COVID-19 en 24h : confinement jusqu'à avril, épargne des ménages, jeunes...

 |  | 1271 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : jdussueil)
Ils sont les victimes silencieuses des mesures de restrictions face au coronavirus : les jeunes face à l'isolement et à un marché de l'emploi fragilisé. Voici les neuf informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.
  • L'INFO A SUIVRE - Le "lourd tribut" payé par les jeunes

Moins malades du Covid-19, mais frappés par ses conséquences sociales, éducatives ou psychologiques: le "lourd tribut" payé par les jeunes à la crise sanitaire est au centre du premier débat à l'Assemblée nationale en 2021.

Etudiants démoralisés par l'isolement, "petits boulots" qui disparaissent, accès à l'emploi encore plus incertain... beaucoup de jeunes "en difficulté ou en souffrance sont confrontés à une situation inédite" avec la pandémie, souligne Sylvie Charrière (LREM).

"Notre jeunesse a besoin d'être accompagnée humainement", ajoute-t-elle à l'AFP, avant ce débat prévu en fin d'après-midi.

De nombreuses mesures ont déjà été prises mais face à une situation sanitaire toujours tendue, il faut "adapter nos dispositifs d'accompagnement" pour les jeunes, a reconnu mardi matin Jean Castex devant les députés LREM, selon des propos rapportés.

"Il faut faire vite (...) c'est la priorité du gouvernement, dès cette semaine", a ajouté le Premier ministre, en promettant "des annonces" rapides.

Le chef du gouvernement a annoncé qu'il recevrait dès vendredi les représentants de la communauté universaire, tout en précisant que la situation sanitaire laissait "peu de marge de manoeuvre".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2021 à 8:41 :
Alors que si on s'était seulement contenté de mettre les personnes fragiles à l'abri on aurait pu justement embaucher plein de jeunes afin de servir ces personnes et tous les protagonistes auraient été satisfaits et cela ne nous aurait rien coûté on commence à être chez les fous furieux là hein.

Bref comme d'habitude nos politiciens se plaignent des mesures qu'ils ont prises eux mêmes sans nous consulter. Pitoyables hypocrites.
a écrit le 13/01/2021 à 7:12 :
pour mieux gaver les rentiers inutiles, c'est à dire les 8 millions de ponctionnaires qui ne servent à rien, nous tuons nos forces vives : les ponctionnaires devraient se voir retirer leurs statuts !!!!!
a écrit le 13/01/2021 à 0:07 :
Folie que de sacrifier la jeunesse pour "sauver" des vieillards.
Constat dur mais juste.
"Nous sommes en guerre" dixit Macron et c'est dans cet esprit qu'on envoie les jeunes, les forces vives de la Nation au casse pipe comme dans chaque guerre.
Pendant ce temps, a l'arrière on ouvre les parapluies avant de retourner les vestes.
Réponse de le 13/01/2021 à 5:48 :
La guerre et la compétition entre générations est un des fondements du macronisme. Force est de constater que ce stratagème vicieux fonctionne à plein. C'est bien d'honorer des générations de vieux, qui ont enrichi la France par leur travail et leurs sacrifices, en voulant les sacrifier, justement, au nom de la preservation de la jeunesse. Belle évolution des sociétés humaines !! Vivement les décrets "Soleil vert" et la création des Foyers ... et en plus ça plairait aux dictateurs bobo-ecolos du nouveau monde.
Réponse de le 13/01/2021 à 13:03 :
D'autant que les "vieillards" comme ceux des Ehpad ou vivant chez eux âgés en moyenne de 85 /90 ans n'ont pas demander un seul instant de sacrifier la jeunesse et tuer un pays pour les sauver ,ça c'est un prétexte du gouvernement .Ce sont plutôt les retraités plus jeunes dans les 70 ans très nombreux dont une grosse partie de l’électorat de Macron qui veulent que l'on sacrifie sans état d'âme cette jeunesse pour qu'ils puissent continuer leur petite vie pépère .Il suffit de voir la plupart des intervenants de cet âge à la TV pour se rendre compte qu'ils ont la trouille car ils sont dans le collimateur de ce virus.
Réponse de le 13/01/2021 à 21:32 :
Bien dit.
C'est dur à dire, mais oui sacrifier les jeunes pour sauver les plus âgés, cela devient une pure folie.
Ce n'est pas cette stratégie qui va sauver l l'economie.
On fait aussi l impasse sur la souffrance des gens qui se retrouvent avec des revenus à la baisse... est ce que ça en vaut la peine ?
a écrit le 12/01/2021 à 20:15 :
Il est bien temps de s'apercevoir, un an après, des dommages causés par l'hystérie sanitaire et administrative...Surtout sur les jeunes qui ont perdu déjà deux ans de leur vie puisque leur vie est rythmée par l'année scolaire et non pas civile. Une grave responsabilité pour ceux qui ont décidé d'imposer ce dommage non par altruismes (comme ils prétendent nous le faire croire) mais pour ouvrir le parapluie à leur bénéfice, et pour les hypocondriaques qui l'ont inspiré voire réclamé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :