La peur américaine

 |   |  336  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

La situation est inédite.

Jamais un shutdown n'a duré aussi longtemps.

Et Trump n'a pas l'air décidé à céder sur The Wall avec le Mexique.

Les démocrates non plus.

Et l'inquiétude commence à se faire sentir.

L'économie américaine pourrait en pâtir alors même qu'un ralentissement était déjà dans les cartes.

DU SHUTDOWN AU RALENTISSEMENT
Il y avait déjà la guerre commerciale avec la Chine.
Il y avait aussi la baisse de la Bourse.
Il y a une nouvelle raison de s'inquiéter pour l'économie américaine: le blocage entre Trump et la Chambre des Représentants.
Ces blocages ont eu peu d'impact sur l'économie dans le passé, mais ils n'ont jamais duré aussi longtemps.
Bientôt un mois plein.

L'IMPACT
Immédiat : l'impact de la baisse de l'emploi avec plus de 800,000 fonctionnaires qui ne travaillent pas. Selon le FT on parle déjà d'un impact de 0.3% sur la croissance.
Et 0.08% chaque semaine de shutdown supplémentaire.
Court terme: les chiffres du chômage seront plus élevés puisque ces employés seront considérés comme étant, temporairement certes, au chômage.
Les effets collatéraux : la baisse de la consommation, la baisse de l'emploi chez les fournisseurs privés de l'État, le ralentissement de l'activité de certaines entreprises du fait de l'allongement des process d'autorisation gouvernementale ou encore la baisse de confiance des ménages et des chefs d'entreprise.

RÉCESSION?
Cela fait des semaines qu'on entend parler de récession aux États-Unis.
Ce qui était totalement absurde compte tenu du fait que l'économie américaine continuait à croître de plus de 2.5% en 2019.
Ralentissement oui, récession non.
Mais, pour le patron de la banque JP Morgan, Jamie Dimon, ce scénario n'est plus aussi absurde.
Il anticipe une croissance trimestrielle nulle si le shutdown continue.

LE GRAND DÉFOULOIR
Au fur et à mesure que...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2019 à 23:29 :
"mais de s'assurer que ceux qui gagnent plus que soient lourdement pénalisés. "
mais de s'assurer que ceux qui gagnent plus que soi soient lourdement pénalisés.
a écrit le 17/01/2019 à 12:22 :
"Mais, pour le patron de la banque JP Morgan, Jamie Dimon, ce scénario n'est plus aussi absurde."

C'est à dire que le gars qui avoue avoir prédit un scénario absurde affirme cette fois ci que cette prédiction n'est plus absurde !? Sans rire ? :D

Vachement crédible. Au secours.

LA croissance américaine en pleine santé fait tâce face à la rexession mondiale, il vaut mieux freiner cette première pour en garder sous le pied. Mine de rien les états unis ont déclaré la guerre aux riches du monde qui le détruisent, cela ne peut pas se faire sans conséquences.

Ah mince j’oubliais encore la messe:"Mais c'est Trump le méchant hein !"

"Alors que Theresa May a vu son plan Brexit très largement rejeté par le Parlement, le même Parlement lui a renouvelé sa confiance..."

On se dirige vers le scénario dont je parlais pas mal quand même, à savoir une union sacrée afin de faire renaitre la nation anglaise dans les meilleurs conditions économiques possibles. L'UE n'est pas une démocratie et en sortir est impossible, du coup sans union sacrée on peut pas s'en tirer.

"À quand un nouveau referendum ?"

LE fait que T. May est été réinvestie fait que les chances d'un nouveau référendum s'éloigne.

"Pour témoigner de l'état catastrophique de leur situation financière."

Vous avez vu l'état de pouvoir d'achat des français ? ON arrête pas de lire ci et là que les manifestations n'ont aucune incidence sur l'économie et là bizarrement c'est pas la faute à la chute du pouvoir d'achat des consommateurs français c'est la faute aux gilets jaunes. Aberrant.

"La pierre, considérée comme une valeur-refuge,"

Non la pierre n'est pas une valeur refuge c'est une valeur de référence de base. Les gens investissent d'abord et avant tout dans la pierre avant même de penser bourse. Et les faits qui je vous le rappelle sont têtus ne font que les conforter dans cette idée.

"Carrefour veut des caméras dans les abattoirs de ses fournisseurs"

Qui se terminera par une vague de travailleurs roumains ou moldaves dans ces abattoirs, idées adorées par la mafia agroi-ndustrielle en général, on traite les hommes comme des animaux étant donné que ces surveillances démontreront forcément de la maltraitance que l'on mettra sur le dos des salariés français sous payés et donc exploités pour une tâche aussi difficile. Formons des professionnels à abattre les animaux dans les fermes et non seulement on fera baisser le chômage mais en plus on diminuera puissamment la souffrance animale tout en revalorisant ce travail indispensable à l'humanité. A savoir que des intérêts qui ne sont pas ceux des mégas milliardaires donc aucune chance que cela se fasse. On va continuer à massacrer aveuglément les animaux régulièrement torturés dans les abattoirs d'un côté et de l'autre voir se multiplier des mouvements extrémistes se construisant en opposition à l’extrémisme agro-industriel.

"Sur les 10 plus grands ports mondiaux, 7 sont en Chine"

Normal puisque la chine produit les objets et la pollution qui va avec du coup, du monde entier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :