Optimisme et pessimisme

 |   |  323  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Quel contraste.

Entre les marchés et la macroéconomie.

5700 points sur le CAC.

Le plus haut niveau de l'année.

Du jamais vu depuis décembre 2007.

Même ambiance aux États-Unis et dans le reste de l'Europe.

Au même moment, le FMI révisait une nouvelle fois la croissance mondiale à la baisse.

A 3% pour 2020.

OPTIMISME

L'optimisme règne sur les marchés.

Du fait des perspectives d'accord commercial, de façade certes, entre la Chine et les États-Unis.

Du fait des perspectives d'accord sur le Brexit avant la deadline du 31 octobre.

Et du fait bien sûr du refrain "il n'y a pas d'alternative" aux actions dans un monde à taux négatifs.

PESSIMISME

Heureusement qu'il y a les consommateurs américains.

Si on voulait caricaturer, et vous savez que ce n'est pas mon habitude, on pourrait dire que tout ralentit à part la consommation américaine boostée par les mesures fiscales et le plein-emploi.

Le FMI a révisé encore à la baisse ses prévisions de croissance.

Ce sera 3% seulement.

Du fait de la guerre commerciale, du fait des tensions géopolitiques (NDLR: et, plus structurellement, du fait de la démographie, de la technologie et des changements sociétaux, vous connaissez l'histoire).

ZONE PAR ZONE

C'est un peu tristounet.

1.2% seulement pour la zone euro, la France fera pareil, la Grande-Bretagne aussi.

0.5% seulement pour l'Allemagne.

6.1% seulement pour la Chine (le chiffre réel doit être plus proche des 2.5 ou 3%).

Pareil pour l'Inde, ex-champion de la croissance.

Heureusement qu'il y a les États-Unis et leurs 2.4%.

LA SAISON DES RÉSULTATS

C'est la saison des résultats trimestriels des entreprises américaines.

Et les marchés continuent à voir le verre à moitié plein.

Hier, c'est le match JP Morgan - Goldman Sachs qui a passionné les investisseurs.

JP Morgan qui rit avec une hausse de 8% du produit...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2019 à 10:56 :
Pour 2020 la tendance sera à la baisse et au ralentissement même pour les usa, eux aussi vont commencer ...à subir cette crise latente en Europe, même la tech va ralentir même avec des systèmes d’accélération ( une utopie pour faire payer les start up en utilisant leur peur ...)
Pronostic : 2020 l’année de la crise économique pour tout le monde.
G& sachs pas de problème pour eux : ils arrivent toujours à mettre leur dette sur l’Europe et faire payer les autres ...
a écrit le 16/10/2019 à 10:22 :
Sauf que le "pessimisme" nous le subissons de plein fouet parce qu'il est réel lui, mais que leur optimisme n'augmente ni notre pouvoir d'achat ni nos conditions de travail ni l'amélioration de notre qualité de vie.

Leur optimise c'est une chimère, du vent tout ce que les marchés financiers savent faire, pire quand on voit cette abominable bulle immobilière qui est en train de tout ravager.

Leur "optimisme" c'est du flan, de la belle histoire que l'on raconte aux enfants pour les endormir. On a remplacé la croyance catholique en la croyance en leur marge bénéficiaire exponentielle.

Bref ils ne sont pas qu'en train d'anéantir notre pouvoir d'achat et notre environnement et nous mêmes de ce fait directement, ils sont en train d’anéantir notre capacité même de raisonnement, la preuve, cela fait plusieurs décennies que le QI générale recul.

Merci l'optimisme !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :