Le marché salue le contrat de plus de 7 milliards d'euros décroché par Vinci

Réseau ferré de France a dévoilé ce mardi matin qui des trois majors français du BTP (Bouygues, Eiffage, Vinci) l'a emporté pour la concession de la ligne TGV Tours-Bordeaux. Et comme La Tribune l'a révélé dès lundi soir, c'est bien Vinci qui gagne ce contrat géant. Le titre Vinci gagne 0,74% à 43,80 euros.
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Comme la Tribune l'a révélé dès lundi soir (y compris sur votre iPhone), c'est bien Vinci qui a décroché le contrat pour la construction et la concession de la ligne à grande vitesse ferroviaire (ligne TGV) Tours - Bordeaux, qui portera Bordeaux à 2h05 de Paris à l'horizon 2016. Un contrat de plus de 7,2 milliards d'euros. Le marché apprécie, le titre Vinci progresse de 0,74% à 43,80 euros.

Réseau ferré de France a dévoilé ce mardi matin l'issue de la compétition entre les trois majors français du BTP (Bouygues, Eiffage, Vinci). « La bataille s'est jouée entre Vinci et Bouygues et Vinci l'a emporté en raison du prix qu'il a réussi à offrir" affirmait hier soir un banquier spécialisé, sachant que Eiffage était aussi dans la bataille.

Baptisée Sud Europe Atlantique (SEA), cette nouvelle ligne, qui courra sur 303 kilomètres, est le plus important projet d'infrastructure ferroviaire en Europe (plus de 7 milliards d'euros) qui sera concédé à un partenaire privé. Le lauréat devra la construire, la financer en partie et l'exploiter en supportant le risque de trafic. Remporter un tel contrat constitue pour Vinci une référence à l'international. Il financera la moitié du projet soit 3,5 milliards d'euros qu'il récupérera sur 50 ans via les péages acquittés par la SNCF (voire ses concurrents) à RFF. Ce contrat doit générer 60.000 emplois.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 31/03/2010 à 19:44
Signaler
A 7.2 milliard d'euros, l'appel d'offre est obligatoirement européen...

à écrit le 30/03/2010 à 10:02
Signaler
T'inquietes ! Les espagnols grattent à notre porte...Le seul problème c'est que, comme ils cassent les prix, le service après-vente ne suit pas et il y a quelques chantiers du Sud de la France qui sont en stand-bye depuis un moment, faute de résultat...

à écrit le 30/03/2010 à 9:46
Signaler
en meme temps n'est pas mieux de faire travailler du francais, tant en entreprise qu'en salariés.

à écrit le 30/03/2010 à 8:27
Signaler
Ca fait 24 Millions d'Euros du kilomètre ... Vinci va s'en mettre plein les poches ... Y a t'ilo vraiment concurence quand on a a faire aux trois géants du BTP français, je pense que non. A quand des appels d'offre européens ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.