Les turbulences de la Bourse en 2020 ont attiré plus de 400.000 novices français

 |  | 248 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)
Avec son lot de surprises, cette étude de l'Autorité des marchés financiers (AMF), publiée mardi, sur la fréquentation de la Bourse française par les investisseurs particuliers, constitue un tableau de bord de première importance pour nombre d'observateurs, financiers ou non.

Près de 1,4 million de particuliers en France ont passé un ordre d'achat ou de vente sur des actions en 2020, montre une étude publiée mardi par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Parmi ceux-ci, un peu plus de 410.000 n'avaient jamais passé d'ordre de Bourse jusqu'ici ou étaient inactifs depuis janvier 2018, montre la première édition du tableau de bord des investisseurs particuliers de l'AMF, portant sur la période allant de janvier 2018 à décembre 2020.

De nouveaux investisseurs actifs pendant les turbulences de mars-avril

"Ce premier tableau de bord permet de constater que les investisseurs particuliers sont restés actifs tout au long de l'année 2020, dans le prolongement du pic d'activité constaté au premier trimestre", écrit le régulateur français dans un communiqué.

Une étude publiée par l'AMF en avril dernier avait montré que plus de 150.000 nouveaux investisseurs particuliers avaient réalisé des opérations sur les valeurs de l'indice parisien SBF 120 pendant les turbulences sur les marchés en mars-avril.

Le nombre d'investisseurs particuliers actifs sur les fonds indiciels cotés (ETF) a augmenté de 33% l'an dernier par rapport à 2019, à 233.000, et de 63% en deux ans.

Les produits de Bourse tels que les certificats et 'warrants' ont également connu un regain d'intérêt de la part des particuliers, toujours selon le communiqué.

L'AMF annonce qu'elle dressera désormais chaque trimestre un état des lieux des particuliers ayant passé au moins un ordre d'achat ou de vente en Bourse au cours des trois mois écoulés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2021 à 14:48 :
Je fais partie des gens qui ont commencé à s’intéresser aux ETFs l’année dernière et je m’en félicite. Les produits sont faciles à négocier et peu onéreux. Et en effet, pas besoin de relire les philosophes allemands, il suffit d'étudier les opportunités produites par des excès de baisse et d’avoir un peu de courage. Le rendement est excellent.
a écrit le 27/01/2021 à 14:53 :
Il faut savoir qu'il y a en France 55 millions de livrets défiscalisés et seulement 5 millions de PEA. Donc malgré une timide augmentation d'investisseurs individuels en bourse, le global reste modeste en tenant compte du taux d'intérêt dérisoire des dit livrets. Il faut rappeler qu'un Euro placé sur un livret défiscalisé est doublé qu'au bout de 139 ans et rien que ça devrait faire réfléchir ceux qui y mettent sur ces livrets des sommes au delà du raisonnable c.à.d 3 ou 4 mois de salaire. Plus on est jeune donc plus on a un horizon lointain, plus on a intérêt à être investi en bourse.
a écrit le 27/01/2021 à 10:21 :
Bref les vieux se mettent à internet et ses attrappes nigauds. ^^

Quand gagner de l'argent sans rien faire incite à gagner encore plus d'argent en en faisant encore moins.
Réponse de le 27/01/2021 à 11:06 :
Sauf que ces nouveaux actionnaires sont en grande majorité des trentenaires. Si les français investissaient plus en bourse ils profiteraient des dividendes qui profitent en bonne partie aux retraités américains.
Réponse de le 27/01/2021 à 11:06 :
Sauf que ces nouveaux actionnaires sont en grande majorité des trentenaires. Si les français investissaient plus en bourse ils profiteraient des dividendes qui profitent en bonne partie aux retraités américains.
Réponse de le 27/01/2021 à 11:21 :
Ah mince... tu veux dire que donc que cette mentalité d'une médiocrité sans commune mesure de rentiers se répand ?

Même si ce n'est pas étonnant vu que l'argent a tué le travail et que l'on ne peut plus devenir riche en bossant sauf en passant par les GAFAM, dernieres oasis de la valeur travail donc, c'est une véritable mauvaise nouvelle.

Je ne l'espérais vraiment pas mais bon comment lutter... -_-
Réponse de le 27/01/2021 à 11:32 :
@marc469

L’autorité des marchés financiers a publier la 21ème Lettre de l’Observatoire de l’épargne.L’étude présente un double intérêt, elle permet tout d’abord de nous renseigner sur le profil type de l’actionnaire individuel.

Les premières informations mises en avant par l’étude, livrées telles quelles, peuvent paraître quelque peu caricaturales : « les actionnaires individuels sont majoritairement des hommes (72 %), âgés (62 % ont 50 ans ou plus) et financièrement plus aisés que l’ensemble de la population…82% des actionnaires individuels sont propriétaires, un chiffre supérieur à la moyenne nationale. Plus aisés que la moyenne des Français, car plus âgés, ils ont davantage évolué dans leur carrière professionnelle, ils perçoivent en conséquence des revenus plus élevés.Le montant moyen du portefeuille se situe autour de 22.000 euros, c’est au fond quasiment l’équivalent d’un Livret A au plafond.Le tiers des actionnaires individuels investissent moins de 10.000 euros, et par opposition seulement 9 % de ces investisseurs ont un portefeuille supérieur à 150.000 euros. Selon l’enquête, 63 % des actionnaires individuels n’ont pas plus de 5 lignes en portefeuille, et 85 % des actionnaires détiennent des actions du CAC 40. 38% d’entre eux ont moins de 50 ans et 79% des actionnaires passent leurs ordres par internet, ils étaient 67% en 2014.
Réponse de le 27/01/2021 à 19:19 :
@Citoyen blasé

Les GAFAM c'est pas le genre de boite qui prétend surpayer des travailleurs détachés indiens au salaire américain et présente quelques cadres américains derrière un babyfoot pour faire croire que l'environnement de travail de leur société n'est pas toxique tout en distribuant 500+ fois le salaire médian aux dirigeants... c'est cela que vous appelez une oasis de la valeur travail?
Réponse de le 28/01/2021 à 9:16 :
"c'est cela que vous appelez une oasis de la valeur travail? "

Non je vois que la seule solution pour devenir millionnaire en travaillant en UE c'est internet, tu nous inondes sans arrêt de théories scabreuses, désuètes voir totalement rincées tandis que pour ma part je me réfère à la réalité.

Et si je peux pas et-c...
a écrit le 27/01/2021 à 10:12 :
Le titre dénote une vision passéiste de la bourse et des Français. Le Français de 2020 ne joue pas en bourse, il investit. S'il veut jouer, il va au PMU. Je suppose qu'il existe des études sur le niveau d'étude et social de ces derniers et il est probable que les 400 000 nouveaux investisseurs sont capables d'étudier les opportunités produites par l'excès de baisse de mars 2020.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :