Le Covid pourrait déboucher sur une croissance supérieure à ce que la France imaginait avant-crise

La croissance du PIB pourrait accélérer à un rythme de 1,65% par an entre 2017 et 2025 contre 1,5% entre 2009 et 2017 selon de récentes projections du Cepremap, un centre de recherche indépendant. Le taux d'emploi en sortie de crise serait même supérieur à celui de la période pré-pandémie.
Grégoire Normand

6 mn

Le maintien du pouvoir d'achat pendant la pandémie doit soutenir la croissance en sortie de crise.
Le maintien du pouvoir d'achat pendant la pandémie doit soutenir la croissance en sortie de crise. (Crédits : Reuters)

L'horizon se dégage enfin. Après près deux ans de pandémie, la reprise économique insuffle un vent d'optimisme chez les économistes. La plupart des instituts de prévision ont révisé à la hausse leurs chiffres de croissance du produit intérieur brut pour 2021. La Banque de France et le FMI tablent désormais sur une hausse de l'activité de 6,75% cette année.

Après ce choc inédit, quelle sera la trajectoire de la croissance française au-delà de 2022 ? Le Cepremap, un centre de recherche rattaché à l'école d'économie de Paris, projette une croissance de la richesse produite autour de 1,65% chaque année (1,35% par tête) entre 2017 et 2025 contre 1,5% (1,2% par tête) en moyenne sur la période 2009 /2017.

Les chiffres actualisés de l'étude du Cepremap dépassent même, pour les années 2021 et 2022, les prévisions de la Banque de France. En décembre 2019, avant la crise sanitaire, l'institution faisait état d'une hausse de la richesse produite annuelle de 1,3% en 2021 et 2022.

Au regard du plongeon de l'économie française en 2020 (-8%), cette trajectoire de croissance peut paraître surprenante.

"Les chocs ne sont pas de même nature que lors des crises financières. La persistance du choc est beaucoup plus faible. La France était déjà sur un régime favorable de croissance économique avant la crise" rappelle à La Tribune, François Langot, chercheur associé à Paris School of Economics (PSE), auteur de l'étude et professeur à l'université du Mans.

Les récessions en France sont généralement suivi d'un régime de croissance moins favorable comme l'expliquait l'économiste de Nostrum Asset Management Philippe Waechter interrogé récemment par La Tribune. "Après chaque récession, le niveau de croissance baisse un peu. Le taux de croissance est plus faible dans le nouveau cycle que dans l'ancien. Après une récession, il y a un coût permanent". Il rappelle que "depuis 2008, la croissance est très faible. La France a subi la récession de la zone euro. Depuis 2015, la croissance est plus robuste".

L'économie tricolore avait subi de plein fouet la grande crise financière de 2008 et la crise des dettes souveraines de 2012 en zone euro. Le scénario optimiste du Cepremap pourrait cependant être remis en cause par l'accélération du virus en Europe. Le Vieux continent est redevenu l'épicentre mondial de l'épidémie depuis quelques semaines.

Lire aussi 5 mnCovid-19 : jamais il n'y a eu autant de contaminations en une semaine en Europe (OMS)

Les aides ont permis un redémarrage plus rapide de l'économie française

Chômage partiel, PGE, fonds de solidarité, report des cotisations patronales... Dès le printemps 2020, le gouvernement a déployé tout un arsenal d'aides afin de limiter les effets de la crise sanitaire et du confinement sur l'économie française. Sans un déploiement rapide de ces dispositifs, les dégâts auraient été catastrophiques pour le tissu productif et le marché du travail.

L'économiste du Cepremap François Langot a calculé qu'en l'absence d'aide, l'économie hexagonale aurait perdu l'équivalent de 40,5% du produit intérieur brut de 2020, en plus de pertes observées. La sortie de crise aurait été repoussée de cinq trimestres et l'explosion de la dette aurait été encore plus considérable.

Selon le modèle du laboratoire de recherche, la dette aurait grimpé de 45 points sans les mesures du gouvernement.

"Les dépenses supplémentaires ont certes augmenté la dette mais elles ont permis de contenir cet accroissement de dette. La hausse de 15 points sous la crise n'est pas vraiment un problème. Ce qui est moins normal est de ne pas baisser la dette en dehors des périodes de crise," indique l'universitaire. "Vu que les taux d'intérêt sont proches de zéro et que la croissance serait à 1,65% après 2022, la charge de la dette ne devrait pas exploser", ajoute-t-il.

Lire aussi 11 mn« La dette est certes beaucoup plus élevée mais elle coûte beaucoup moins cher »

Une résilience de l'économie française plus importante qu'en 2008

La stratégie du "quoi qu'il en coûte" du président Macron s'est révélée moins dispendieuse que si rien n'avait été mis en œuvre. En 2009, la perte de PIB n'a jamais été rattrapée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. En revanche, "l'économie française fait preuve d'une forte résilience. C'est un grand amortissage", rappelle François Langot.

Au dernier trimestre 2021, le PIB par tête a retrouvé son niveau de 2020. Cette résilience s'explique par la nature du choc avec des effets très spécifiques et une faible persistance. La crainte d'une onde de choc sur plusieurs années devrait finalement s'estomper rapidement si la propagation de l'épidémie n'empire pas à l'échelle de la planète.

"Le chômage partiel est une assurance"

Le déploiement massif du chômage partiel a permis de limiter les effets de la crise sanitaire sur le marché du travail. Ce mécanisme utilisé dans la plupart des grandes puissances européennes a permis aux entreprises d'ajuster le volume de travail sans licencier à tour de bras.

Le chômage a finalement très peu augmenté au pic de la crise et les situations de non emploi ont été rapidement résorbées.

"Ce chômage partiel est vraiment favorable à la reprise. Aux Etats-Unis, les entreprises ont licencié beaucoup de salariés. On voit bien que le marché du travail est un problème aujourd'hui outre-Atlantique. C'est un gain de temps important sur la reprise. En conservant les employés formés, le chômage partiel est une assurance", poursuit l'économiste.

Concernant les craintes sur les pertes de productivité liées à l'activité partielle, le chercheur n'est pas vraiment inquiet. "Enormément de travailleurs ont été en chômage partiel. La productivité par employé a chuté mais la productivité horaire est plus haute qu'avant la crise. Je ne vois pas pourquoi la France aurait perdu des places en termes de productivité. Le capital humain reste là", estime François Langot

Lire aussi 7 mnTélétravail : quels outils numériques pour soutenir la productivité en temps d'épidémie ?

Grégoire Normand

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 19/11/2021 à 15:59
Signaler
Nous sommes en valeur absolue en récession depuis le dábut des années 70. ON vit 100% à crédits.... Parlons du covid les courbes flambent et sont strictement parallèles les pentes sont les mêmes dans tous les pays d´europe L'autriche et les pay...

à écrit le 18/11/2021 à 12:19
Signaler
C'est une farce? la seul croissance est celle de l'inflation! et comme le nuage de tchernobyl, il n'y a que la frane qui a une inflation moins forte que tous, alors qu'elle a tout arrêté ! et puis financer le pib par la dette, c'est souvent plus simp...

à écrit le 18/11/2021 à 9:28
Signaler
Une nlle qui ne va pas me faire tomber sur le c.. On sait très bien que les prévisions ne sont jamais exactes voir Mme soleil

à écrit le 18/11/2021 à 9:24
Signaler
C'est qu'il y a un paquet de salariés qui ont jeté l'éponge en France pour aller bosser à l'étranger ou en transfrontalier ou qui garde leur force de travail pour eux-mêmes, tant que nous serons guidés par des aveugles c'est certainement la meilleure...

à écrit le 18/11/2021 à 8:04
Signaler
Pour l'instant elle a surtout débouché sur une dictature. ö mon dieu au secours c'est la 5ème vague on va tous mourir les hôpitaux dont on ferme des lits et des services depuis deux ans sont débordés ! Vaccinés revaccinés vous et non vaccinés les pol...

à écrit le 18/11/2021 à 5:28
Signaler
Sous-estimation !

à écrit le 17/11/2021 à 22:15
Signaler
Vous avez oubliez de mettre un "de" a la phrase : après près de deux ans de pandémie au début

à écrit le 17/11/2021 à 18:46
Signaler
faut arreter les betises, hein! le potentiel de croissance de la france est proche de 0; evidemment, si on fait 10% de deficit public par an avec de la bonne dette payeee par personne et non remboursable comme dit melenchon, alors peut y avoir 1.7% d...

à écrit le 17/11/2021 à 17:58
Signaler
Est ce que ça fonctionne encore ce bourrage de crâne ? Le coût de 500 milliards d'euros de dettes on en parle ou non ? Cet organisme "indépendant" vient de faire un éloge appuyé à la politique du quoi qu'il en coûte...

à écrit le 17/11/2021 à 17:03
Signaler
"pourrait" Déjà attendons que cela soit sur.Ils sont virés les mecs si ils se gourent ? "selon de récentes projections du Cepremap, un centre de recherche indépendant". Tellement indépendant qu'il est rattaché à l'école d'économie de Paris deux ...

le 17/11/2021 à 17:24
Signaler
"Ils sont virés les mecs si ils se gourent" 'pourrait' c'est affirmatif ? Comment de "gourer" en disant 'pourrait' ? "l'école d'économie de Paris" c'est un organe gouvernemental (ou qui reçoit des subventions que s'ils disent des choses 'agréables' ...

le 17/11/2021 à 17:44
Signaler
Pourrait : conditionnel Conditionnel : Mode du verbe qui sert à présenter l'action comme une éventualité ou comme la conséquence d'un fait supposé, d'une condition.

à écrit le 17/11/2021 à 16:30
Signaler
Quel rapport avec le Covid ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.