Le CAC 40 a testé la barre des 3.800 points mais...

Le marché parisien est parvenu à repasser ce seuil qu'il n'avait pas touché depuis début mai avant d'être rattrapé par de mauvaises statistiques sur l'emploi américain et le repli des places financières à Wall Street.

A la clôture, le CAC 40 affiche une très légère hausse de 0,09% à 3.764,19 points.

Tout avait pourtant bien commencé sur la place parisienne. Le marché a dans un premier temps salué la dernière émission obligataire réussie par l'Espagne. Une annonce qui permis à l'indice phare de la Bourse de Paris de renouer avec les 3.800 points, un seuil qu'il n'avait pas touché depuis début mai.

Mais si les opérateurs n'ont pas été surpris par le statu quo monétaire de la BCE, ils ont en revanche été rendus plus frileux par la publication des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. Celles-ci sont remontées à leur plus haut niveau depuis avril, à 479.000 pour la semaine du 25 au 31 juillet alors que les analystes tablaient plutôt sur un recul des inscriptions.

La veille, les chiffres du cabinet ADP sur l'emploi dans le secteur privé avaient au contraire rassuré. Cette dernière statistique jette donc un voile plus sombre sur le rapport mensuel pour l'emploi officiel attendu ce vendredi. Dans la foulée de cet indicateur, les marchés américains évoluaient d'ailleurs en baisse et la Bourse de Paris réduisait encore un peu plus ses gains.

LES VALEURS EN HAUSSE

En tête du CAC 40, Lagardère a profité d'un relèvement de recommandation à l'achat de RBS, qui a aussi revu son objectif de cours de 26 à 34 euros. L'action bondit de 4,32% à 29,45 euros.

Les grandes valeurs industrielles sont bien orientées : EADS prend 2,95% à 18,67 euros, Alstom 2,86% à 42,13 euros et Bouygues 1,69% à 33,91 euros. Michelin gagne également 1,18% à 64,07 euros après que l'analyste S&P Equity Research a relevé son objectif de cours de 62 à 73 euros avec un conseil d'achat.

Première capitalisation du CAC 40, Total a soutenu le marché à la hausse avec une progression de 0,73% à 40,54 euros. Les cours du pétrole restent fermes et s'échangent à plus de 82 dollars. La valeur bénéficie aussi de la fin de déboires pour le britannique BP qui a bouché ce jeudi le puit à l'origine de la gigantesque marée noire dans le Golfe du Mexique.

Les valeurs bancaires ont profité de l'annonce du succès de l'émission obligataire espagnole. Crédit Agricole prend 1,06% à 11,01 euros, Dexia 0,2% à 3,96 euros et BNP Paribas de 0,18% à 55,99 euros.

LES VALEURS EN BAISSE

En revanche, Société Générale recule de 1,05% à 45,22 euros malgré des avis positifs d'analystes à la suite de la publication la veille des résultats de la banque. Sur le SBF 120, le marché s'est montré prudent sur Natixis (-1,17% à 4,29 euros) alors que la banque, et sa maison-mère BPCE, ont publié leurs résultats semestriels après la clôture du marché.

Le secteur lié à la consommation a été pénalisé par les résultats décevants d'Unilever et de Beiersdorf. Lanterne rouge du CAC 40, Danone recule de 2,08% à 42,91 euros et L'Oréal de 1,32% à 80,17 euros.

Le secteur des vins et spiritueux a souffert, à l'image de Pernod Ricard (-0,8% à 61,44 euros). Laurent-Perrier réalise la plus forte baisse des valeurs du SRD (-3,76% à 66,10 euros) tandis que Remy Cointreau lâche 2,05% à 42,42 euros.

Après son bond de plus de 5% mercredi, EDF a subi des prises de bénéfices et cédé 1,02% à 34,77 euros.

HORS CAC 40

Sopra avance de 0,54% à 55,80 euros après la publication de ses résultats semestriels. La SSII a fait état d'un bond de 59,2% du résultat opérationnel courant avec d'importants contrats en France. Elle a confirmé ses objectifs de croissance organique et de légère amélioration de sa marge opérationnelle en 2010.

Havas bénéficie quant à lui d'un relèvement de la recommandation de HSBC. Le titre du groupe publicitaire s'octroie 3,58% à 3,85 euros.

Theolia s'envole pour sa part de 8,62% à 1,26 euro, le titre refaisant son retard après la forte baisse qui a accompagné l'augmentation de capital du groupe d'énergie éolienne à la mi-juillet.

A l'inverse, Neopost est resté sous pression après les mauvais résultats publiés la veille de son concurrent américain Pitney Bowes. Le titre du groupe de logistique décroche de 3,42% à 57,08 euros.

DEVISES ET PETROLE

Côté devises, 1 euro vaut 1,3149 dollar. Sur les marchés pétroliers, le baril de WTI s'échange contre 81,93 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 81,47 dollars.

Replay - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.