Les marchés américains hésitent sur la marche à suivre

 |   |  313  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Soutenus par la tendance haussière des places européennes et la perspective de nouvelles mesures pour parer à la crise de la dette en zone euro, les indices américains tendent à progresser légèrement, les investisseurs restant toutefois sur leur garde dans un marché particulièrement volatil.

Dans le sillage des places européennes et prolongeant le rebond entamé vendredi, les marchés américains ont ouvert en hausse lundi. Dans les premiers échanges le Dow Jones s'octroyait 0,42 % à 10.847,19 points tandis que le S&P 500 se maintenait à l'équilibre à 1.136,45 points et le Nasdaq s'effritait de 0,68 % à 2.465,94 points.

Cependant, la prudence reste de mise après le fort décrochage de la semaine dernière et l'extrême volatilité des marchés d'actions.

Alors que les problèmes de la zone euro minent les marchés depuis quelques temps maintenant, la perspective de nouvelles mesures plus concrètes de la part de l'Union Européenne pour trouver une issue viable à la crise de la dette, enthousiasme les investisseurs depuis le début de la journée et semble désormais gagner leurs homologues américains.

Ces derniers semblent en effet prêter une oreille attentive aux différentes annonces ou rumeurs relatives au règlement de la crise de la dette. A commencer par l'extension des prérogatives du Fonds européen de stabilité financière (FSEF).

Mais pas seulement. Les spéculations entourant une éventuelle baisse des taux de la Banque centrale européenne vont également bon train. De l'avis des professionnels une telle décision pourrait être l'étincelle à un rebond des indices européens et motiver le même mouvement outre-Atlantique. Du moins à court terme. Car sans solution pérenne d'un point de vue politique, les marchés devraient rester volatiles à moyenne terme.

Sur le front des valeurs, Coca-Cola (+1,28 %) profite de l'annonce d'un investissement de 3 milliards de dollars en Russie sur les cinq prochaines années.

Boeing gagne 1,92 % alors que le B787 Dreamliner entame, ce lundi, sa carrière commerciale avec la livraison du premier exemplaire à la compagnie japonaise All Nippon Airways.

Netflix s'apprécie de 4,21 % après la signature d'un accord de diffusion des films de Dreamworks Animation.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :