Wall Street repart nettement à la baisse

 |   |  477  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les places américaines ont terminé en baisse ce mardi, pénalisées par les valeurs bancaires qui ont chuté dans le sillage de leurs homologues européennes.

Fermée lundi en raison du "Labour Day", Wall Street a débuté sa semaine en baisse. Le Dow Jones met ainsi à quatre séances consécutives de hausse. Les marchés américains ont notamment été plombés par des informations du Wall Street Journal selon lesquelles les tests de résistance du secteur bancaire européen auraient sous-estimé les risques liés aux dettes souveraines. Les investisseurs n'ont en outre pas réagi à l'annonce lundi soir d'un plan de 50 milliards de dollars pour financer la rénovation d'infrastructures.

A la clôture, le Dow Jones perd 1,03% à 10.341 points, le Nasdaq cède 1,11% à 2.209 points et le S&P 500 abandonne 1,15% à 1.092 points.

Du côté des valeurs, Oracle s'envole de 5,87% à 24,26 dollars. Le spécialiste des logiciels professionnels a annoncé ce mardi qu'il avait nommé Mark Hurd à son conseil d'administration. L'ancien PDG de Hewlett-Packard avait été contraint à la démission le mois dernier en raison d'un scandale d'ordre personnel. Mark Hurd est l'une des personnalité les plus respectées de la "high tech" américaine, après avoir conduit avec succès le développement de HP. Depuis son départ, l'action du premier fabricant mondial d'ordinateurs a d'ailleurs vu son cours chuter de 13%.

A l'opposé, les banques sont mal orientées, dans le sillage de leurs homologues européennes. Ces dernières devraient être amenées à lever massivement des capitaux au cours des prochaines années, afin de répondre aux exigences de la nouvelle réglementation du secteur bancaire, dite de Bâle III. En outre, les tests de résistance auraient sous-estimé les détentions de certaines banques en obligations souveraines potentiellement à risque, affirme le Wall Street Journal. Bank of America cède ainsi 2,15% à 13,21 dollars, JPMorgan abandonne 2,25% à 38,29 dollars et Citigroup recule de 2,05% à 3,83 dollars. Les banques d'affaires Goldman Sachs et Morgan Stanley perdent respectivement 1,34% à 145,31 dollars et 3,71% à 25,67 dollars.

American International Group chute de 3% à 35,60 dollars. L'ancien premier assureur mondial envisage d'organiser une nouvelle vente de Nan Shan Life, sa filiale taïwanaise. La semaine dernière, les autorités de Taïwan avaient bloqué la cession aux fonds China Strategic Holdings et Primus Financial Holdings, tous deux basés à Hong-Kong. Le montant de cette opération s'élevait à 2,15 milliards de dollars.

Airgas cède 1,36% à 65,76 dollars alors que son concurrent Air Products (-0,86% à 77,36 dollars) a relevé son offre de rachat. Le producteur de gaz industriels propose désormais 5,48 milliards de dollars, 380 millions de plus que sa proposition initiale. Cela représente 65,50 dollars par action, soit moins que le cours actuel d'Airgas. Ce dernier a indiqué qu'il allait réunir son conseil d'administration pour examiner sa nouvelle offre.

Enfin, Enterprise GP grimpe de 11,94% à 55,86 dollars. Le groupe va être racheté par Entreprise Products Partners (-0,94% à 38,09 dollars), le plus important opérateur américain de pipeline. Le montant de l'opération s'élève à 8 milliards de dollars, soit 57,68 dollars par action d'Enterprise GP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :