Derichebourg : Priorité au désendettement

 |   |  303  mots
En repli de 16,8% depuis le début de l'année, le titre Derichebourg s'inscrit en vive hausse de 2,2%, à 1,95 euros, à contre courant du SBF 120 qui abandonne 0,54%. Le marché applaudit les mesures envisagées par le groupe de services aux entreprises et aux collectivités pour redresser son activité et sa situation financière.

La veille, le groupe de traitement des déchets et de services aéroportuaires a en effet annoncé qu?il envisageait « une restructuration stratégique en vue de repositionner son activité et de se désendetter » après avoir enregistré une nouvelle baisse de son activité au troisième trimestre de son exercice fiscal.

Le chiffre d'affaires du troisième trimestre s'établit ainsi à 902,7 millions d'euros, en baisse de 2,8% et de 5,6% à périmètre et taux de change constants. Sur neuf mois, il s'est replié de 5,3% à 2,67 milliards d'euros, la progression de 5,5%, à 431,2 millions d'euros, de l'activité Service aux entreprises ayant partiellement compensé la baisse des Services à l'environnement (-8,5% à 1,76 milliard d'euros) et des Services aéroportuaires (-2% à 473,1 millions d'euros).

Derichebourg qui ne masque pas son pessimisme estime que "compte tenu du flux d'informations macroéconomiques négatives tant au plan domestique qu'au plan international, le groupe n'entrevoit pas d'amélioration significative de la conjoncture d'ici la fin de son exercice, conjoncture à laquelle l'activité Services à l'environnement est particulièrement sensible", a-t-il souligné dans son communiqué.

Mais le point noir du dossier, c?est avant tout son endettement, qui fragilise sa structure bilancielle. A fin mars, l'endettement net du groupe frôle en effet les 800 millions d'euros, contre 743,6 millions à fin septembre 2011 alors que les analystes visaient à contrario une dette nette en repli à 707 millions d'euros à fin septembre 2012.

Avec un résultat opérationnel (EBITDA) de 199 millions attendu pour 2012, en baisse par rapport aux 271 millions dégagés l?année dernière, le ratio dette sur Ebitda attiendrait ainsi un multiple de 3,55 contre 2,7 l?année précédente, ce qui fragilise un peu plus la structure bilancielle du groupe, par ailleurs faiblement valorisé puisque Derichebourg ne capitalise que 0,09 fois son chiffre d?affaires pour un PER de 7,22 en 2012 et de 6,07 projeté en 2013.

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :