Emmanuel Macron peut-il accélérer les réformes  ?

 |   |  436  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
[ 9 POINTS CHAUDS DE 2019 ] Marchés agités, guerre commerciale États-Unis Chine, Brexit, crise de "Gilets jaunes"... 2019 sera l'année de tous les dangers avec un monde face au risque de la récession. Mais aussi, comme le pire n'est jamais sûr, l'année de toutes les opportunités. Sixième point chaud : Macron peut-il continuer à réformer ?

Après plusieurs semaines de mobilisation des « gilets jaunes », Emmanuel Macron est apparu, le 31 décembre, déterminé à mener des chantiers à risques. Lors de son allocution aux Français, il a expliqué que « les résultats ne peuvent pas être immédiats et l'impatience que je partage ne saurait justifier aucun renoncement ». Au plus bas dans les sondages, le chef de l'État a formulé ses trois priorités en annonçant vouloir « changer en profondeur les règles d'indemnisation du chômage, afin d'inciter davantage à reprendre le travail, l'organisation du service public, pour le rendre plus efficace, et notre système de retraite, pour le rendre plus juste ». Pourtant plusieurs obstacles de taille apparaissent déjà dans l'agenda des réformes. La concertation sur les retraites, suspendue depuis le début du mois de décembre avec la crise des « gilets jaunes », devrait reprendre à partir du 21 janvier.

Priorité du programme d'Emmanuel Macron, la réforme de l'assurance-chômage promet quelques échanges houleux avec les syndicats. La mise en place d'un bonus-malus pour les entreprises qui abusent des contrats courts ou les économies drastiques demandées à l'assurance-chômage (3 à 3,9 milliards d'euros sur trois ans) risquent encore d'exacerber les divisions des partenaires sociaux. En pleine crise des « gilets jaunes », les syndicats ont demandé une prolongation des négociations. Ces dernières devraient aboutir à un accord le 22 février. Par ailleurs, l'organisation du grand débat national à partir de la mi-janvier pourrait ralentir le rythme des chantiers à venir.

-

macron

-

Au niveau européen, les ambitions du chef de l'État pourraient être revues à la baisse. Au moment de son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron avait fait de l'Europe sa priorité. Dix-huit mois plus tard, les résultats ne sont pas à la hauteur des promesses proclamées alors. Lors de ses vœux, le président a déclaré qu'il proposerait dans les prochaines semaines un « projet européen renouvelé » censé en finir avec le « sentiment d'impuissance » et « mieux protéger les peuples ». Le renouvellement du Parlement européen et de la Commission européenne pourrait paralyser un certain nombre de réformes.

--

LIRE AUSSI LES AUTRES POINTS CHAUDS DE 2019

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2019 à 14:19 :
Une suggestion :
Emmanuel MACRON fait publier, à l'instant dans le Journal officiel, un décret supprimant de suite les "bonus" accordés aux anciens chefs de l'État.
D’ailleurs, ces chers Elus devraient appliquer, sur le champ, cette disposition citoyenne de leur propre initiative.
a écrit le 16/01/2019 à 14:15 :
Une suggestion :
Emmanuel MACRON fait publier, à l'instant dans le Journal officiel, un décret supprimant de suite les "bonus" accordés aux anciens chefs de l'État.
D’ailleurs, ces chers Elus devraient appliquer, sur le champ, cette disposition citoyenne de leur propre initiative.
a écrit le 14/01/2019 à 20:36 :
je réédite mon post: y-t-il un macronjupiterien qui pourrait nous donner la liste des soi-disant réformes faites et surtout quel a été l'impact sur le chômage, dette, déficit, croissance. pour les macronsfans pas tous en même temps, chacun son tour pour une réponse intelligente enfin si possible.
a écrit le 14/01/2019 à 11:40 :
Que peut faire un président avec une administration pléthorique, rétive à tout changement, des retraités tellement nombreux (35h, retraite taux plein à moins de 60 ans) qu'il a fallu comme les petits commerçants à les assimiler au régime général qui s'en serait bien passé car on y avait déjà rajouté des non cotisants.
Reste la possibilté d'une régionalisation à donf, renvoyer les pb aux présidents élus de région, et diviser avec l'aide de l'Europe.
J'habite l'ouest de la France et ça ne nous poserait aucun problème, identité forte, culture chrétienne, goût du travail d'ou des taux de chômage identique aux autres Européens, déficit de la balance commerciale nul, tourisme, concurrence des écoles libres élevées donc bon niveau scolaire tout pour réussir.
Et plus de président terré dans sa tour d'ivoire, dehors face à l'Europe et le monde qui a besoin de lui.
a écrit le 14/01/2019 à 11:36 :
Mêler le Brexit à la liste des graves dangers qui nous attendent, voilà qui ressemble un peu à de l'intox. En fait, à ces graves dangers, il faudrait remplacer le Brexit par l'UE, qui détruit notre souveraineté à un moment où il faudrait plus que jamais la retrouver. Si Grégoire Nermand faisait un peu plus de géopolitique, c'est probablement ce qu'il conseillerait.
a écrit le 14/01/2019 à 8:57 :
Il faudrait que Jupiter comprenne dans son olympe qu'il n'a pas été élu comme le rabâche la presse libérale pour faire les réformes de Bruxelles mais pour éviter MLP. Il n'y a pas d'adhésion a son programme de réformes dictées par Bruxelles!
Réponse de le 15/01/2019 à 6:13 :
Bonjour, Vous avez tout à fait raison. Il n'est que le coursier zélé de Bruxelles et effectivement pour couper l'herbe sous les pieds de MLP, qui n'a pas tellement brillé non plus.
a écrit le 14/01/2019 à 8:06 :
Macron est discrédité en tant que chef d''état d'envergure : il aura du mal a faire passer quoi que ce soit désormais !
a écrit le 14/01/2019 à 5:44 :
Jupiter part la grâce de dieux roi de france et de Navarre écrit une lettre aux g j attention c est une arnaque comme la revalorisations des retraites au la pollution Jupiter Le king perdue la RF le roi ?
a écrit le 13/01/2019 à 20:13 :
Jupiter Le repentir ? Comme croirez macron après tant de sommeil ?une lettre vides macron a créé un malaise en france ils à perdue la confiance des françaises des travailleurs des retraitees ils a créé la misère Des personnes chez le pauvres Luis font confiance president écrivain ils est petit macron tant des morts dans leS manif en 2018/19 j ai votez Emmanuel macron je regrette ?
a écrit le 13/01/2019 à 19:38 :
@heureusement
Non, formellement non, Asselineau pourrait s' accorder à la hâte d' une grille de lecture d' énarque et droitière sauf que l' énarchie n' est pas un défaut chez le candidat mettant cette clairvoyance au service du plus grand nombre et quand l' analyse est celle d'un homme réellement positionné au-dessus des partis clivants et en fait une position chez lui à la fois intangible et gaullienne.
Le parti est d' ailleurs classé divers à la lecture de son contenu programmatique et positionné comme tel et rectifié comme tel à sa demande expresse.

Quel autre parti propose de réintroduire des référendums sur de sujets clefs engageant l' avenir du pays, la totale liberté d' expression d' au moins une grande chaine publique, la renationalisation de grands groupes d' intérêts publics -parfois avec seulement une prise de participation majoritaire- et affiche une ligne indiscutable -mais tjrs exposée au débat quotidien, pluriel- depuis son origine sur la nécessité de sortir de la trilogie Ue, otan, euro ..?

Une relecture de de Boissieu sur Gaulle s' impose..
"La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français comme de tout temps, ressentent en eux des courants. ...Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable.

La critique est facile mais l' art reste difficile!
Réponse de le 13/01/2019 à 21:48 :
Dans un monde en mutation les références au passé montrent la médiocrité sur l'avenir. Pour ce qui de votre poulain un homme des dorures des ministères ou des flutes de Champagne dans les ambassades ou les missions toutes aussi inutiles les unes que les autres surtout à l‘époque . Pour avoir fréquenté certains de ses illustres!! hauts fonctionnaires à l’étranger qui en dehors des capitales avait du mal à connaître le reste du pays, mon souvenir s‘arrête à: surtout ne rien demander pour être bien servi. Certains dépensaient l’argent public dans des contrats d’état à état sans vision économique pour la France. Je n’oublie pas ceux qui étaient plus intéressés par le tournoi de tennis des ambassades ou missions que par la croissance de la France. La belle époque ou paraitre était le leitmotiv bien loin des préoccupations économiques de la France. Je note d’ailleurs que votre commentaire me ramène quelques années en arrière ces années du paraitre français de nos hauts!! fonctionnaires dont nombre d’énarques qui faisaient les choux gras d’autres chancelleries. Votre leader en mal de reconnaissance, viré par M. Sarkozy, n’ a pas accepté d’être dans la foule du milieu politique écouté par courtoisie mais jamais mis à en avant. Il y a des énarques de qualité malheureusement ils ne font pas de politique cet axe est réservé aux ambitieux sans ambition pour la France avec le plus, croire qu’ils sont le nombril de notre pays. A ce sujet j’ai aimé du ministre de l’économie M. Le Maire un énarque politicien, sa fameuse et fumeuse sortie: mon intelligence est un obstacle . Dernier point et non des moindre tous ces médiocres qui font référence à M. de Gaulle une insulte à sa mémoire. UPR des opportunistes de comptoirs sans aucune vision du monde, un parti d’hier nostalgique des dorures. En étant trivial je vous prédis comme à la présidentielle une belle gamelle.
Réponse de le 14/01/2019 à 10:07 :
@nostalgie Vous ne démontrez rien sauf votre non volonté assortie de votre incapacité observable à mettre fin à la tyrannie exogène des GOPE que vous défendez ...
Mieux encore, vous diffamez et pour exemple, quand l' inspecteur général des finances Asselineau a t-il été viré par Sarkozy ?
L' UPR et son leader non aligné deviennent le cauchemar existentiel d' une France politique coquille vide, prise en défaut de remplir sa mission dans l' INTERET des français, cf les 70 % de soutien aux Gilets Jaunes et qui ne sait tout simplement pas réintroduire au débat une concurrence politique matchant en en vis-à-vis, les yeux dans les yeux car elle ne sait tout simplement pas quoi lui répondre ..
Et ça se voit autant que ça se sait malgré le grand confinement.
a écrit le 13/01/2019 à 19:27 :
Jupiter le roi des riches a des compte à rendre ils tiens pas les promesses ils voles leS retraitees ils réclame La juste revalorisation d inflation 2018 LeS retraitees sonts pas des casseur ils sonts gaze part leS CRS ? 2022 c est pas biens lointain en 2022 ils est grillé Jupiter Le Madoff politique 👎
a écrit le 13/01/2019 à 19:01 :
Le quinquennat est fini. Cela sera juste de la gestion jusqu'à la fin....
a écrit le 13/01/2019 à 18:44 :
Chute de production manufacturière en novembre: -1,4 %
https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0600489290960-novembre-noir-pour-lindustrie-penalisee-par-des-greves-et-les-gilets-jaunes-2235218.php
---
Les indices PMI Markit pour le mois de décembre, forte dégradation :
« Première baisse de l’activité depuis deux ans et demi dans le secteur des services en décembre »
« Plus fort repli de l’activité depuis novembre 2014 »
« Premier recul des nouvelles affaires depuis trente quatre mois »
« Plus faible croissance de l’emploi depuis vingt mois »
a écrit le 13/01/2019 à 17:58 :
quand on note le QI de la clique Le Pen et de leurs admirateurs en gilets jaunes c'est très rassurant pour Macron et la démocratie française .
Réponse de le 13/01/2019 à 19:32 :
Les français se reconnaissent dans le réprésentant des GJ,monsieur Barnaba:payé 3000 boules pour ne rien faire depuis 10 ans,le reve absolu pour une majorité de nos compatriotes.
Réponse de le 13/01/2019 à 19:49 :
C'est à moitié rassurant quand n'importe qui sans expertise, sans éducation, sans données, sans vista, veut décider de la politique en France.. Il y a un grand mensonge depuis 1789 qui masque le fait que certains sont, voire doivent être, moins égaux que d'autres. Qui ose dire que si nous avons un démocrate représentative, c'est bien parce que les sondages ne sauraient constituer une politique viable et pérenne.
Réponse de le 14/01/2019 à 10:56 :
c'est très drôle un simplet qui dit "quand on note le QI " car votre post ne démontre pas un intello brillant je dirais même plus QI inférieur à la moyenne, de plus l'ami je ne suis pas pas du tout RN ou FN, mais j'abhorre les "je sais tout tellement que j'suis beau" enfin un vrai domestique de macron élu par défaut.
a écrit le 13/01/2019 à 17:57 :
La démocratie, ce n'est pas l'élection d'un homme pour 5 ans et basta, c'est le débat, les arguments puis le vote des citoyens par référendum, ou de leurs représentants indépendants des partis. Actuellement, c'est le gouvernement et donc Macron qui règne sur l'Assemblée Nationale, qui décide de l'ordre du jour, des amendements, des lois, des décrets, des ordonnances, de tout en définitive.
Macron usurpe le poste de premier ministre, de ministre, de député, de sénateur et même de magistrat lorsqu'il exige des sanctions exemplaires à l'égard, non pas de Benala, Sarkozy, Balkany ou Balladur, mais d'un citoyen Lambda.
Une dictature douce ? Jusqu'à quand!
Réponse de le 13/01/2019 à 19:37 :
des milliers d'arrestations "préventives", des centaines de blessés chez les manifestants dont plus de soixante gravement suite à un tir direct de LBD dans la tête.

Le gouvernement poursuit de sa vindicte les blessés jusque dans les hôpitaux en détournant une loi de mars 2018 qui permet aux policiers d'accéder aux listes d'admission dans les hôpitaux.
Cette loi avait été votée pour permettre un recensement rapide des victimes d'attentats de masse.

Le ministère de l'intérieur la dévoye pour recenser les blessés pendant les manif afin de les faire inculper pour une raison ou une autre (participation à une manif interdite, violence etc etc....).

Non, plutot sauvage le macronisme. Les juges indépendants sont notre dernier rempart contre la dictature, pourvu qu'ils tiennent.
a écrit le 13/01/2019 à 16:59 :
si certain Français manque d'effort dans leur fonction
il s'agit bien du president et de ses ministres qui refuse d'ecoute les revendications
comme leurs prédécesseurs depuis 30ans
et de la majorite de haut fonctionnaire qui se cache derriere leur emploi a vie

et leur petit privilege.
et quand ce petit monde ne fait que transcrire les directive de bruxelles

on comprend mieux que la France peut et doit de passer de leur service de double emploi

comme pour une entreprise prive
a écrit le 13/01/2019 à 16:39 :
E. Macron doit ABSOLUMENT, ou Maintenir, ou Accélérer le rythme prévu.
Sans omettre de Bien discuter avec CFDT FO CFTC UNSA CGC M.E.D.E.F


Quant à Bruxelles qui empeche la fusion Alsthom-Siemens, après avoir interdit la fusion Legrand-Schneider,
et 27 Divergents sur tout et tout et tout :
" no comment "
a écrit le 13/01/2019 à 16:09 :
Ne vous laissez pas abuser par ces menteurs professionnels qui parlent de la redistribution comme source principale de la dette francaise, c'est un mensonge énorme !

La cause principale fut les subprime et la titrisation crées par des francais justement de cette soit disant elite qui ont créé un instrument stupide qui contrairement à leurs affirmations ridicules ne répartissait pas le risque de sorte à le diminuer mais le diffusait, le diffusait qui plus est de manière obscure, impénétrable meme pour les spécialistes.
C'est la cause 1ere, la crise de 2008 la nouvelle crise de 29 masquée par les médias pour sauver la tete de ces corrompus qui plus est incompétents et dangereux.
Cette crise à creuser la dette de plus de 500 milliards.

La part de la dette de la securité sociale ne sert pas à soigner les gens elle sert à subventionner des labos pharmaceutiques qui créent des poudres de perlimpimpin au meme niveau que l'homéopathie.
Beaucoup d'entreprises profitent à plein du secteur medicale, les malades n'y sont pour rien.
La medecine en moyenne est du meme niveau que le plan vigipirate avec ces militaires qui vadrouillent pour rassurer mais en pratique ne servent à presque rien.
Réponse de le 13/01/2019 à 17:37 :
Une autre cause de l'augmentation de la dette ce sont les diminutions d'impôts pour les plus riches,depuis le gouvernement Fabius dans les années 80
Il faut savoir que une partie non négligeable de la dette ,est détenue par des organismes domiciliés dans le paradis fiscaux(et à ce titre c'est de la dette française détenue par des étrangers)et contrôles par les premières fortunes françaises.
Donc,les impôts qu'ils ne paient plus en France,ils l'investissent dans de la dette française,contractée pour pouvoir diminuer les impôts de ces mêmes personnes!.Et la boucle est bouclée.
a écrit le 13/01/2019 à 15:35 :
Macron ne peut pas accélérer ses réformes, il doit faire un virage idéologique avant.
Il a lui même critiqué l'économie de superstars alors qu'il n'a de yeux que pour la France des élites. A voir si il est capable d'évoluer ou pas mais ce n'est pas gagné.
a écrit le 13/01/2019 à 15:13 :
Je pense que ceux qui ont de gros capitaux (industriels, patrimoines, artistes, footballeurs, ingénieurs, hauts cadres et qui ne l'on pas encore fait etc) ont tout intérêts à quitter la France avec leur famille si la possibilité leur est offerte, pour peut-être ne pas le regretter dans les années à venir. Quand aux jeunes générations à venir, il faut peut-être oser de rester en bas de l'échelle sociale. Vous aurez la protection (CMU, etc....)
Les investisseurs qui voulaient quand à eux venir en France, l'ont déjà compris et font demi-tour.
a écrit le 13/01/2019 à 14:39 :
Vivre la république, vive la France avec Marine Le Pen.
Mr Macron peut faire ce qu'il veut ou les Média influencer les Français en critiquant Le Pen, les Français ne sont ne plus dupes.
Réponse de le 13/01/2019 à 15:31 :
M le Pen excelle dés qu'il s'agit de critiquer les autres et d'appuyer où ça fait mal. Par contre quand au débat télévisé, elle a du prendre la parole pour autre chose que ses piques habituelles, elle n'a pas brillé c'est le moins qu'on puisse dire. Après elle utilise sa technique habituelle, elle se met à l'écart quelques mois, évite de trop parler et attend patiemment la prochaine crise sociale/politique pour renaitre de ses cendres en envoyant quelques punchlines.
Réponse de le 13/01/2019 à 16:47 :
yep...

Sans compter le nombre de casseroles judiciaires qu'elle traine et qui pourraient, si elles débouchent sur une condamnation, la sortir de la vie politique pour quelques années, ainsi que la plupart des élus actuels du FN à Bruxelles.

D'où la liste européenne qui comporte 1/3 de sang neuf non encore compromis, 1/3 de transfuges d'autres partis et seulement 1/3 de sortants.

L'Europe représente la vache à lait du parti, il ne peut pas se permettre de trop perdre de députés.
a écrit le 13/01/2019 à 14:27 :
Ce qui est triste c'est que le prochain Président pourra tout détricoter comme Hollande...

Les Gilets Jaunes veulent le RIC, personne ne nous a expliqué comment cela peut fonctionner... Le principe est sympa et ne doit pas poser de souci à le mettre dans la constitution mais le diable sera dans les détails de mise en œuvre.

Ça a l'air d'être pour beaucoup de GJ LA solution qui résoudra tous les problèmes.
Les GJ pensent que toutes les questions pourront être posées : Êtes-vous d'accord ou pas pour porter le SMIC à 2400€, avancer l'âge de la retraite à 60 ans, à 80% du dernier salaire... J'en ai entendu bien d'autres.
Déjà dans ces questions pourquoi se limiter et ne pas demander le SMIC à 5000€ et la retraite à 50 ans ? A 200% du dernier salaire, occuper son temps libre coute...
On aura aussi le droit à des questions saugrenues, la longueur des queues de cerise... (Si c'est, parait-il, important pour les producteurs qui ne sont pas entendus par les technocrates)
Vu l'avalanche de questions, devra-t-on aller tous les dimanches à la mairie voter ?
Quid du coût d'une consultation nationale hebdomadaire ? (En contradiction avec le trop de taxes, car l'état doit dépenser moins)
Revenons sur terre, on voit que des questions importantes pour les GJ : SMIC, âge de la retraite ne pourront être posées... En vertu de quoi ! Je n'ai pas cette réponse.
Qu'un petit nombre de RIC par an seront possible, se posera la question de comment prioriser les questions... Des pétitions ? Avec combien de signature 10% des électeurs soit dans les 4 millions ? Je pense que ça va piquer...

Il serait intéressant de voir les plateaux de télé débattre de ces premiers questionnements au lieu de la violence de certains vrai/faux GJ.

Une majorité de GJ vont être déçus et peut être rester sur les rond-points ou les quitter dépités.
Réponse de le 13/01/2019 à 15:32 :
Je partage vos interrogation.

Par nature le referendum ne peut pas s'appliquer comme mode de décision à tout.
D'autre part, son cout est assez dissuasif. Le referendum de 1992 avait couté 1.1 €/électeurs, celui de 2005, 3€/électeur (130 millions €)

On peut tabler sur un coût minimal d'une centaine de millions € par consultation.
On peut faire, mais pas tous les mois.
Réponse de le 13/01/2019 à 17:13 :
Quel courage !

Vous ignorez comment ça va fonctionner ou combien ça coute, alors vous condamner !? Car vous pensiez avoir réponse à tout ?
Vous étaler juste votre conformisme là, il faut s'en rendre compte.

Personnellement je jugerai sur pièce.
Des textes circules sur le net, ça coute rien de suivre l'évolution de la proposition.
Demain est un autre jour...
Réponse de le 19/01/2019 à 14:29 :
A Gaston,
J'ai le courage de réfléchir...
On ne peut demander aux citoyens de voter sans que leur avis soit éclairé.
Pour toute question d'un référendum, il faudra une campagne électorale etc...
Je suis désolé mais il y a un coût s'en soucier est important ou vous décidez que l'on peut balancer l'argent par les fenêtres...
Sur le contenu des questions, j'attends vos réponses. Et non me renvoyer sur internet sans mettre le lien...
J'ajouterai que lors de la campagne présidentielle M. Mélanchon a proposé des choses mais n'est pas rentré dans ces fichus détails y aurait il un Loup ?
a écrit le 13/01/2019 à 14:20 :
Il est très facile de régler les problemes de la france. Nous avons une chance inouie, la concentration d'une quantité de richesses énorme dans les mains de quelque uns nous donne l'opportunité de sacrifier très peu pour le plus grand bien de la majorité.
il suffit de spolier Bettancourt, Arnault et Pinault !
Le deficit de la france serait effacé pour plusieurs années améliorant considerablement la capacité d'investissement du pays pour le relancer en profitant de son retard pour un renouvellement complet des ses moyens de production.
Tout cela en "sacrifiant" seulement 3 familles au lieu de millions actuellement.
Le sacrifice est relatif en plus il leur resterait quelques millions tout de meme au lieu de milliards qu'ils ne savent meme pas dépenser.
Réponse de le 22/01/2019 à 11:23 :
Bonjour fillou .Taxer les super riches suppose que leur fortune soit en France .Cela reste à démontrer comme disait le docteur Glloq !
a écrit le 13/01/2019 à 13:52 :
Les réformes en novlangue bruxelloise, en français décodé, les GOPE ou feuille de route de Bruxelles ..
Pendant toute la campagne présidentielle, François Asselineau et l’UPR avaient annoncé quel serait le VRAI programme des dix autres candidats, qui refusaient tous les dix de proposer aux Français de faire sortir la France de l’UE par la mise en œuvre la plus rapide possible de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE). Les Français et des pseudo-spécialistes de l’analyse politique découvrent avec effroi les réformes anti-sociales qui ont lieu depuis le début du quinquennat (SNCF, casse du droit du travail, rabotage de l’ISF, baisse de l’impôt sur les sociétés, hausse de la CSG, baisse de l’assurance chômage, stagnation du SMIC, etc.) alors qu’il suffisait de lire les GOPÉ 2016-
https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-mise-a-jour-les-grandes-orientations-des-politiques-economiques-gope-2018-2019/2017 et 2017-2018.

Du fait de l’engagement de la France dans l’euro et dans l’Union européenne, toutes les grandes décisions de notre politique économique et sociale sont directement dictées par les « recommandations » de la Commission européenne, également intitulées « grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ) », que l’institution technocratique bruxelloise publie chaque année à la mi-mai..
Réponse de le 13/01/2019 à 15:31 :
Heureusement que l'on pense pour nous car si nous attendons des actions de politiciens français, y compris celui qui est en place, la France serait dans une sorte de sous-développement. Pendant des décennies les seules actions économiques dont nos véreux ont été capables, la dévaluation. Je me souviens lors de déplacements à l’étranger pour des chantiers, de pays qui ne voulaient pas du Franc. Pour ce qui est des partis de pingouins comme l’UPR avec à la tête encore un véreux sortie de l’ENA l’école des politiciens à créer de la dette et du chômage, leur seule vision est de gouverner pas de grandir la France. Le pingouin qui lors de la présidentielle nous brandissait le GOPE n’était même pas capable de connaitre le sujet dont il débattait comme le prix d’un porte-avions et pris « la main » dans l’absurde il perdait son sang froid. Encore un, qui de partis en partis jamais content de son sort à monter un machin de comiques. Le « merdier » actuel chez nos voisins british montre s’il en était besoin que de croire les menteurs qui nous promettent monts et merveilles hors union type UPR ne veulent pas d’une France puissante mais d’un pays en galère. L’Europe est loin d’être parfaite mais au moins elle garantit un minimum de grandeur, d’ailleurs nos voisins italiens ne sont aps tombés dans le panneau ils ne demandent pas la sortie ni de l’Euro ni de l’Union mais une refonte sur certains points. L’UPR heureusement un micro parti dont le score à la présidentielle a montré qu’il comptait pour du beurre plus rance que doux d‘ailleurs. L’UPR un parti piloté, conseillé comme l’ ont été certains « brexiteurs », par qui ? Et dire que nous allons devoir nous coltiner les commentaires absurdes de l'UPR jusqu'au 18 mai.
Réponse de le 13/01/2019 à 18:04 :
Dans le mouvement des GJ, on vois beaucoup de drapeau Français, aucun Européen. on entends régulièrement la Marseillaise, rien de bien positif sur Bruxelles, etc... etc...

Bref vous êtes pas loin des positions de Jules Ferry, juridiquement condamnable, ou résumé par Bertolt Brecht dans un poème ironique de 1953 : "J'apprends que le gouvernement estime que le peuple a «trahi la confiance du régime» et «devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités». Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre?"

Les Européistes ont trouvé une troisième voie, agir contre la volonté des peuples avec un aspect juridique impeccable, résumé par Jean Claude Juncker ... "Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens" (Janvier 2015)
Réponse de le 13/01/2019 à 18:37 :
Votre réponse du blabla politique sans consistance et si vous parlez des GJ il faudra que M. Asselineau nous communique sa retraite de haut fonctionnaire comme l'ensemble de son staff. Il n' est pas demandé aux citoyens des pays européens de faire table rase de leur passé dont la Marseillaise pour la France. Ne cherchez pas des arguments bidons à l'anglaise la France vos mieux que vos arguments médiocrites.
Réponse de le 13/01/2019 à 20:24 :
@blabla Parce qu' un haut fonctionnaire hier responsable à l' intelligence économique sous Sarkozy et qui a fondé un parti l' UPR fort de plus de 33 000 adhérents parfaitement auto-financé alors qu' il ne touche pas un sou de subventions publiques n' aurait pas le droit de postuler derrière le président/banquier fort de ses arguments sur le Frexit ...?
a écrit le 13/01/2019 à 13:48 :
Il peut commencer à réformer et commencer à réduire notre dette. Il suffit de chercher les priorités qui rapportent et qui rendent content. La réduction des inégalités hommes de pouvoir/ femme du peuple : annuler les doubles postes des anciens ministres et les places (copain/copain). Interdiction à tous les politiques de cumuler les retraites de ministres et les bons places (cachées et bien payées) Hier encore une rigolade nous avons eu appris que la séguolana du PS après avoir cumulés des postes de ministres (donc plusieurs retraites) et qui occupe le poste prestigieux d'ambassadrice des pôles ne voyait pas la nécessité de se présenter aux européennes (sent-elle le vent tourner ?) quand il aura fait le ménage et s'il le fait bien notre président pourra retrouver un peu de notre estime
a écrit le 13/01/2019 à 13:15 :
arretez de parler de reforme, c'est du cost killing à la ghosn pour permettre au pont superieur du titanic de continuer à diner au caviar dans une ambiance de musique de chambre!
a écrit le 13/01/2019 à 12:59 :
Oui ! Établir la reconnaissance du vote blanc pour commencer. Nullité d'une élection si moins de 50% de participants ou vote obligatoire avec le vote blanc reconnu . La démocratie n'existe plus, il faut la restaurer. En plus cette mesure, permettrait d'éviter les extrêmes ! L'exemple David Douillet est assez saisissant sur le sujet, élu avec un taux faible de votants. Entendre , ces gens "dirent, j'ai gagné ", est une honte, pour la démocratie.
Réponse de le 13/01/2019 à 18:08 :
excellentes propositions pour renforcer la démocratie ! voir également le pourcentage de français ayant voté macron
a écrit le 13/01/2019 à 12:53 :
Pour rétablir un peu de confiance je propose de commencer par fixer le taux d'intérêt du livret A supérieur à celui de l'inflation .Et pour le calcul de cette dernière utiliser le taux réel c'est à dire avec la prise en compte du prix du tabac .Car actuellement l'indice utilisé est faux !Ce sont les gueux qui fument avec leur livret A .
Réponse de le 19/01/2019 à 14:37 :
Non sans le tabac...
Ce n'est pas une dépense contrainte que je sache.
Si vous ne pouvez arrêter, c'est votre choix.
a écrit le 13/01/2019 à 12:49 :
Si c'est réformer pour toujours plus pour les riches, les banques, la spécul et la mondialisation qu'il ne fasse rien. Par contre il possède toutes les connaissances financières nécessaires pour sortir par le haut de cette crise comme celle de 1929 ou pour épurer les banques le président US avait nommé (je crois) comme ministre des finances un banquier ripoux un mec qui connaissait toutes les ficelles. Bref il doit choisir entre la très haute bourgeoisie et la classe moyenne (haute et basse)..Dur dur d'être Président...
a écrit le 13/01/2019 à 12:37 :
Macron va s’empêtrer dans un "grand débat" dont il ne sortira qu'une chose.

Les français trouvent exécrables ses réformes passées et, forts de cette expérience, ne veulent pas de ses réformes à venir sur les retraites ou le chômage.

Il n'y aura plus que trois solutions.

1°) Macron promet de s'amender et de changer de politique. Il vire la clique de technocrates et de traitres, qui l'entoure à Matignon comme à l'Elysée et tente de constituer une équipe plus "sociale" et de sauver la fin de son quinquennat.

2°) Il décide qu'il n'est pas prêt à porter les réformes voulues par les français et démissionne.

3°) il décide de ne pas tenir compte des résultats du débat, ne change rien à son programme.... et on va à la guerre civile.

Accélérer les reformes, c'est le pire du cas 3.
a écrit le 13/01/2019 à 12:11 :
Macron pipe les dés. Il ne dit pas ce qu'il fait, il ne dit pas dans quel but et à quel horizon. Son modèle n'est pas Sarkozy comme nous pouvions le penser à ses débuts, mais Tatcher. Il voulait se faire les syndicats de salariés, les mettre à genoux, les humilier. Hélas pour lui, les syndicats n'ont pas résisté assez longtemps pour que la victoire soit remarquable et remarquée. Macron pense que faute des syndicats, il peut se faire les gilets jaunes, les mettre à genoux, les humilier. Il aurait enfin sa victoire, son bâton de maréchal nous voilà, son nom gravé sur le fronton du Panthéon des briseurs de grève. C'est le sens de ses provocations et de ses rodomontades. Il échouera bien entendu car en face, il n'y a personne d'autre à vaincre que ceux qui n'ont rien à perdre. Cette obstination à servir ses sponsors contre le peuple français, ne peut qu'enfoncer davantage le pays dans la crise. Finalement, il y a quand même un peu de Sarkozy en lui, sur ce point.
a écrit le 13/01/2019 à 12:11 :
Quand cette presse sous perfusion d'argent public commencera à réfléchir et à comprendre que batir une Europe fédérale revient à détruire l'identité des peuples en détruisant les Nations, alors peut être comprendra t elle les enjeux et ce qui se passe.

Un président qui se dit français mais nie l'existence de son peuple (vous vous rappelez son "Quel peuple ? De qui parle t on ?" en réponse aux GJ ? Ben le peuple français manu..) , se concentre sur les cadeaux aux riches (balance ta stat de l'enrichissement des ultrariches par rapport à celui des autres ? Noooon ? Pourquoi ? :D), sur le fait de tout vendre à l'Allemagne, et j'en passe tellement c'est écoeurant de trahison, voila ce qu'est Macron.
Un DG d'entreprise qui ne comprend rien à rien et se retrouve en difficulté pour suivre sa feuille de route donnée par Berlin.
a écrit le 13/01/2019 à 12:10 :
Arrêtons de nous gargariser du mot REFORMES. La réforme par principe n'a aucun intérêt.
Qu'est ce qui marche mal en France et qu'il faut modifier à la marge ou changer complétement ? Le système social est l'exemple type. Il marche assez bien en France, à comparer aux autres pays. Mais il faut le pérenniser en trouvant des financements ailleurs que sur le travail. Idem pour la fiscalité qui devient de plus inégalitaire... La SNCF, l'électricité, l'eau sont des secteur efficaces, à modifier à la marge (et encore)..
a écrit le 13/01/2019 à 12:07 :
Macron est coincé toute sa stratégie tombe à l eau
Il n y pas de croissance il n à pas les moyen d améliorer la compétitivité sauf à creuser les deficite
L Allemagne l à lâcher
Les gens n on plus d argent
Macron c est le waterloo liberale
a écrit le 13/01/2019 à 11:59 :
quelqu'un de brillant pourrait-il nous énumérer les réformes de macron qui ont eu une effet positif. Il y a bien UNE personne qui pourra. merci
a écrit le 13/01/2019 à 11:52 :
Pour faire de bonnes réformes au bénéfice de la société , il aurait fallu économiser et constituer un trésor de guerre , mais ce n'est pas le cas. Toutes réformes qui seront faites dans les conditions actuelles de décripitude économique ne feront qu'accéler au désastre du pays , ils peuvent même pas nous dire où va l'argent . En matière fiscale , c'est l'omerta,
quid de la liste des milles français possédant des comptes dans les caraïbes, liste fournie par Berlin il y a quelques mois. Aucune transparence , même aucune indication sur la saisine de la justice .
Pour cette raison , le seul espoir pour nous c'est la démission en bloc de l'exécutif trop intelligent pour résoudre les problèmes qui malmènent la société .
a écrit le 13/01/2019 à 11:35 :
C'est ou les reformes, ou le faillite de l'etat francaise donc l'euro. Cette fois n'y a pas un troika pour vous sauver du faim. A vous le choix.
a écrit le 13/01/2019 à 10:49 :
Il faut réformer et Macron peut réformer si toutefois, cela se fait en profondeur !
Par contre, les citoyens lambdas, n'en peuvent plus que les élites technocrates, sénateurs, députés et autres gouvernants de la républiques (actuels et anciens) soient et restent les intouchables. Trop de millefeuilles, trop de gaspillages, trop de lenteurs administratives, trop de blocages, trop d'avantages et de gaspillages (également au niveau de l'état où la royauté est toujours de mise). Il est vivement temps de réduire la voilure.
Ce que les français ne supportent plus, c'est de constater qu'ils sont les dindons de la farce... encore et toujours !
Macron a été élu parce que de nombreux citoyens l'ont élu pour un changement de pratiques et un respect des citoyens. Sauf que, rien n'a changé. Ils se protègent entre eux et ce, à tous niveaux.
Une majorité de français (non violents et non bloquants) veulent être entendus. Que l'argent "détourné" pour le confort des "élites" soient utilisés à bon escient (TPE, Artisans, travailleurs, etc)
De plus, le vote blanc (les politiques ont si peur que le peuple s'exprime réellement), un référendum annuel, une remise à plat complet de ces millefeuilles administratifs et autre abolition des avantages royaux et copinages onéreux en tous genres, etc .... c'est ce que les citoyens demandent avant tout. Finalement, ils veulent "seulement" être respectés !!!
Les temps ont changé, les pratiques doivent également changer. Et vite ...
Réponse de le 13/01/2019 à 11:44 :
A Jade.
Ne revez pas. Rien ne changera en profondeur. Vous croyez qu'ils vont vouloir partager leur fromage ?
Ils sont accroches a leurs avantages et prebendes depuis trop longtemps.
Pour les leurs reprendre, un seul moyen : la violence.
La meme qu'ils emploient a l'egard du peuple.
Réponse de le 13/01/2019 à 12:02 :
Hahaha...
Réponse de le 13/01/2019 à 17:45 :
Non, la violence ne fait jamais rien avancer. Pire, cela complique les situations en plus d'alourdir les frais occasionnés (et payés ensuite par les citoyens).

Et être violent, c'est être lâche.
a écrit le 13/01/2019 à 10:41 :
Les "réformes" ? Vous voulez dire la casse plutôt non ?

Ce serait bien d'arrêter d'utiliser systématiquement ce langage qui nous ment, merci.
a écrit le 13/01/2019 à 10:41 :
Quand on parle de réforme on se doute bien que c'est le social qui va se détériorer, c'est la nov langue des élites ! Il vaudrait mieux avoir un discours responsable et ne pas prendre les gens pour des demeurés.
a écrit le 13/01/2019 à 10:33 :
C’est une impasse pour M.Macron.
@ la Chose,

Dans la régression il y a évolution aussi.

La première urgence pour M.Macron:

1) calmer

Et ça ça passe par «  un geste très fort » = l’iSF.
Ça c’est un message très fort pour le peuple.
2) urgence
Tenir les promesses , le Medef doit tenir ses promesses = primes aux salariés
3) urgence
Synthèse du débat nationale
4) après les réformes soumis au vote du peuple ( valider les réformes avec l’avis du peuple)

Personnellement je pense que M.Macron c’est le mieux «  du pire ».

a écrit le 13/01/2019 à 9:41 :
"Emmanuel Macron peut-il accélérer les réformes  ?"

Les régressions seraient plus juste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :