétusté et de la complexité du réseau. En atteste plusieurs incidents récents: en septembre 2013, à Cookeville, Tennessee, le passage d'un simple raton-laveur dans une installation électrique a produit une véritable boule de feu qui a privé d'électricité 6000 américains pendant 24h ; par ailleurs les black-out se sont multipliés ces dernières années dans les grandes villes - y compris New York.

Et pourtant les fournisseurs d'électricité aux Etats-Unis (les géantes « utilities » telles que AEP, Sempra Energy, PG&E), aidés par une myriade de start-ups  et de fleurons industriels comme Johnson Controls, GE, ABB, Siemens, Honeywell, Alstom,  déploient en ce moment-même le fameux smart grid : dans quelques années, ce réseau de nouvelle génération reliera une armada de senseurs, capteurs, compteurs-releveurs de données fines, le tout lié par des logiciels d'analyses de données qui donneront aux ingénieurs des utilities l'information cruciale pour adapter, orienter et réparer le grid en temps réel.

Un système de production décentralisé

Par exemple, CenterPoint Energy, qui opère dans des régions des Etats Unis (Texas, Oklahoma, Kansas) soumises à de violentes tempêtes, aura bientôt accès à des logiciels lui permettant de corréler les avaries climatiques avec les pannes du réseau et de les réparer au plus vite. Le même système permettra à la société de guider l'usage du réseau par les utilisateurs en fonction d'économies d'énergie et de variation de coûts.

Enfin, cette modernisation du réseau permettra au grid d'être mieux relié aux sources d'énergies alternatives comme les centrales solaires. N'oublions pas, par exemple, que le solaire peut être généré par des particuliers dans de telles zones des Etats Unis, ce qui signifie adapter le réseau et la distribution a un système de production de plus en plus décentralisé.

L'enjeu du réseau unique et intelligent

Le réseau électrique américain est un système essentiellement mécanique qui doit achever sa mue digitale. Apres des années de sous-investissement, ce système menace de s'effondrer ; il est constitué de 7 000 centrales , de 700 000 kilomètres de lignes à haute tension et de 3.5 millions de kilomètres de lignes de raccord... Un ensemble valorisé à 870 milliards de dollars par l'Edison Electric Institute, avec 3 300 sociétés différentes (bien loin du monopole d'EDF) servant 150 millions de foyers... dont la moitié d'entre eux ont encore un compteur mécanique demandant à un employé de s'arrêter périodiquement pour relever le compteur a l'entrée d'une maison.

Les technologies sont désormais disponibles pour économiser de l'énergie, sauvegarder l'environnement, et améliorer le quotidien des américains : l'enjeu crucial est celui de l'intégration et de l'optimisation de toutes ces technologies au sein d'un réseau unique et intelligent. Probablement un challenge aussi important que celui des autoroutes de l'information, le grand chantier de Bill Clinton et Al Gore il y a vingt ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2014 à 23:05 :
Compteur linky en cours de déploiement en France ;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :