Le CAC 40 fébrile dans l'attente de la réunion franco-allemande

 |   |  726  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après avoir enregistré un repli hebdomadaire de 0,7%, le CAC 40 semble vouloir repartir de l'avant. Mais le marché reste nerveux dans l'attente du déjeuner de travail entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

Après trois séances de repli consécutif, la Bourse de Paris semble vouloir repartir de l?avant. Mais cette tendance reste fragile. En début d?après midi, l?attention des investisseurs sera captée par la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel pour la préparation du sommet européen du 30 janvier. Dans l?attente, le CAC 40 progressait, vers 12h45, de 0,02 % à 3.138,12 points.

Si comme l?indique Chris Weston de chez IG Markets, « le marché n?attend pas grand-chose de la réunion Merkel-Sarkozy», celle-ci se déroule dans un contexte particulier. Le chef de l?Etat français a en effet pris de cours l?ensemble de ses partenaires européens sur la question de la mise en place d?une taxe sur les transactions financières. En fin de semaine dernière, le Président français a déclaré que la France « n?attendra pas que les autres pays soient d?accord pour mettre en ?uvre cette taxe ».

Une déclaration qui a fait bondir la communauté financière. Ainsi, l?association Paris Europlace, dont l?une des missions est de promouvoir l?attractivité du marché financier hexagonale, a indiqué qu?une telle mesure « affaiblirait l?économie française » en faisant peser « un coût très lourd pour les banques, les sociétés de gestion, comme pour les sociétés d?assurances ».

A l?agenda de ce lundi, outre atlantique, aucun indicateur d?importance n?est attendu. L?événement sera le lancement du bal des résultats du quatrième trimestre avec la publication des chiffres d?Alcoa.

Pour l'heure, en Europe, les investisseurs ont pris connaissance de la baisse plus importante que prévu de la production industrielle allemande en novembre. Après une progression de 0,8% en octobre, le consensus s'attendait à un repli de 0,5%. In fine, plombée par le recul de la fabrication de biens d'équipement et de biens intermédiaires, la production industrielle s'est repliée de 0,6%. Un chiffre qui fait passer au second plan la publication d'un excédent commercial meilleur qu'attendu. E nnovembre, de la première économie de la zone euro a dégagé un excédent de 15,1 milliards d'euros au lieu des 12 milliards prévus et après 12,5 milliards le mois précédent.

Par ailleurs, sur le front de la dette souveraine, la France souhaite lever entre 6,5 et 7,7 à court terme. Alors que Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale, a déclaré qu'il n'était "pas question" que la deuxième banque française investisse massivement dans la dette souveraine française, les intervenants scruteront avec attention, en début d'après-midi, cette émission.

Sur le front des valeurs

Les valeurs financières poursuivent leur plongeon. Société Générale recule de 2,15 %, Crédit Agricole de 1,24 % et BNP Paribas de 0,90 %. Depuis le début de l'année, les titres plongent respectivement de 11,33%, 6,58% et 7,08%

Renault (+1,02%) profite de l?accord trouvé, dimanche, entre Nissan Motor et Daimler et portant sur la production, sur un site américain de son homologue japonais, de moteurs diesel quatre cylindres pour les modèles Infiniti et Mercedes du constructeur allemand.

Alors que les indicateurs macroéconomiques publiés vendredi ont mis en exergue le contraste entre la reprise économique qui semble s?installer aux Etats-Unis et la récession qui menace en Europe, les valeurs défensives sont recherchées. Ainsi, Danone avance de 0,98%, Unibail Rodmaco de 0,94%, Pernod Ricard de 0,78%

Hors CAC

Air France KLM se replie de 1,95% après avoir fait état d'un trafic passager en augmentation de 7,5% en décembre 2011 mais d'un repli de 0,3% de son trafic de fret au cours de la même période.

Atos (-0,09%) résiste après avoir annoncé l'acquisition de 50% de MSL Group, fournisseur de résultats en temps réel et de systèmes d'information pour les grands événements sportifs, dans le cadre d'une opération qui devrait être bouclée d'ici au 31 mars.

Devise et Pétrole

Après avoir chuté jusqu?à 1,266 dollar ce matin sur les places asiatiques, la monnaie unique se reprend. Vers 13h, un euro s?échangeait conter 1,276 dollar. Dans le même temps, les cours de l?or noir évoluaient à la baisse. Le baril de Brent de la Mer du Nord rendait 0,58% à 112,74 dollarstandis que celui de WTI pliait de 0,71% à 101,20 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2012 à 10:23 :
On commence 2012 comme on a fini 2011.....febrilite et nouveau sommet Merckosy. Peut - etre vont ils finir par realiser que leurs sommets ne servent pas a grand chose et qu'ils commencent a etre ridicules.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :