Voyage dans les pays émergents

 |   |  322  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Nous sommes très concentrés sur les Etats Unis, la Chine et l'Europe.

Et le Japon, un peu.

C'est normal compte tenu de l'environnement macro économique et géopolitique.

Mais depuis le début de l'année les pays émergents sont confrontés à des situations complexes.

Et les marchés émergents sous performent les marchés développés.

UNE SITUATION CONTRASTÉE
Voici les variations de quelques marchés depuis le début d'année: Argentine: +10.6% avec un peso en baisse de 20%, Brésil: +4.6% avec un real en baisse de 5.5%; Inde: +7.8% avec une roupie stable, Arabie Saoudite +9.5% avec un Rial stable, ou Turquie -6.7% avec une livre en baisse de 15%.
Compliqué pour les investisseurs de s'y retrouver.
Surtout que chaque pays a sa spécificité.

CHACUN SA GALÈRE...



EN TURQUIE

l'annulation par Erdogan des élections à Istanbul a provoqué une nouvelle fuite des capitaux.
La Banque Centrale dépense des milliards de dollars par jour pour tenter de soutenir sa monnaie. Sans succès.
Erdogan au pouvoir depuis 18 ans ne rassure pas du tout les investisseurs.

EN ARGENTINE
L'ex présidente Cristina Kirchner (2007 à 2015), pourtant sous le coup de plus de 10 mises en examen, a annoncé qu'elle se présentait aux élections présidentielles...comme vice présidente derrière Alberto Fernandez.
Encore une situation ubuesque dans un pays en crise et qui a demandé de l'aide au FMI (56 milliards $).

AU BRESIL
le début de la présidence Bolsonaro est un désastre.
Faisant preuve d'un amateurisme Français, ce sous Trump n'arrive pas à faire passer LA réforme la plus importante pour le pays, la réforme des retraites.
Les investisseurs avaient parié sur lui.
Mais ils commencent, une fois de plus à fuir le pays, qui va connaître, une fois de plus, une récession.

EN ARABIE SAOUDITE
la préoccupation...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2019 à 11:01 :
Enfin il y a un fil conducteur concernant tout ces pays c'est que les investisseurs sont particulièrement frileux, retirant leur billes à la moindre rumeur, au moindre frisson, et comme le dit Sophocle "tout est bruit pour celui qui a peur" faisant que rien de durable ne peut se construire, tout le drame de notre économie financière.

Alors que pourtant avec tous les capitaux dont ils disposent ils pourraient générer tellement de nouvelles filières économiques en ces temps d'urgence écologique hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :