La croissance française résiste mieux que prévu

 |   |  1459  mots
La demande intérieure et l'investissement des entreprises seraient les deux principaux moteurs de la croissance, a expliqué l'Insee lors d'un point presse ce mardi 19 mars.
"La demande intérieure et l'investissement des entreprises seraient les deux principaux moteurs de la croissance", a expliqué l'Insee lors d'un point presse ce mardi 19 mars. (Crédits : Reuters)
Le PIB de l'économie française progresserait de 0,4% durant les deux premiers trimestres 2019 contre 0,3% au dernier trimestre 2018, selon les dernières prévisions révisées à la hausse de l'Insee. En réponse à la crise des "Gilets jaunes", l'arsenal de mesures annoncées par Emmanuel Macron en décembre a dopé le pouvoir d'achat des foyers modestes.

L'économie française s'en sort mieux que prévu. Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee publiée ce mardi 19 mars, la croissance du produit intérieur brut (PIB) serait de 0,4% sur les deux premiers trimestres de l'année 2019. Ainsi, l'acquis de croissance serait de 1,1% à la fin du mois juin après une croissance de 1,5% en 2018 contre 2,3% en 2017. L'activité française pourrait ainsi profiter d'une consommation à la hausse pendant la première partie de l'année.

« L'économie française est moins exposée que d'autres aux turbulences du commerce mondial. Elle serait stimulée par une politique budgétaire plus expansionniste que prévu il y a quelques mois. Elle pourrait tirer son épingle du jeu avec 0,4% de croissance par trimestre. Notre estimation est inchangée pour le premier trimestre est révisée à la hausse pour le second », a expliqué Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l'Insee.

Alors que la croissance des grandes économies de la zone euro s'essouffle et que l'activité en Chine et aux États-Unis tourne au ralenti, la France s'en tire mieux que ses voisins sur les premiers mois de l'année. L'assombrissement de la conjoncture internationale pourrait cependant venir plomber l'économie hexagonale si les tensions persistent. Le responsable de l'Insee a rappelé que :

« L'environnement international s'est assombri. L'économie américaine donne des signes de ralentissement. Les effets de la réforme fiscale s'estompent. L'essoufflement de la croissance chinoise semble se confirmer. La zone euro dans son ensemble a nettement déçu en fin d'année. L'Allemagne a calé, l'Italie n'a pas échappé à la récession technique avec deux trimestres consécutifs de baisse. Beaucoup d'incertitudes internationales persistent en raison des tensions protectionnistes. »

La consommation reste le moteur de la croissance

Les estimations de l'institut de statistiques indiquent que la consommation soutient fortement l'économie française. Au dernier trimestre 2018, la consommation des ménages a calé pas forcément en raison « des conséquences du mouvement des "Gilets jaunes" » mais sous l'effet « de facteurs ponctuels ». Les économistes évoquent la mise en place de nouvelles normes automobiles qui ont plombé les immatriculations sur le sol français, et la douceur des températures de l'automne et du début de l'hiver a limité la consommation d'énergie.

En revanche, les dépenses de consommation devraient repartir au cours des deux premiers trimestres (0,5% et 0,4%) après avoir connu l'atonie (0% au T4 2018). Les mesures d'urgence économiques et sociales en faveur des revenus modestes annoncées par le président Emmanuel Macron en fin d'année viennent soutenir le pouvoir d'achat des foyers ayant une forte propension à consommer. La revalorisation et l'élargissement de la prime d'activité, l'annulation de la hausse de la contribution sociale générale (CSG) pour les retraités ayant des revenus inférieurs à 2.000 euros, la désocialisation et la défiscalisation des heures supplémentaires conjuguée à une dynamique des salaires devraient doper le porte-monnaie d'un bon nombre de ménages.

D'après des chiffres communiqués par l'Insee ce mardi, plus de 2 millions de salariés ont touché la prime exceptionnelle versée par les entreprises en janvier. Cette enveloppe est, jusqu'à 1.000 euros exonérée, d'impôt sur le revenu, de toutes cotisations et de contributions sociales. L'organisme public anticipe une diminution du taux d'épargne en début d'année. À l'hiver, l'épargne des Français avait bondi à 15,5%. Elle reviendrait à 15,2% au printemps.

Une inflation favorable

En parallèle, l'inflation devrait être favorable au pouvoir d'achat. Les experts de l'institut prévoient une hausse plus modérée des prix en début d'année en raison de la baisse des prix de l'énergie et du recul du gouvernement sur la hausse de la taxe carbone. L'annonce de cette hausse fiscale avait mis le feu aux poudre à l'automne marquant le début de plusieurs mois de contestations partout en France.

Le mouvement semble à nouveau marqué par un regain de violence. Il y a quelques jours, une étude de l'Insee rappelait que, entre janvier et octobre 2018, le pouvoir d'achat avait été affecté « par la remontée des cours du pétrole brut ainsi que par plusieurs mesures sociales et fiscales ».

Investissement dynamique des entreprises

L'autre facteur qui peut expliquer ce relatif dynamisme de l'économie tricolore à prévoir est l'investissement des entreprises. Les conjoncturistes de l'Insee prévoient notamment un rebond de l'investissement dans l'industrie manufacturière et dans les services après avoir connu un repli en fin d'année. L'Insee prévoit un regain des immatriculations des véhicules qui viendrait soutenir l'investissement de l'industrie automobile. La transformation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en baisse de cotisations patronales pérenne devrait également favoriser l'investissement des entreprises à court terme.

« Cette modification conduirait à une hausse ponctuelle du taux de marge des entreprises - qui s'élèverait de plus d'un point pour atteindre 33,3% au printemps 2019 - via le cumul des crédits versés en 2019 au titre de l'année 2018 et des réductions de cotisations sociales à la charge des employeurs de 2019. »

Du côté des ménages, les perspectives sont moins favorables. Le service de statistiques prévoit une poursuite du recul de l'investissement jusqu'à la fin du mois de juin après deux trimestres consécutifs de baisse (-0,3 et -0,2 en fin d'année 2018). « Si le nombre de permis de construire s'est récemment redressé, la baisse passée des mises en chantier pèse toujours sur l'investissement en bâtiment tandis que le volume des transactions de logements anciens demeure élevé mais n'augmente plus ».

Sur le front du marché du travail, Julien Pouget a expliqué que « l'emploi progresserait au même rythme que l'an dernier avec 85.000 créations d'emploi prévues pour le premier semestre. Le taux de chômage baisserait légèrement à 8,7% à la fin du mois de juin ».

"Gilets jaunes" : un impact macroéconomique à relativiser

Au mois de décembre, les craintes sur la croissance se multipliaient au sein des milieux économiques et à Bercy à la suite des premières semaines de mobilisations des "Gilets jaunes". Bruno Le Maire avait évoqué des conséquences "sévère et continues" avant de parler de "catastrophe pour notre économie". Si les journées de protestation se poursuivent et qu'un regain de tensions a marqué l'acte XVIII des "Gilets jaunes", l'impact macroéconomique semble moins important qu'annoncé. D'après l'économiste Julien Pouget :

« Au dernier trimestre, le mouvement des "Gilets jaunes" a pu avoir localement des conséquences sévères du fait des blocages et des manifestations qui ont certainement pesé sur la consommation dans certaines parties du territoire. Quand on fait la somme, l'impact macroéconomique à court terme au quatrième trimestre était plus faible que son retentissement politique ou médiatique. Il a sans doute ôté 0,1 point de croissance au dernier trimestre 2018. C'était l'ordre de grandeur que nous avions avancé à l'automne dernier. »

Les principales répercussions semblent concerner des secteurs bien spécifiques tels que le commerce, le tourisme ou encore la logistique par exemple. Mais il est encore difficile d'avoir une évaluation précise tant que le mouvement se prolonge.

Lire aussi : "Gilets jaunes" : le commerce traverse une mauvaise passe

Des tensions internationales persistantes

Les principales craintes exprimées par les économistes de l'Insee concernent la scène internationale. Si le commerce mondial n'a commencé qu'à ressentir les effets des nouvelles mesures en fin d'année 2018, "leurs conséquences pourraient être plus marquées en début d'année 2019", selon l'institution.

À quelques jours de la sortie officielle du Royaume-Uni de l'Union européenne, le flou persiste. Les entreprises des deux côtés de la Manche sont dans l'incertitude la plus totale et l'impact du Brexit sur les décisions d'investissement se font déjà ressentir. Dans une récente note de blog, l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) expliquait que l'investissement a chuté de de 1,4 point en 2018 chez nos voisins.

« Cette dernière baisse est à imputer en quasi-totalité à l'investissement des entreprises non financières (55% de la formation brute de capitale fixe en volume) qui a baissé consécutivement durant les quatre trimestres de l'année. »

Outre le Brexit et les tensions protectionnistes, le dernier aléa évoqué par l'Insee concerne la consommation des ménages dans la zone euro. Si plusieurs pays ont adopté des mesures de soutien budgétaire à l'image de la France, l'Italie ou l'Espagne, les ménages pourraient adopter une position attentiste à l'égard de toutes ces incertitudes et privilégier une épargne de précaution. Ce qui pourrait encore faire plonger l'activité de l'Allemagne et de l'Italie qui traversent actuellement une période très défavorable.

Lire aussi : Le coup de frein sur l'économie mondiale plus marqué que prévu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2019 à 11:31 :
Cela fait plusieurs années que nos gouvernements font de gros efforts pour booster la croissance:inclure la richesse produite par les ponctionnaires,le traffic de drogue et la prostitution était une bonne idée.Mais ce qui fait le plus de bien au PIB c'est l'envol de la dette (public-privé).
a écrit le 21/03/2019 à 8:50 :
Le gros probleme de l'econometrie kuznetsienne, celle couramment admise, c'est que l'on mesure une activité une agitation, ce qui n'empeche pas d'être plus pauvre a la fin de l'année.. Ce qu'il faut vraiment regarder, ce sont les balances,commerciales, des paiements et budgetaires. Et là, la france c'est pas fameux
a écrit le 20/03/2019 à 23:25 :
A tenir des raisonnements de ce genre (la croissance va mieux grâce à la politique mise en place pour compenser les gilets jaunes), on finirait aussi par expliquer que les pyromanes sont utiles aux pompiers en ce qu'ils leur donnent du travail et légitiment leur utilité sociale... Il faudrait quand même arrêter de soutenir par tous les bouts cette kermesse gauchiste : on a vraiment trop de faiblesse pour cette escroquerie.
Réponse de le 21/03/2019 à 10:57 :
@Britannicus
Ouais, c'est vrai que "La croissance soutenue par l'effet "Gilets jaunes" il fallait l'oser. Mais c'est tellement énorme qu'il n'est pas utile d'en rajouter, personne n'est dupe, sauf les extrêmes qui soutiennent ce mouvement malhonnêtement.
Le monde voit Paris et d'autres grandes villes françaises bruler chaque week-end, alors évidement les pertes indirectes, autres que les chiffrages des assurances sur les casses, des non ventes des commerces et services de proximité, et du chômage technique qu'il faut indemniser, doivent être énormes. Dans les secteurs du tourisme (culture, restauration hôtellerie, cafés) de l'évènementiel (salons, spectacles, congrès), et dans les investissements en général (sièges, logistique, R&D, hub, commerces, immobilier, etc..). On passe des centaines de millions aux milliards, et ce sur plusieurs trimestres, parce ces scènes négatives vont mettre du temps à disparaître des pensées.
Toute la classe politique a cherché, à un moment ou un autre, à capitaliser sur ce mouvement, qui sur certaines revendications est justifié.
---
La politique politicienne, nous en avons encore obtenu un bel exemple hier soir, débat inintéressant parce que mal pensé. Plusieurs thèmes englobant plusieurs questions. Et le média cherchait ensuite la responsabilité du vide absolu de ce débat. Et bien c'est très simple, l'organisateur qui a choisi le format et l'animation.
Avec quelques minutes pour répondre à chaque question, nos politiques sont venus faire le job dans lequel ils excellent, et ne leur aura pas trop demande de sueurs de préparation : de la propagande réchauffée.
Le pire du pire, un affrontement superficiel qui ne sert absolument à rien !
Sur deux ou trois heures de débat, selon le nombre de participants, il faut 3 ou 4 sujet au maximum et un animateur (trice) qui tient la route et qui recadre dès qu'un invité fait de l'évitement ou du réchauffé.
Dans ces conditions, les téléspectateurs pourraient y prendre gout et ça pourrait faire avancer le smilblick parce qu'obligeant les politiques à préparer correctement les sujets et à sortir de leurs postures lamentables.
a écrit le 20/03/2019 à 19:26 :
Les petites retraites
Je n'ai jamais compris cette bêtise de rétrécir toujours plus les petites retraites, ou de les faire stagner. Evidement le travail paie ces retraites.
Mais ces petites retraites n'iront pas dépenser leurs deniers à Hawaï ou à Bali.
Si elles le peuvent, elles passeront plus de temps auprès de leur descendance, se soigneront mieux, se nourriront mieux, se chaufferont plus, sortiront avec leurs amis, se déplaceront plus, seront plus actives et moins dépendantes, etc. ce qui boostera principalement les transports, commerces et services de proximité !
Et pour ce qui est d'acheter chinois, Mac Do ou Coca, j'ai bien l'impression que ce phénomène touche bien plus les ados et les jeunes couples que les retraités.
Ikea, Conforama et Leroy Merlin ne sont pas les terrains de jeux des grands-parents.
Mais on a surtout un problème qu'il ne faut pas ignorer, c'est la baisse de la natalité, qui va nous couter bien plus chère que de cocouner nos retraités.
Qualité des retraites et natalité sont liées, peut-être nos supers techno-penseurs pourraient comprendre cela.
Des retraités plus aisés pourront plus facilement aidés ou dépanner leurs enfants ou petits-enfants et leur accorder plus de temps et de chaleur. Les actifs seront d'autant plus enclins à créer des enfants au sein de familles plus soudées et plus chaleureuses, avec en point de mire de meilleures retraites pour eux-mêmes et pour leurs enfants.
Il me semble que l'idée que chacun se fait de l'avenir est primordiale pour la bonne marche de la société et de la famille.
On veut bien bosser pendant 40 ans ou plus, et avec le sourire, si au bout du compte on pourra encore se faire quelques bonnes marrades avec les amis, et avoir quelques activités à se mettre sous la dent !
Une retraite correcte bien méritée après avoir bien travaillé.
C'est l'un des manques dénoncé par les gilets jaunes.
S'il y a bien un moment où nos élus peuvent atténuer ce sentiment d'inégalité croissant entre les plus riches et les plus pauvres, mais aussi celui d'être mis au placard dès la retraite pour ceux qui n'ont pas les moyens pour rester actifs, d'une manière ou d'une autre, c'est bien en agissant sur les retraites, et avec des facilités et réductions pour les transports, spectacles, associations et activités diverses.
Et les jeunes choisiront aussi de faire plus ou moins d'enfants en fonction de cette promesse d'avenir. L'âge légal de départ à la retraite me semble moins important que la qualité de la retraite.
a écrit le 20/03/2019 à 19:03 :
Comme quoi, c'est tout bête : les mesures d'après gilets jaunes ont boosté la consommation . Là, ce n'est pas de l'argent perdu : le français moyen fait tourner l'économie réelle . Le premier de cordée place son argent à l'étranger .
a écrit le 20/03/2019 à 18:41 :
Sans oublier la transformation de l’ISF en IFI qui a redonné de l’air à l’investissement et à la consommation. Enfin une mesure pour sortir la France de son marasme! On en sent les effets!
a écrit le 20/03/2019 à 18:39 :
Profitons de cette croissance pour s'attaquer aux dépenses publiques!
a écrit le 20/03/2019 à 17:34 :
Je crains que l'on ne regarde que le côté de la médaille qui nous rassure. Si l'on regardait de l'autre côté, on y verrait : la contrepartie de l'augmentation de la dette - 10 Milliards et le probable supplément de déficit de la balance commerciale d'au moins 5 Milliards. Et qui dit dette, dit taxe à venir, mais là tout le monde s'en fou.Ce ne sera que pour la prochaine génération.
a écrit le 20/03/2019 à 15:20 :
une amélioration par de l'endettement n'est pas une amélioration !!!!!!!

de plus les ménages ont diminue leur réserve donc ce n'est pas l'effet pas du aux primes
a écrit le 20/03/2019 à 14:02 :
Je propose la création d'une 'Yellow Tax': pour chaque enseigne vandalisée, pour chaque mobilier public dégradé, l’État annonce une augmentation d’Impôt de 1 €. Et applicable à tous, y compris les non imposables. L'opinion, GJ inclus, réfléchira alors à la valeur du bien commun.
a écrit le 20/03/2019 à 13:41 :
Ce n'est qu'une supposition, mais je pense que gràce à l'action des gilets jaunes, le gouvernement va enfin se décider à ne plus agresser financièrement les retraités et que ceux-ci au lieu de thésauriser, économiser dans la peur de manquer vont se mettre à consommer normalement ce qui relancera la aussi l'économie.
Une bonne chose, devant le manque de personnel qualifiés les syndicats se sentent des ailes et débutent le grèves, plus de ressources c'est plus d'emplois, les impôts (tva) qui rentrent, la secsoc qui fait le plein.
Réponse de le 20/03/2019 à 18:31 :
"mais je pense que gràce à l'action des gilets jaunes, le gouvernement va enfin se décider à ne plus agresser financièrement les retraités "

J'ai pas vu que les LREM revenaient sur la désindexation des retraites (qui n'était pas dans le programme de Macron d'ailleurs) d'autant que l’état pense économiser près de 1,8 milliard d’euros par ce biais.Ils avaient moins de scrupule à donner 5 milliards aux plus riches dès leur arrivée au pouvoir pour obtenir ensuite le fameux ruissellement .
Réponse de le 20/03/2019 à 21:46 :
@ mr lachose,
je ne peux que vous donner raison, surtout que la majorité de l'inflation c'est le gouvernement qui en est responsable, pas les entreprises: normes stupides, taxes diverses, débordement d'entreprises de l'état comme la poste.
Demander en plus de la csg par dessus tout ça des choix plutôt répugnants.
a écrit le 20/03/2019 à 13:01 :
Ha ha!
Les commerçants doivent dire merci aux gilets, à part ceux qui vivent de rente républicaine centralisée avec l'impôt dont se goinfre politiciens, grands groupes et hauts fonctionnaires parisiens!!
a écrit le 20/03/2019 à 11:06 :
il faut acheter Français. la forte hausse du pouvoir d'achat hexagonal ne devrait pas profiter aux autres pays, qui font tous du dumping social/fiscal/réglementaire, qui privilégient systématiquement l'offre à la demande.
a écrit le 20/03/2019 à 10:17 :
personne ne le dit mais à qui va profiter les dégâts des champs Élysées aux artisans qui vont tout restaurer et va participer à la croissance c'est peut être cynique mais c'est la réalité je préférerais vivre dans une france apaisé et un ministre de la police à la hauteur
a écrit le 20/03/2019 à 10:17 :
Légion d'honneur aux gilets jaunes pour leur contribution à la croissance économique!
a écrit le 20/03/2019 à 9:00 :
Ben oui donnez 100 euros à quelqu'un qui en a besoin et il les consommera immédiatement, donné un milliard à un milliardaire et il partira directement dans ses paradis fiscaux.

Mais ça m'étonnerait que nos benêts aient compris quoi que ce soit hein... -_-
Réponse de le 20/03/2019 à 17:30 :
Donner 100 Euros à quelqu'un qui en a besoin et voilà que le déficit commercial augmente et que la Chine vous remercie.A benêt, benêt et demi.
Réponse de le 21/03/2019 à 10:04 :
@ multipseudos:

" Donner 100 Euros à quelqu'un qui en a besoin et voilà que le déficit commercial augmente et que la Chine"

Non mais ça c'est parce que vous n'aimez pas les gens et que vous leur prêtez des intentions douteuses.

La peur est mauvaise conseillère.
a écrit le 20/03/2019 à 8:14 :
Une accalmie peut être, mais une garantie de ressèment du déficit de la balance commerciale, un déficit publique qui va de nouveau frôler les 4 % une dette abyssale
Quand est ce que l’on comprendra qu’on est sur le mauvais chemin en refusant de remettre la dépense publique au niveau des recettes fiscales, misez sur la croissance pour ne pas réformer est une erreur.
Réponse de le 21/03/2019 à 5:44 :
100% de votre avis.
a écrit le 20/03/2019 à 7:10 :
croissance dopee par l'endettement de l'etat et des menages qui n'a jamais ete aussi haut( voire les recommandations faites aux banques)mais pas de creation de richesses
a écrit le 20/03/2019 à 2:10 :
voilà encore une greande escroquerie de nos ponctionnaires : si je dépense plus en produits importés, je n'augmente en rien la croissance française !!!!!!!!!
Réponse de le 20/03/2019 à 11:57 :
Faux, faux, archi faux. Quand vous achetez un produit chinois dans un supermarché français, vous faites travailler une caissière, des camionneurs, des entrepots. La distributiond e produits importés crée de la valeur, d'auant plus si ces produits sont à coûts marginaux.,
a écrit le 20/03/2019 à 1:28 :
Des mensonges de l Insee ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :