Bachelot veut baisser le montant du pass culture de 500€ à 300€ et améliorer son efficacité

 |  | 318 mots
Lecture 2 min.
Depuis le lancement du dispositif, les jeunes ont privilégié les offres de livres (55%), avant la musique (12%), l'audiovisuel (10%), les concerts et festivals (8%) et les pratiques artistiques (4%), indiquait fin septembre l'opérateur SAS Pass Culture.
Depuis le lancement du dispositif, les jeunes ont privilégié les offres de livres (55%), avant la musique (12%), l'audiovisuel (10%), les concerts et festivals (8%) et les pratiques artistiques (4%), indiquait fin septembre l'opérateur SAS Pass Culture. (Crédits : Reuters)
En moyenne, seuls 150 des 500 euros offerts actuellement par le pass culture sont dépensés. Il y a "des choses à améliorer", a donc estimé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui a notamment proposé, ce vendredi à l'Assemblée nationale, de réduire le montant de ce pass majoritairement plébiscité par les jeunes les plus favorisés culturellement.

Le montant du pass culture pour les jeunes de 18 ans, dont le coût et l'efficacité sont contestés, pourrait passer de 500 euros à 300 euros et suivre "de nouvelles orientations", a indiqué ce vendredi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot à l'Assemblée nationale.

"Nous réfléchissons à modifier le montant du pass qui passerait à 300 euros", a-t-elle dit lors de l'examen du budget de son ministère pour 2021. "J'ai proposé de nouvelles orientations" et des "arbitrages sont en cours afin de permettre une généralisation", a-t-elle ajouté.

Ce pass profite "chaque jour d'une dynamique croissante", avec "115.000 jeunes" bénéficiaires, "issus des 14 départements de l'expérimentation", lancée en 2019, a-t-elle souligné.

Encore des choses à "améliorer", estime Bachelot

Plusieurs députés de droite comme de gauche ont à nouveau fait part de leurs "réserves", parfois "importantes", à propos de ce dispositif, dont le budget doit augmenter de 20 millions d'euros en 2021 et atteindre quelque 60 millions d'euros.

"Le pass culture est en phase de gestation. Qu'il y ait encore des défauts, des choses à améliorer, je suis la première à le reconnaître", a réagi Mme Bachelot.

Grâce à une application, les jeunes de 18 ans inscrits disposent de 500 euros pendant 24 mois pour réserver des propositions culturelles numériques ou des offres de proximité (cinéma, concerts, etc.).

Mais des bilans successifs ont montré que seuls 150 des 500 euros sont dépensés en moyenne.

Sans surprise, les jeunes les plus favorisés culturellement en ont le plus profité. Les utilisateurs ont été à 91% des étudiants ou lycéens et à 6% seulement des actifs ou des apprentis.

Depuis le lancement du dispositif, les jeunes ont privilégié les offres de livres (55%), avant la musique (12%), l'audiovisuel (10%), les concerts et festivals (8%) et les pratiques artistiques (4%), indiquait fin septembre l'opérateur SAS Pass Culture.

Lire aussi : Cinéma et théâtres: Castex et Le Maire disent "non" à Bachelot pour les exemptions au couvre-feu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2020 à 13:17 :
Où elle est légalité entre pour tous les départements. En effet, seuls 14 départements ont droit au PASS Culture. Que fait le Conseil Constitutionnel pour se prononcer et imposer l'égalité pour tous les départements.
a écrit le 07/11/2020 à 9:06 :
3 novembre :

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui avait confié une mission sur les orchestres permanents à Pascal Dumay, ex-directeur du Conservatoire de musique de Paris condamné en 2010 pour téléchargement et diffusion d'images pédopornographiques, est revenue sur sa décision mardi, selon un communiqué.
a écrit le 07/11/2020 à 8:23 :
Arrêtons de pratiquer la subventionite aigüe, un mal français et concentrons nous sur le redémarrage économique de notre industrie
a écrit le 06/11/2020 à 16:20 :
Quel beau pays la France !
On vous y paye le toit ( APL) , le manger ( tarif speciaux cantines+ aides communes) , la santé ( CMU), de l'argent sans aucun travail (RMI/RSA) , les vacances (subvention centre aéré ), le chèque culture, la retarite sans avoir bossé ni cotisé .... Bon évidemment maintenant on est endetté jusqu'à la fin des temps mais même pas mal.
Réponse de le 13/11/2020 à 22:15 :
Oui quel beau pays !
APL pour subventionner des loyers exorbitants que personne ne pourrait payer sans elles...
Tarifs cantines, car sinon les enfants ne mangent pas de la journée...
Les vacances, sinon des gamins restent vingt ans dans la même cité sans la quitter...
La retraite, avec la prochaine réforme, sera donné à Blackrocks au lieu des travailleurs qui après une vie de travail n'auront rien ou presque...
Supprimons tout, comme cela, retour au 19ème siècle, et à des émeutes insurrectionnelles faisant des centaines de morts tous les ans, pour pouvoir... manger !
Reviens Hugo, ils sont devenus fous !
a écrit le 06/11/2020 à 15:42 :
Avec une politique qui interdit 6 mois par an les théatres, les cinémas, les concertes et les festivals, il n'y aurait pas de miracle.

Et maintenant que les livres et les CD sont entrés dans la liste des fournitures interdites à la vente, c'est le pompon de la bétise en tailleur rose.

Il vaudrait bien mieux supprimer ce gadget et verser 750 € aux 25% d'étudiants qui DOIVENT travailler pour payer leurs études et que l'état a poignardé dans vergogne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :