Budget 2017 : 2,4 milliards d'euros pour les contrats aidés

 |   |  451  mots
2,4 milliards d'euros sont alloués dans le budget 2017, d'une part, au financement de l'aide à l'embauche réservée au PME, qui prend la forme d'une prime pouvant atteindre 4.000 euros, et, d'autre part, au financement de 280.000 contrats uniques d'insertion et emplois d'avenir programmés.
2,4 milliards d'euros sont alloués dans le budget 2017, d'une part, au financement de l'aide à l'embauche réservée au PME, qui prend la forme d'une prime pouvant atteindre 4.000 euros, et, d'autre part, au financement de 280.000 contrats uniques d'insertion et emplois d'avenir programmés. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Les crédits alloués à l'emploi augmentent de 1,8 milliard d'euros dans le projet de budget 2017. Mais, dès cette année, le gouvernement présente un "décret d'avance" de 1,4 milliard d'euros destiné à financer 445.000 contrats aidés pour 2016, au lieu des 295.000 prévus dans le budget initial pour 2016.

Surtout ne rien lâcher sur le front de l'emploi alors que l'élection présidentielle se profile dans huit mois. C'est ce que l'on peut se dire en découvrant les crédits affectés à la mission « travail emploi » dans le projet de loi de finances 2017. De fait, le budget du ministère fait partie des rares qui sont plutôt mieux lotis que l'année dernière.

A périmètre comparable, les moyens du ministère du Travail passent de 13,5 milliards d'euros en 2016 à 15,3 milliards d'euros en 2017, soit une augmentation de 1,8 milliard avec une inflation quasi nulle. Sur ce total, l'aide à l'emploi se taille une part importante. Au total, 2,4 milliards d'euros sont de fait alloués, d'une part, au financement de l'aide à l'embauche réservée au PME, qui prend la forme d'une prime pouvant atteindre 4.000 euros, et, d'autre part, au financement de 280.000 contrats uniques d'insertion et emplois d'avenir programmés.

Par ailleurs, 420 millions d'euros sont aussi affectés à la généralisation à 150.000 jeunes supplémentaires de la « garantie jeunes » et 80 autres millions à l'aide en faveur de la rémunération des apprentis.

Pour sa part, le plan « 500.000 formations supplémentaires » pour les chômeurs continue sur sa lancée, avec une enveloppe dédiée de 200 millions d'euros.

Quant aux dépenses liées aux exonérations de cotisations sociales, elles représentent 26% des crédits alloués à la mission « travail emploi ». Elles portent principalement sur les services à la personne (2 milliards d'euros), les contrats d'apprentissage (1,3 milliard d'euros) et sur l'insertion par l'activité économique (200 millions d'euros).

1,4 milliard d'euros supplémentaires pour les contrats aidés dès 2016

Mais, sans doute en relation avec les mauvais chiffres du chômage du mois d'aout, le gouvernement a décidé de ne pas attendre 2017 pour renforcer sa politique en faveur de l'emploi. Le gouvernement prévoit ainsi de débloquer environ 1,4 milliard d'euros supplémentaires en 2016 pour le financement de nouveaux contrats aidés, selon un "décret d'avance" présenté ce mercredi 28 septembre à la commission des Finances de l'Assemblée nationale, qui a donné son feu vert.

"Afin de ne pas fragiliser le mouvement de reprise de l'activité et de l'emploi amorcé à la fin 2015", le gouvernement a finalement programmé 445.000 contrats aidés pour 2016, là où son projet de budget initial tablait sur 295.000 »

Ces nouveaux crédits devraient être disponibles avant la mi-octobre.

Mais, attention, si le recours à un décret d'avance est autorisé pour l'ouverture de crédits en cas d'urgence, ils doivent être compensés par des annulations d'autres crédits ou des recettes supplémentaires. Bercy va donc devoir faire la chasse à des crédits sans doute déjà mis en réserve et qui seront finalement annulés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2016 à 19:13 :
Et le revenu de citoyenneté, alors?
a écrit le 29/09/2016 à 8:16 :
A CHURCHHILL.
Hollande et sa clique de bobos reacs, ne sont pas ma tasse de the, loin s'en faut, mais souvenez-vous d' aujourd'hui.
Quand la droite reviendra aux affaires les francais souffriront encore davantage, surtout les + demunis.
Voir le sarko pretendre reprendre le poste, et un juppe etre le challenger a de quoi glacer.
a écrit le 28/09/2016 à 20:57 :
avec 500.000 en emplois aides 500 000 en apprentissage 500.000 en formation et autant de nouveaux fonctionnaires depuis 2012 le chomage ' diminue' de '+50.000' chomeurs!!!!!!!!
( et on ne parle pas des contrats obligatoire generation et consors)

hahaha, celle la elle est bonne
francois, le fn te remercie
haha, ca devient franchement marrant, on attend avec impatience de voir la tete des socialistes quand lepen sera elue en 2017! meme attali est pessimiste, c'est dire!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :