Wall Street plombée par Trump. La Bourse de Paris s'enfonce

 |   |  441  mots
A 15H50 (14H50 GMT), l'indice CAC 40 lâchait 115,68 points à 5,146,88 points, dans un volume d'échanges de 2,4 milliards d'euros. La veille, il avait déjà perdu 1,09%.
A 15H50 (14H50 GMT), l'indice CAC 40 lâchait 115,68 points à 5,146,88 points, dans un volume d'échanges de 2,4 milliards d'euros. La veille, il avait déjà perdu 1,09%. (Crédits : Charles Platiau)
Ce vendredi, après Wall Street, la place de Paris ouvre en baisse alors que Donald Trump pourrait avoir déclenché une "guerre commerciale". Le président américain a menacé d'imposer, dès la semaine prochaine des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis.

La dégringolade continue. La Bourse de Paris s'enfonçait encore un peu plus vendredi après l'ouverture en baisse de Wall Street (-2,20%), les investisseurs s'inquiétant des lourdes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis.

Lire aussi : Taxes douanières sur l'acier et l'aluminium : Trump provoque un tollé international

A 15H50 (14H50 GMT), l'indice CAC 40 lâchait 115,68 points à 5,146,88 points, dans un volume d'échanges de 2,4 milliards d'euros. La veille, il avait déjà perdu 1,09%.

La cote parisienne a ouvert en baisse et n'a cessé de creuser ses pertes au cours de la matinée, annulant presque son rebond des quinze derniers jours. La chute a été "initiée par le déclenchement d'une guerre commerciale par le président américain", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

La menace jeudi du président américain Donald Trump d'imposer dès la semaine prochaine de fortes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, laissant poindre le risque d'une guerre commerciale, a suscité des réactions indignées dans le monde et fragilisé les marchés boursiers.

Du côté des indicateurs, les prix à la production industrielle dans la zone euro ont augmenté de 0,4% en janvier par rapport à décembre tandis que les immatriculations de voitures neuves ont progressé de 7% en février en Allemagne.

L'aéronautique souffre

Aux Etats-Unis est également attendue la deuxième estimation du moral des ménages pour février publiée par l'Université du Michigan.

Sur le terrain des valeurs, LafargeHolcim chutait de 6,40% à 44,76 euros après avoir annoncé vendredi une perte nette de 1,6 milliard de francs suisses (1,38 md EUR) en 2017, contre un bénéfice de 1,7 milliard un an plus tôt, plombé par des dépréciations d'actifs.

Les titres liés à la sidérurgie et à la métallurgie étaient logiquement pénalisés.

ArcelorMittal reculait ainsi de 4,08% à 26,59 euros, sans profiter de l'annonce commune avec son rival japonais Nippon Steel and Sumitomo Metal (NSSM) d'un accord pour acquérir ensemble le groupe indien Essar Steel, dans le cadre de la procédure de liquidation de l'entreprise.

Eramet s'enfonçait de 6,22% à 119,20 euros. Le nickel et le manganèse, dont il est producteur, entrent dans la composition de l'acier.

Le secteur de l'aéronautique, gros consommateur d'acier, souffrait également, à l'instar de Safran (-3,75% à 85,62 euros) ou encore d'Airbus (-3,30% à 93,90 euros).

Vallourec était à l'inverse un des rares titres à surnager (+1,18% à 4,62 euros) dans le sillage de ces annonces américaines, le fabricant de tubes sans soudure disposant d'une forte implantation aux États-Unis, qui devrait le prémunir davantage que ses concurrents d'une forte hausse des tarifs de l'acier et de l'aluminium.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2018 à 23:20 :
en matiere commercial il vas falloir que chaqu un mette de l eau dans leurs vins, ???:::oeil pour oeil et bientot le monde seras aveugle :::gandhi:::la moitie des hommes politique des sont bon a rien les autres sont pres a tous::: coluche;;;
a écrit le 03/03/2018 à 19:44 :
"La menace jeudi du président américain Donald Trump d'imposer dès la semaine prochaine de fortes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, laissant poindre le risque d'une guerre commerciale, a suscité des réactions indignées dans le monde et fragilisé les marchés boursiers"

Ah c'est pas clinton qui aurait indigné les marchés boursiers c'est sûr...
a écrit le 03/03/2018 à 9:01 :
C'est là qu'on voit que Trump n'est pas très efficace, avant les USA envoyaient des salves de coups à l' Europe et l'Europe ne réagissait pas, maintenant Trump fait le fanfaron et provoque. On va bien voir si une guerre commerciale contre toute la planète est facile. Surtout qu'à part une reforme fiscale qui ne sert que les riches et des taxes sur les lave-vaisselles, Trump n'a pas obtenu grand-chose.
Réponse de le 03/03/2018 à 19:23 :
Attendez son mur avec le Mexique, pur métal ? Alu/acier (américains). :-)
a écrit le 02/03/2018 à 21:01 :
La vrai «  revolution commerciale » serait un jour de supprimer toutes les bourses du monde et «  inventer une nouvelle façon de faire du commerce »

Peut etre «  mettre toutes les ressources du monde ensemble » et «  partager » etre solidaire des «  uns » et des «  autres »

C’est une idée , non ?
Pourquoi les robots et la guerre ?

Tout le monde part de l’autre coté «  sans argent » ou «  sans matériel » quelconque

Que de poussiere, juste des âmes...
Réponse de le 03/03/2018 à 1:24 :
"Laissons nous faire quelque chose d'autre, mais je ne sais quoi. C'est une bonne idée, non?"

Non c'est pas une bonne idée, c'est completement fou.
a écrit le 02/03/2018 à 20:24 :
Mince.....cela va-il justifier quelques milliers de suppressions d'emplois.....? Certainement....mais le marché de l'emploi devenant plus fluide grâce à Macron tout va bien donc!...il peut continuer à lire des contes aux petits enfants....il paraît qu'il va faire une tournée dans toute la France 😂😎

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :