Le CAC 40 temporise

 |   |  602  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après avoir grimpé de 3,91% la semaine dernière, le CAC 40 se montre plus hésitant. Les négociations en Grèce avancent mais n'ont pas encore débouché sur un accord. Par ailleurs, la semaine sera riche en événements macro et microéconomiques.

Toujours suspendue à l'attente d'un accord relatif à la dette grecque, la Bourse de Paris entame la semaine sur une note hésitante. En baisse dans les tous premiers échanges, le CAC 40 est très vite venu osciller autour des niveaux de vendredi. Vers 10 h, l'indice phare de la place parisienne reculait de 0,06% à 3.319,57 points.

A l'orée d'une semaine qui s'annonce particulièrement chargée tant en termes de publications de résultats que de statistiques macroéconomiques, les investisseurs font preuve de prudence. Cette semaine, sera dévoilée la première estimation du PIB des Etats-Unis pour le quatrième trimestre 2011. Une donnée qui, selon Aurel BGC, "a généralement un impact très important sur la tendance des marchés. En juillet dernier, sa faiblesse et la révision à la baisse sur le premier trimestre, avait lourdement pesé sur la tendance". Par ailleurs, mercredi, Ben Bernanke, président de la réserve fédérale américaine, tiendra une conférence de presse à l'occasion de la publication du communiqué du FOMC.

Autre facteur militant pour la prudence, pas moins de 113 sociétés du S&P 500 vont publier leurs résultats cette semaine. Pour l'heure, selon Bloomberg, même si près de deux tiers des entreprises de cet qui ont publié leurs comptes,  ont battu le consensus des analystes, le constat repose sur une trentaine d'entreprises seulement.

Dans l'attente, tous les regards se portent sur la Grèce, où les négociations semblent avancer. Le représentant des créanciers privés de la Grèce a déclaré dimanche que ces derniers avaient atteint les limites des pertes qu'ils étaient prêts à concéder dans le cadre d'un échange de dette "volontaire", ajoutant que la balle était désormais dans le camp des bailleurs de fonds internationaux d'Athènes. Désormais, les ministres des Finances de la zone euro doivent se prononcer sur les propositions des créanciers privés.

Sur le front des valeurs

Alors que la Grèce et ses créanciers semblent se rapprocher d'un accord sur l'échange de dette qui doit permettre à Athènes d'éviter la banqueroute, les valeurs bancaires sont de nouveau à l'honneur. Plus forte progression, Société Générale prend 6,86%, suivi de Crédit Agricole (+4,44%) et BNP Paribas (+2,17%). Depuis le 9 janvier 2012, date du rebond des valeurs bancaires l'indice Stoxx 600 du secteur a grimpé de près de 18%.

Alstom (+2,34%) poursuit son rebond débuté jeudi dernier après son point d'activité trimestriel. En trois séances, le titre s'est adjugé plus de 17%.

A l'inverse, les valeurs défensives cèdent du terrain à l'image de GDF Suez (-1,61% , air Liquidé (-1,30%) ou encore Véolia environnement (-1,22%)

Hors CAC

Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR) avance de 1,26%. L'ancien groupe Eiffage a indiqué vendredi que le ralentissement du trafic de poids lourds observé au troisième trimestre sur son réseau s'était confirmé sur les trois derniers mois de l'année.

Bourbon (-0,04%) ne réagit que peu à l'annonce de la monté au capital de la société luxembourgeoise Jaccar Holdings. Déjà actionnaire principal avec un peu plus de 24 % du capital, le groupe luxembourgeois a franchit à la hausse le seuil des 25% du capital du groupe parapétrolier.

Devise et Pétrole

Face au billet vert, la monnaie unique se maintient au dessus du seuil des 1,29 dollar. Vers 10h, un euro s'échangeait contre 1,292 dollar. Dans le même temps, les cours du baril de pétrole évoluaient en ordre dispersé. Le Brent de la Mer du Nord avançait de 0,09% à 110,33 dollars tandis que le WTI reculait de 0,14% à 98,26 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :