Nous sommes tous des médias !

 |   |  589  mots
(Crédits : Reuters)
Finies, les relations presse ? Aujourd'hui, on ne mesure plus l'efficacité de la communication d'une marque grâce à son réseau d'attachés de presse, mais à son réseau d'individus influents...

Nous sommes aujourd'hui tous des médias : dans tous les domaines, la parole n'est plus le privilège de certains, mais la possibilité de tous. Dans la vie publique, politiques, éditorialistes, associations, groupes de pression, mais aussi citoyens, sont en mesure de s'exprimer directement. 

Dans les affaires aussi, la communication publique n'est plus l'apanage des grandes entreprises : les petites entreprises, mais aussi et surtout les consommateurs (satisfaits ou non), se font entendre, racontent leurs histoires et influencent leurs pairs.

C'est la taille de l'audience qui compte

L'idée n'est pas ici de revenir sur la formidable révolution technologique qui nous a donné à tous les moyens d'être des médias et de diffuser largement autour de soi et bien qu-delà, texte, sons et images.

Nous le savons chacun de nos comptes sociaux, de nos posts de blog, de nos vidéos en ligne, de nos commentaires - modérés ou non -, de nos discussions sur les forums, de nos notes sur des sites d'évaluation peuvent être lus, entendus, vus et partagés par tous à travers le monde.

 Aujourd'hui, ce qui distingue un citoyen d'un autre, une entreprise d'une autre, ce n'est plus l'accès aux médias, mais son influence et la taille de son audience d'une part, mais aussi la cohérence de celle-ci par rapport aux thématiques adressées.

 

Un communication individualisée

L'idée est ainsi de réfléchir aux conséquences de ce « nous sommes tous des médias » pour l'entreprise. Comment peut-elle, elle-même, devenir un média, gagner de l'influence auprès de sa communauté, et interagir avec les autres médias que sont les médias traditionnels, les nouveaux médias, et les sept milliards de citoyens consommateurs que nous sommes ?

La communication d'entreprise ne peut plus être uniquement descendante et univoque, c'est-à-dire de l'entreprise vers le consommateur. Les relations presse ne peuvent plus se résumer à un rôle d'intermédiaire, de passeur entre l'entreprise et les médias.

Aujourd'hui la communication doit être multiforme, savoir diffuser largement, écouter tout ce qu'il se dit, réagir rapidement et parfois répondre individuellement. Désormais les relations presse s'intègrent dans ce continuum de communication. Mieux, elles y participent.

 
Construire le message de l'entreprise avec les influenceurs

La vocation première des relations presse est d'identifier les influenceurs les plus pertinents par rapport à une thématique donnée, de s'assurer qu'ils sont au courant de l'information diffusée par l'entreprise et idéalement d'obtenir une reprise positive de celle-ci pour qu'elle soit relayée plus largement.

Leur rôle ne s'arrête cependant pas là : les relations presse doivent aussi participer à la construction du message de l'entreprise et à son storytelling, produire des contenus, négocier des échanges gagnant-gagnant avec les médias et les influenceurs, et contribuer au reporting de l'entreprise et de sa direction marketing, pour ne pas être tenue pour subalterne.


Convertir son audience en client 

Les relations presse font ainsi partie intégrante d'une stratégie plus globale d'inbound marketing - spécialité de l'agence 1min30 -, une méthodologie pour attirer les consommateurs vers soi qui peut se résumer par la phrase "devenir son propre média et convertir son audience en client". 

 A tel point que l'on pourrait se demander dans quelle mesure l'inbound marketing ne représente pas le renouveau des relations presse !

 

Cet tribune est extraite du livre blanc "9 enseignements pour doper vos relations presse" à télécharger sur le site de l'agence de relation presse 1min30

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2014 à 11:41 :
Tous et toutes devenus des représentants de commerce qui travaillent gratuitement pour fassebouque...faut être taré.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :