Budget : la rallonge du gouvernement se chiffre à 10 milliards d'euros

Entre le bouclier tarifaire, le chèque inflation et le plan d'investissement France 2030, le gouvernement prévoit de gonfler les dépenses de l'Etat de 10 milliards d'euros entre fin 2021 et l'année 2022. A six mois de l'élection présidentielle, l'exécutif veut éviter une nouvelle fronde sociale et prépare le terrain pour la campagne électorale.
Grégoire Normand

8 mn

L'exécutif a surpris en écartant le chèque essence et la baisse de la fiscalité évoqués par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire en début de semaine.
L'exécutif a surpris en écartant le chèque essence et la baisse de la fiscalité évoqués par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire en début de semaine. (Crédits : Reuters)

C'est un budget 2022 de campagne présidentielle qui se profile. Après le bouclier tarifaire et le chèque énergie de 100 euros, le Premier ministre Jean Castex a dégainé une indemnité inflation de 100 euros pour environ 38 millions de Français. Près d'un mois après la présentation du projet de loi de finances 2022 (PLF 2022), le gouvernement s'apprête à inscrire des dépenses substantielles dans le budget 2022 de l'ordre de 10 milliards d'euros.

"Nous faisons face à une flambée des prix du gaz avec une hausse multipliée par dix en période de crise. Il y a une répercussion directe sur les prix de l'électricité. Il y a aussi une hausse des prix à la pompe. Enfin, l'inflation transitoire peut durer. La reprise économique en Europe, aux Etats-Unis et en Chine tire les prix vers le haut [...]  ", a expliqué le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, ce matin lors d'une réunion avec des journalistes.

"Dans le PLF 2022, il y a une stratégie. Elle repose sur deux piliers : l'investissement et la protection. Pour le premier volet, c'est le plan d'investissement 2030 et le plan compétences. Pour le second volet, nous devons protéger les Français des hausses des prix de l'énergie. Les Français ne doivent pas prendre de plein fouet les effets de l'inflation", a-t-il martelé en marge d'un déplacement dans les Hautes-Alpes.

A six mois de l'élection présidentielle, l'exécutif a finalement décidé d'élargir le spectre des Français visés par ces mesures. Alors qu'Emmanuel Macron a annoncé "la fin du quoi qu'il en coûte" il y a déjà plusieurs mois, la multiplication de ces mesures devrait alimenter la critique des oppositions dans le contexte de la campagne électorale.

Lire aussi 6 mnPouvoir d'achat : Emmanuel Macron ne veut pas se laisser voler son bilan

3,8 milliards d'euros pour le chèque inflation entre fin 2021 et début 2022

Après plusieurs de jours de tergiversations, l'exécutif a surpris en écartant le chèque essence et la baisse de la fiscalité évoqués par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire en début de semaine. Finalement, Matignon a tranché pour une troisième voie plus visible et qui concerne 38 millions de Français gagnant moins de 2.000 euros nets par mois.

Sur le plan budgétaire, 3,8 milliards d'euros de dépenses supplémentaires doivent être distribuées entre la fin du mois de décembre et le premier trimestre 2022 pour assurer le financement de l'indemnité inflation. Sur cette enveloppe, 1,5 milliard doit être décaissé pour 15 millions de personnes et le restant l'année prochaine et 2,3 milliards seront inscrits dans le PLF 2022.

Dans le détail, elle doit viser "11 millions de salariés du privé, 2,3 millions de fonctionnaires, 1,7 million d'indépendants incluant les micro-entrepreneurs et les agriculteurs, 6 millions de chômeurs, et 500.000 salariés d'employeurs-salariés. Soit au total 21,6 millions d'actifs", a déclaré le locataire de Bercy. A ceux-là s'ajoutent environ "13 millions de retraités, les titulaires de minimas sociaux comme le RSA, les étudiants qui ne sont pas rattachés au foyer fiscal de leurs parents", a-t-il ajouté. "Une grande majorité de salariés, des indépendants et des chômeurs toucheront cette somme dès la mi-décembre. Cela va dépendre des gestionnaires de paie. Pour le solde restant, il sera versé aux fonctionnaires et aux retraités début 2022", a-t-il précisé.

L'autre enveloppe supplémentaire inscrite dans les textes budgétaires concerne les prix de l'énergie avec le bouclier tarifaire. Elle s'élève à environ 5,9 milliards d'euros entre 2021 et 2022.

Le prix du gaz en France sera bloqué "tout le long de l'année 2022", et non seulement jusqu'à avril 2022, a annoncé jeudi Jean Castex en soulignant le niveau élevé des cours mondiaux. Les experts "nous disent que vraisemblablement la décrue" des prix "sera plus lente" que prévue et "donc nous avons pris nos responsabilités, en maintenant le blocage des prix sur tout le long de l'année 2022", a déclaré le Premier ministre sur TF1. Le dernier volet concerne le plafonnement du prix de l'électricité.

Quatre milliards d'euros pour le plan d'investissement France 2030 et le plan compétences

L'autre grand volet de ces annonces concerne le plan d'investissement France 2030 lancé en grande pompe par le président de la République Emmanuel Macron au Château de l'Elysée la semaine dernière. Les crédits prévus pour financer ce plan l'année prochaine s'élève à 2,8 milliards d'euros. Le pilotage de cet outil devrait être annoncé par le chef de l'Etat au début de l'année 2022.

En revanche, les acteurs devraient avoir peu de visibilité au delà de cette année présidentielle. "Sur la sanctuarisation des dépenses, la première année est assurée mais on va spéculer sur ce qui va se passer après 2022", avait réagi l'entourage du chef de l'Etat après la présentation. Enfin, 1,2 milliard devrait être consacré au plan Compétences et au revenu d'engagement pour les jeunes. Sur ce sujet, Emmanuel Macron devrait faire une annonce la semaine prochaine, selon le ministre de l'Economie.

Lire aussi 9 mnFrance 2030 : le plan d'investissement inachevé d'Emmanuel Macron

Un déficit en hausse à 5% en 2022 contre 4,8% initialement prévu

Après avoir explosé en 2020 à près de 9% et légèrement diminué en 2021 (8,4%), le déficit public devrait frôler les 5% en 2022 contre 4,8% prévu lors de la présentation du budget 2022 par les ministres fin septembre. Malgré cette légère hausse du déficit public, "la dette publique sera ramenée sous les 114%", a assuré Bruno Le Maire.

Compte tenu des prévisions de croissance révisées à la hausse pour 2021 à 6,25% contre 6% précédemment, l'exécutif prévoit des recettes supplémentaires grâce notamment à l'amélioration des recettes fiscales issues de la TVA (+2,5 milliards d'euros). "Il y a un sursaut des recettes sur l'impôt sur les sociétés et aussi sur l'impôt sur le revenu avec un meilleur rendement notamment avec la mise en place de l'impôt à la source", a expliqué le ministre des Comptes Publics Olivier Dussopt.

L'exécutif compte également sur une embellie sur le marché du travail. "Nous estimons qu'en 2021, l'économie française aura créé non pas 325.000 mais 460.000 emplois salariés marchands supplémentaires, ce qui est un résultat exceptionnel", s'est félicité M. Le Maire.

Entre la fin de l'année 2021 et le début de l'année 2022, le ministre en charge des Comptes publics a affirmé que l'exécutif allait "annuler des budgets qui n'ont pas été consommés dans certains ministères. Cela va nous permettre de tenir les 290 milliards d'euros de dépenses hors mesures d'urgence. La sous-consommation des crédits d'urgence comme le fonds de solidarité, l'activité partielle va nous permettre de financer certaines mesures comme le chèque énergie, la première phase de l'indemnité inflation."

En effet, la réduction drastique des mesures d'urgence devrait permettre à l'exécutif de dégager des marges de manœuvre pour financer la batterie de mesures annoncées ces dernières semaines.

"La réduction importante du déficit entre 2021 et 2022 est de nature mécanique. L'amélioration du déficit conjoncturel y contribue pour 1,6 point, tandis que la diminution de 2,1 points du déficit structurel est imputable à l'arrêt de l'essentiel des mesures d'urgence", a rappelé l'économiste de BNP Paribas Hélène Baudchon dans une note dévoilée ce vendredi.

Les réserves du Haut conseil des finances publiques, un budget toujours "sincère" selon le gouvernement

Cette avalanche de dépenses risque une nouvelle fois de faire tiquer le haut conseil des finances publiques (HCFP). Déjà, dans un avis rendu fin septembre, les magistrats financiers avaient pointé les insuffisances du budget 2022. "Le projet de loi de finances (PLF) pour 2022 dont le Haut Conseil a été saisi est incomplet. En effet, il n'intègre pas l'impact de mesures d'ampleur qui ont pourtant déjà été annoncées par le gouvernement (grand plan d'investissement, revenu d'engagement notamment)", avaient expliqué les auteurs.

L'institution avait regretté qu'elle ne puisse pas rendre "un avis pleinement éclairé" sur les prévisions de finances publiques pour 2022 à l'intention du Parlement et des citoyens, en application de son mandat.

De son côté, Bruno Le Maire a affirmé que "nous tenons notre parole et nous présentons un budget sincère [...] Il faut veiller à éviter le dérapage des finances publiques" a-t-il assuré. En attendant le prochain avis, les comptables de Bercy sont sous pression.

Grégoire Normand

8 mn

Replay I Forum zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 25/10/2021 à 10:42
Signaler
Le clown de micron + 600 milliards de dettes.

à écrit le 24/10/2021 à 19:38
Signaler
Et l'explosion de LA TAXE FONCIERE......et qui va quintupler pour beaucoup automne 2026.

à écrit le 24/10/2021 à 19:20
Signaler
Donc les américains voulaient vendre leur gaz de fracturation à l'Europe ,Plus cher que le gaz russe . L'Allemagne n'était pas intéressé car déjà en marché avec les russes et le gazoduc stream 2 . Les américains ont dit : hors de question d'enrichir ...

à écrit le 24/10/2021 à 10:35
Signaler
Sacrés Français... Quand on donne, on n'est pas contents, quand on ne donne pas, on n'est pas contents...

le 24/10/2021 à 19:57
Signaler
Rien n'est donné, tout va se payer.

à écrit le 24/10/2021 à 8:55
Signaler
La gabegie continue, la distribution des chèques en bois continue

à écrit le 23/10/2021 à 19:06
Signaler
"Les dépenses de l'État" ben c'est nous ! Tout cela pour éviter que Poutine gagne de l'argent avec les gazoducs stream . On nous augmente les prix pour que l'on consomme moins et que l'on change d'énergie .On va revenir au bois et au charbon pour s...

à écrit le 23/10/2021 à 16:22
Signaler
A la fin, ce sont toujours les mêmes qui reçoivent des aides. Et les mêmes qui payent les impôts pour cet assistanat.

à écrit le 23/10/2021 à 15:11
Signaler
Puisque nos deputes ne sont bons à rien et vont voter bêtement cette gabegie il faut en supprimer les 3/4 ET METTRE dans la constitution l'interdiction de tout ce qui n'est pas finance apres on s'etonne que personne ne va voter !!!!!!!

le 24/10/2021 à 19:59
Signaler
C'est ce qu'il veulent que personne n'aille voter, comme ça ils repassent à chaque fois, allons voter, nous avons le choix.

à écrit le 23/10/2021 à 14:23
Signaler
Attention 10 milliards sur des centaines de milliards engrangés par les revenus permanents de taxes sans compter les droits de successions ou l'état récupère de 20 à 60 % de la France au fur et à mesure de la,mort de chacun, il ne faut pas oublier to...

le 24/10/2021 à 22:08
Signaler
Ah, Ah , Ah Voilà qui fait bien rigoler. Faut il vous rappeler que l'état est en déficit chronique de 100 milliards (oui, rien que ça!) tous les ans.

à écrit le 23/10/2021 à 13:30
Signaler
Gabegie, clientelisme, et jeanfoutisme de l'etat des finances du pays. Macron est un financier lolllll A la Rothschild il etait sous controle et respectait les règles de la société. Maintenant, il fait comme HHidalgo avec ses associations et ONG pour...

à écrit le 23/10/2021 à 9:50
Signaler
Le calcul est très court-termiste: je donne moins de six mois au prochain Président pour faire exploser la France, par un bout (les GJ) ou par l'autre (ceux qui paieront ces gabegies)...

à écrit le 23/10/2021 à 7:23
Signaler
Il faut interdire à ces personnes politiques ayant mise notre pays en faillite, de quitter la France, afin qu'ils soient jugés.

le 25/10/2021 à 12:36
Signaler
deja que les socialistes soit juge ainsi que ceux qui ont nier les crimes staliniens et qui existe toujours en france

à écrit le 22/10/2021 à 19:17
Signaler
Je me trompe surement (je ne suis pas économiste, et assez nul en math), mais une personne qui gagnerait disons 40k€ par an, et qui emprunterait 50k€, serait endettée à hauteur de 120% de son "PIB" annuel, n'est-ce pas (soit quasiment comme la France...

le 24/10/2021 à 22:17
Signaler
Ce qui est important, ce n'est pas la dette elle même , mais ce à quoi elle sert. Un dette pour investir crée une contrepartie qui est le fruit de l'investissement et qui rapportera dans le futur. Mais une dette pour les dépenses courantes ne crée au...

à écrit le 22/10/2021 à 18:51
Signaler
On a a faire a une sacrée bande de clowns. Pauvre pays, pauvre peuple

le 23/10/2021 à 7:18
Signaler
Puisse, ce peuple voter pour ses propres interets la prochaine fois. Mais un doute me prend, la betise du francais est sans limites.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.