Retraites : quand la mauvaise réforme chasse la bonne !

ÉDITO. Mal maîtrisés, les effets induits par la réforme Macron ont réveillé 42 tigres dans chacun des 42 régimes et inquiété tous les futurs retraités du nouveau régime universel en mettant la valeur du point, donc leur future retraite, entre les mains d'une logique purement comptable. Par Philippe Mabille, directeur de la rédaction.
Philippe Mabille

3 mn

La communication du gouvernement est affaiblie par le flou dans lequel il a, à dessein, entretenu les Français.
La communication du gouvernement est affaiblie par le flou dans lequel il a, à dessein, entretenu les Français. (Crédits : POOL New)

Des millions de Français vont être, à partir de ce jeudi 5 décembre, les otages d'un mouvement de grève massif contre un projet de réforme des retraites dont personne, peut-être pas même ses instigateurs, n'est encore capable de dessiner les contours futurs, ni de mesurer les conséquences sur le niveau des pensions que recevront les futurs retraités. Étrange paradoxe bien français qui veut voir se répéter la grande grève de 1995, laquelle s'était terminée par une défaite du gouvernement Juppé, Jacques Chirac n'ayant mis fin au mouvement qu'en renonçant à mettre à bas les « régimes spéciaux » du secteur public.

2019 n'est pourtant pas 1995 et, un quart de siècle plus tard, la France a bien changé. L'opinion, qui avait soutenu les salariés de la RATP et de la SNCF en 1995 dans une sorte de grève par procuration, semble moins encline à tolérer le maintien de régimes spéciaux dont la justification n'apparaît plus aller de soi, en tout cas au regard de la pénibilité réelle du travail des salariés concernés. Le gouvernement, qui défend son projet d'unifier les 42 régimes de retraite existants au nom de l'égalité réelle, ne se prive pas d'insister sur les coûts pour le contribuable des avantages dont bénéficient les régimes spéciaux : 8 milliards d'euros par an selon les calculs du ministre des Comptes publics. Ainsi, à la RATP, où l'on promet un blocage total, 49. 000 salariés cotisent pour 42 .000 retraités, ce qui oblige l'État à verser 750 millions d'euros chaque année pour équilibrer le régime.

Flou sur les objectifs, flou sur les conséquences

Pour autant, la communication du gouvernement est affaiblie par le flou dans lequel il a à dessein entretenu les Français. Flou sur les objectifs de la réforme dont le texte de loi n'est d'ailleurs toujours pas connu, sinon ce qu'en propose Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux Retraites. Et donc flou sur ses conséquences pour le plus grand nombre, qui entretient l'anxiété de l'opinion dans un climat social toujours marqué par une grande défiance à l'égard d'Emmanuel Macron. Alors que les « gilets jaunes » manifesteront de leur côté samedi pour l'anniversaire du 1er décembre 2018, celui de la « prise de l'Arc de Triomphe », les jours qui viennent seront un test majeur de la capacité du chef de l'État à remporter cette bataille de l'opinion et, pour cela, il va falloir sortir de l'ambiguïté une réforme dans laquelle rien n'est clair.

À l'origine, l'objectif de remplacer les 42 régimes par un régime universel où chaque euro cotisé donnerait le même nombre de points pour tous était inattaquable sur le plan des principes. Mais tout a changé dès lors qu'il est apparu que cette manœuvre, sous couvert de revaloriser les petites retraites et d'assurer l'équité femmes-hommes, laissait dans l'ombre des objectifs plus sombrement budgétaires : derrière l'unicité, en effet, Bercy cherchait à faire financer par les excédents des régimes complémentaires du secteur privé, 120 milliards d'euros quand même, un secteur public structurellement déficitaire.

Mal maîtrisés, les effets induits par la réforme Macron ont réveillé 42 tigres dans chacun des 42 régimes et inquiété tous les futurs retraités du nouveau régime universel en mettant la valeur du point, donc leur future retraite, entre les mains d'une logique purement comptable. Résultat, auquel Emmanuel Macron ne s'attendait sans doute pas, tout le monde a peur d'être perdant, et a le sentiment confus que son intérêt est que la réforme soit, sinon abandonnée, du moins reportée dans le temps. Ce n'est plus la clause du « grand-père », mais celle du « petit-fils », que le premier ministre Édouard Philippe brandit pour se sortir de l'impasse, en envisageant de décaler dans le temps l'application du régime par points, à l'origine pensée pour la génération 1963 à partir de 2025, et désormais promise à être décalée à la Saint-Glinglin ! 

Philippe Mabille

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 84
à écrit le 06/12/2019 à 17:20
Signaler
" Mal maîtrisés ", c'est bien le problème de ce gouvernement : il ne maitrise pas grand chose et surtout pas la gestion d'un pays ! C'est le monde pas si nouveau de l'amateurisme !

le 06/12/2019 à 20:00
Signaler
Tout a fait exact, il ne maîtrise même plus rien du tout dans ce pays.

à écrit le 06/12/2019 à 17:02
Signaler
Il faut diminuer les retraites à 11000 : 3500 maximum euros et valoriser les petites retraites à 1500 pour tous et toutes . La norme c’est ça .

le 06/12/2019 à 17:20
Signaler
Fautqu'on yaqua !

à écrit le 06/12/2019 à 15:08
Signaler
Philippe démissionné sera en son for intérieur soulagé et content, il pourra ainsi se présenter aux municipales au Havre et écrire un livre sur son passage à Matignon et bien d'autres choses sur le petit marquis ....

à écrit le 06/12/2019 à 14:13
Signaler
"Bercy cherchait...les excédents des régimes complémentaires du secteur privé", hé oui, on n'est pas un ancien banquier pour rien. Cela résume l'image de ce gouvernement qui n'est qu'une "pompe à fric" qui se fout du sort des français,

le 06/12/2019 à 17:21
Signaler
....des épiciers !

à écrit le 06/12/2019 à 12:51
Signaler
Le gouvernement a bien cherché ce qui lui arrive ! Je viens de relire le programme 2017 de Macron. On y annonce une réforme systémique seule, le COR ayant certifié que les comptes sont équilibrés et on y promet que l'âge de départ reste a 62 ans. De...

à écrit le 06/12/2019 à 11:07
Signaler
Ils sont tellement mauvais qu'ils ont réussi à créer du soutien aux régimes scandaleux de la SNCF et de la RATP

le 06/12/2019 à 11:54
Signaler
C’est pas faux !

le 06/12/2019 à 17:23
Signaler
..... c'est a dire a 3,4 % de la population ! Par contre régime des parlementaires : pas touche : de quoi devenir Black Block !!!

à écrit le 06/12/2019 à 10:30
Signaler
Appelez-moi Jupiter La Reculade cinq pas en arrière et zéro en avant plus facile de réformer et de taper sur les chômeurs et les pauvres mais face à la caste des fonctionnaires Jupiter se dégonfle. Il n'accouchera même pas d'une petite souris sur les...

à écrit le 06/12/2019 à 10:27
Signaler
Avant l’arrivée de Macron et de la mise en place de son parti « unique », au temps du clivage droite-gauche, le parti le plus important de l’opposition prenait souvent position pour soutenir les grévistes lors d’un mouvement social. Il prenait la par...

à écrit le 06/12/2019 à 9:28
Signaler
baroud d'honneur la cgt encore elle pour ce qui est contre et contre se qui est pour vexé de la greve avortée de l'ouverture a la concurrence de la sncf fait greve contre une reforme qui n'a pas encore vue le jour et pour laquelle la cgt d'office e...

le 06/12/2019 à 10:33
Signaler
"si les reformes avaient été faites il y as 20ans nous n'en serions pas la avec un deficit important " Mais elles ont été faites, mais apparemment ça ne suffit jamais assez !

à écrit le 06/12/2019 à 7:53
Signaler
La retraite pour touts les retraitées pareil cheminot EDF CRS enseignants marin hôpitaux fermiers artisans commerçants avocats médecins marins une seule et unique retraité

le 06/12/2019 à 10:34
Signaler
Une seule et unique retraite, ok.. mais alors un seul et même métier !

le 06/12/2019 à 18:10
Signaler
et même taux de cotisation pour tous !

à écrit le 06/12/2019 à 0:40
Signaler
Vouloir réformer en grand et en force, c'est de l'idéologie et de l'inconscience. Macron et toute la Macronie dans cette image. Une image sépia à ranger au fond d'un grenier, avec le diablotin dans une malle solidement fermée. A n'ouvrir sous aucun ...

à écrit le 05/12/2019 à 23:57
Signaler
"cherchait à faire financer par les excédents des régimes complémentaires du secteur privé, 120 milliards d'euros quand même, un secteur public structurellement déficitaire" Il faut quand même savoir que c'est l'Etat qui paie les fonctionnaires, j...

le 06/12/2019 à 9:12
Signaler
"Bref, c'est les impôts qui paient les fonctionnaires " Mais c'est que dis nous t'es une véritable source d'information majeur !? ET qui donc te paie toi stp ? Épuisant...

le 06/12/2019 à 12:01
Signaler
S’ils avaient des conditions de départ en retraite plus conventionnelles, personne ne s’offusquerait que l’Etat verse un complément à leur régime de retraite.

à écrit le 05/12/2019 à 21:50
Signaler
Le pire dans cette réforme c'est que son seul but est de faire payer aux salariés du privé le surcout du paiement de retraites sur la base des primes accordées à certaines catégories de fonctionnaires. Toujours les mêmes, les plus favorisés, les fonc...

le 05/12/2019 à 22:54
Signaler
vous avez tout à fait raison. Ils veulent piquer le pognon des réserves des régimes complémentaires du privé (ex 84 mds d'euros pour l'Agirc Arcco) pour sauver leur navire en perdition du public ! Normal car réforme faite par un haut fonctionnaire po...

à écrit le 05/12/2019 à 20:11
Signaler
Macron, ses subalternes du gouvernement Philippe et ses suppos parlementaires LaREM Modem parlent de réforme, c'est une question de sémantique, les Citoyens contribuables de la France font le constat de ce que la maconnerie DÉFORME la Nation do...

à écrit le 05/12/2019 à 19:41
Signaler
...ces réformes opposent les Français les uns aux autres : c’est nul. La solution c’est de mettre tout à plat : Suppression de toutes les taxes et cotisations Suppression de tous les filets de sécurité ( maladie , veuvage , retraite , accident ) ...

à écrit le 05/12/2019 à 19:38
Signaler
Il faut arrêter de vouloir faire de la redistribution par les cotisations retraite et la retraite : l'assurance retraite est un système d'assurance, avec un droit ouvert proportionnel à la cotisation. C'est à l'impôt de faire de la redistribution, p...

à écrit le 05/12/2019 à 19:16
Signaler
trop de chômeurs , pas assez de cotisants , j' ai commencer a 15 et demi , maintenant ils commence à travailler à 25 ou 30 ans pas normal !!! les ca...

le 05/12/2019 à 20:05
Signaler
Désolé , ils commencent cotiser à 25 ans quand vous , vous avez commencé à 15 ans. Etudier n'a rien d'un loisir , obligé d’écouter pendant des heures et assimiler , à peine dîner et il faut reprendre le tout pendant toute la soirée . Aux periodes ...

à écrit le 05/12/2019 à 19:16
Signaler
trop de chômeurs , pas assez de cotisants , j' ai commencer a 15 et demi , maintenant ils commence à travailler à 25 ou 30 ans pas normal !!! les ca...

à écrit le 05/12/2019 à 19:16
Signaler
trop de chômeurs , pas assez de cotisants , j' ai commencer a 15 et demi , maintenant ils commence à travailler à 25 ou 30 ans pas normal !!! les ca...

à écrit le 05/12/2019 à 18:29
Signaler
La réforme Macron est le prolongement et la politique du gouvernement Philippe, avec le support des godillots Parlementaires LaREM Modem, qui organisent l'épandage de la pauvreté et l'aggravation de la misère en France ; que nos gouvernants en soi...

le 05/12/2019 à 19:30
Signaler
La ..réforme est exigée par Bruxelles et ses GOPE austères en forme de potion amère qui ont déjà détruit Chypre, Grèce et Portugal, en particulier via l' article 121. La solution pour couper court au sketch hollywodien et à la ...

à écrit le 05/12/2019 à 17:03
Signaler
49 000 salariés cotisent pour 42000 retraités. Vous oubliez de dire qu'il y a quelques années leur caisse était excedentaire. Et que leurs cotisations ont donc pour partie contribué à financer d'autres caisses qui ne l'étaient pas... Là cela paraiss...

le 05/12/2019 à 18:03
Signaler
il n'y a pas de caisse de retraite des fonctionnaires . les pensions sont payées sur le budget général . les excédents d'une pseudo caisse des enseignants sont donc ... virtuels . quant à la caisse de retraite de la RATP , il y a belle lurette qu'el...

le 06/12/2019 à 10:46
Signaler
@kakech: "il n'y a pas de caisse de retraite des fonctionnaires" n'importe quoi !!! visiblement vous y connaissez rien, il y a trois type de fonction publique et donc de fonctionnaires , fonction publique d’état, fonction publique hospitalière, et f...

à écrit le 05/12/2019 à 16:44
Signaler
On comprend la rogne des fonctionnaires, c'est un monde à part donc des normes à part. Je vois mon fils quelques années après son bac+3 émarger à plus de 3000€ dans le privé ce qui d'ailleurs est assez faible, sa copine fonctionnaire territoriale ba...

le 05/12/2019 à 19:27
Signaler
Vous avez dit tout ce qu'il y a à dire. Que l'on fasse l'égalité au niveau des retraites pourquoi pas mais que l'on le fasse aussi au niveau des salaires et donc des cotisations. Les employeurs État, collectivités, hôpitaux diminuent la masse salar...

à écrit le 05/12/2019 à 16:40
Signaler
encore quelqu'un qui ne sait pas vraiment ce qu'est un otage, otages qui seraient bien content d'apprendre qu'ils ne risquent pas la mort ni la violence mais de ne pas avoir de bus ni d'instit pour leurs gosses.

à écrit le 05/12/2019 à 16:39
Signaler
Oui, bah, gilets jaunes bis repetita.. Ils sont vraiment nuls, nos dirigeants politiques. Ce n'est pas "en marche"... mais "sauve qui peut"

à écrit le 05/12/2019 à 15:55
Signaler
L'état lorgne sur les 150 milliards d'euros de réserve des régimes complémentaires AGIRC-ARCCO -et ceux de quelques autres professions - bien gérés et financés par des cotisants qui en espéraient un complément de retraite, pour financer les retraites...

à écrit le 05/12/2019 à 14:02
Signaler
Nul intérêt de faire une réforme des retraites. Dans moins de 10 ans, la crise écologique sera si terrible que c'est notre survie qui sera en jeu....

à écrit le 05/12/2019 à 13:47
Signaler
C est à mourir de rire ce que l on peut lire . Et les média en ajoute une louche . Commençons par faire payer toutes ces nouvelles technologies qui remplace l humain . Je pense à ces plates formes ou ce sont des robots qui préparent les commandes . ...

à écrit le 05/12/2019 à 13:38
Signaler
Donc si je lis bien: Bercy cherchait à faire financer par les excédents des régimes complémentaires du secteur privé, 120 milliards d'euros quand même, un secteur public structurellement déficitaire. 1/ L'état, et les dirigeants de Bercy, ne sais p...

à écrit le 05/12/2019 à 12:11
Signaler
Nous serons aux mains des fonds de pension!!!..internationaux. Adieu, veaux, vaches, cochons!!

le 05/12/2019 à 14:00
Signaler
D'un autre côté, l'Etat à démontré qu'il est totalement incapable de gérer les retraites de ses propres salariés, en ne cotisant pas assez (cf les montants astronomiques de primes non cotisées, un patron du privé qui fait le 10ième de ça part en p...

le 05/12/2019 à 14:11
Signaler
Commentaire étonnant. Par définition, dans un système par répartition il n'y a pas de fonds de pension. L'argent n'est pas 'cotisé' mais immédiatement redistribué. Seule une abrogation du système par répartition revient à faire des fonds de pension, ...

à écrit le 05/12/2019 à 12:08
Signaler
Selon les estimations d’un collectif d’experts fondées sur 3 cas types, et reprises notamment par Le Parisien, la réforme Delevoye provoquera une baisse des pensions de l’ordre de 15% à 23% : - un salarié non cadre du privé verra une baisse de 23%...

le 05/12/2019 à 13:13
Signaler
Diminuer la surconsommation des retraités (et d'ailleurs de n'importe qui) est une bonne chose puisqu'elle est responsable de la destruction de notre environnement vital. Les pauvres de France sont les riches de notre planète et ont un meilleur nivea...

le 05/12/2019 à 14:02
Signaler
C'est qui le 'collectif d'experts' ? La CGT ? LFI ? L'UPR ?

le 05/12/2019 à 14:13
Signaler
Sans donner vos sources, cela ne revient à rien d'autre que de faire courir des rumeurs ou de la propagande.

à écrit le 05/12/2019 à 11:56
Signaler
La question est de savoir a qui appartient les réserves des caisses privées , 165 milliards dont 71 pour l'Agirc ? Est-ce à l'état ou aux cotisants ?

à écrit le 05/12/2019 à 11:32
Signaler
il serait bien que vous vérifiez vos informations, dont celles, notamment, de ce gouvernement de menteurs, à savoir il n'y a pas 42 régimes spéciaux mais 13, dont un en outremer qui ne concerne que 486 personnes, et l'ensemble de ces régimes ne repré...

à écrit le 05/12/2019 à 11:10
Signaler
Tout le monde sent bien que ce ne sont pas les régimes spéciaux qui sont seuls en cause, mais une volonté d'alignement sur le plus bas possible toutes les pensions .

le 05/12/2019 à 14:17
Signaler
Je pense que votre commentaire est faux. La réforme prévoit au contraire de bonifier fortement les petites retraites passant de 600E à 1000E. Inversement, il plafonne les très grandes retraites en établissant que les salaires de plus de 120 000E/an c...

le 06/12/2019 à 10:54
Signaler
@Réponse de @chanson: Comme d'hab quoi...on augmente les petites retraites, on plafonne les grands salaires, et c'est ceux qui sont au milieux qui équilibrent la balance ! C'est pas mal !

à écrit le 05/12/2019 à 10:33
Signaler
Oui, la mauvaise réforme. Car à la fin du compte, il y aura encore des corporations qui resterons favorisées : On prend les militaires, les gendarmes, les policiers, qui perçoivent beaucoup de primes diverses: Un exemple: la prime de Police dites av...

à écrit le 05/12/2019 à 10:24
Signaler
Mathématiquement, si on enlève aux sommes redistribuées l'argent versé en plus pour boucher les trous, ça devrait faire baisser ce que chacun touche, étant indexé sur le point national et donc identique pour tous. A part faire croître les cotisations...

à écrit le 05/12/2019 à 10:11
Signaler
tout le monde se braque contre les régimes spéciaux, mais personne ne s'étonne que dans la réforme il n'est nullement question de la retraite des politiques, députés,senateurs,ministres, présidents ..... qui eux ne vont pas rejoindre le système génér...

le 05/12/2019 à 11:12
Signaler
Vous avez raison : les politiques veulent conserver leurs régimes spéciaux ; mais ils veulent casser la retraite de tout le monde !

le 05/12/2019 à 11:31
Signaler
Et encore si la France était florissante, Mazarin Colbert furent de très grands prédateurs d'argent public mais de grands hommes d'Etat.

le 05/12/2019 à 14:18
Signaler
Au contraire, la réforme prévoit de passer tout le monde, y compris les élus, au même régime général. C'est la fin de TOUS les régimes spéciaux (fonctionnaires, ratp, sncf, élus…).

à écrit le 05/12/2019 à 9:56
Signaler
J'aimerais bien que l'on m'explique sur les retraites des organismes de S.S carsat non des caisses de complémentaires ou passe l'argent des cotisations de ces personnes proches de la retraite qui décèdent,avant d'en bénéficier C'est à dire les céliba...

à écrit le 05/12/2019 à 9:32
Signaler
« Des millions de Français vont être, à partir de ce jeudi 5 décembre, les otages d'un mouvement de grève massif contre un projet de réforme des retraites » Non. Ils sont otages des gens qui ont fait élire, avec leur argent, monsieur Macron à la ...

à écrit le 05/12/2019 à 9:18
Signaler
Pourquoi ce silence sur les régimes spéciaux de nos chers politiques, charité bien ordonné commence par soi même et dans le tas il y en a quand même quelques uns qui mènent grand train (comme le signalait Monsieur G. 5 ans de préfet lui ouvrait un dr...

le 05/12/2019 à 14:19
Signaler
C'est prévu. Un seul et unique régime, pour la maçon comme pour le député. C'est dans le rapport.

à écrit le 05/12/2019 à 9:07
Signaler
Nos élites appellent ça moderniser le régime des retraites. J'appelle ça baisser les retraites. J'aimerais bien qu'on modernise la rémunération de nos députés.

le 05/12/2019 à 9:34
Signaler
J'appelle ça « faire payer les retraites de l'encadrement et des dirigeants par les ouvriers et les employés qui mourront avant d'avoir touché quoi que ce soit, comme en Allemagne après la réforme mise en place par les Socialistes ».

à écrit le 05/12/2019 à 8:59
Signaler
ET des comptables ça fait pas des dirigeants, le néolibéralisme imposé par la finance n'a fait qu'imposer la dictature de ceux-ci sur l'économie réelle européenne et avec quel succès... -_-

le 05/12/2019 à 13:45
Signaler
Quel libéralisme? Cette réforme c'est des énarque de Bercy qui vont mettre leurs erreurs de gestion sous le tapis. S'emparer des caisses de retraites pour augmenter leur responsablilités et donc s'augmenter, en salaire, perspectives de carrières et ...

le 05/12/2019 à 14:37
Signaler
@ multipseudos: "Quel libéralisme?" Moi :"le néolibéralisme" Tu trolls encore et encore... Signalé

le 05/12/2019 à 15:49
Signaler
En même temps, l'histoire nous apprend impitoyablement que nos dirigeants des 20 deniers années manquaient des compétences minimales en comptabilité, et que la réalité (les dettes que nous avons contractées auprès de nos prêteurs, l'affaiblissement...

le 05/12/2019 à 16:48
Signaler
"l'histoire nous apprend impitoyablement que nos dirigeants des 20 deniers années manquaient des compétences minimales en comptabilité" Complètement faux, puisque ils ont des comptables et des super bons en plus, j'espère quand même que vous save...

à écrit le 05/12/2019 à 8:37
Signaler
Ce qui est clair, c'est que le système actuel n'est pas financé, et que les français qui partent à la retraite bénéficient aujourd'hui d'un régime qui n'existe nulle part ailleurs. Pourquoi ne pas, sagement, sans s'énerver, faire la comparaison avec ...

le 05/12/2019 à 9:37
Signaler
« Ce qui est clair », c'est qu'à force d'exonérer tout ce qui est susceptible de financer la sécurité sociale et d'organiser la faillite du système, on pourra dire qu'il n'est plus tenable et jeter le bébé avec l'eau du bain. C'est le même principe q...

à écrit le 05/12/2019 à 8:04
Signaler
Je ne suis pas en grève mais je considère que cette grève est à mettre au crédit de M. Macron qui par une présentation floue, des ministres qui disent tout et so contraire dans la même semaine un M. Delevoye qui après 18 mois de concertation, parait ...

le 05/12/2019 à 10:08
Signaler
Oui, en fait c'est effectivement le cas. Dans une démocratie sociale, la décision d'un type ne prend pas la main sur l'ensemble du système. Il fabrique finalement lorsque l'on voit qu'il n'y a toujours pas d'infos précises, d'engagements, si ce n'...

le 05/12/2019 à 11:48
Signaler
Je doute qu'après 18 mois de concertation les syndicats n'aient pas connaissance des modalités de cette réforme. Je pense plutot que certains d'entre eux ne veulent accepter aucune concession et qu'ils agissent aussi par interet politique. Les syndi...

le 05/12/2019 à 14:20
Signaler
@gerard une info. Après guerre nombreuses entreprises à la demande du gouvernement de l’époque ont appliqué pour leurs salariés une retraite complémentaire qui était attachée au contrat de travail. Cette disposition particulière a été supprimée au fu...

à écrit le 05/12/2019 à 7:58
Signaler
Tout est maintenant très clair : l'exécutif voulait mettre la main sur les réserves de l'AGIRC-ARRCO (qui les avaient constituées, en acte de bonne gestion, pour faire face aux années de chocs démographiques) pour financer ses propres paniers percés ...

le 05/12/2019 à 9:44
Signaler
Effectivement, le projet de gouvernement est bien de mettre la main sur les réserves de l'AGIRC ARRCO, mais aussi sur les 150 milliards de tous les autres fonds de réserve, notamment ceux des régimes spéciaux. Notez que si vous supprimez les régim...

le 05/12/2019 à 11:56
Signaler
Je suis assez d'accord avec l'avis de Havroc sur la captation des réserves de l'AGIRC ARRCO. Mais les syndicats gestionnaires de ces régimes nous ont toujours dits que ces règimes étaient déficitaires, justifiant l'augmentation des cotisations et la ...

le 05/12/2019 à 12:29
Signaler
@ Gerard71: non les enseignants qui vont dans les zones difficiles ne choisissent généralement pas, mais cela leur est imposé. Et en plus, mutation presque impossible

le 05/12/2019 à 13:36
Signaler
Il n'y a pas de fonds de réserve pour les régimes spéciaux de la SNCF, la RATP et EDF. C'est bien ça le problème, l'état doit au contraire abonder leur financement. Les 170 milliards qu'évoque le soit disant économiste de Paris VIII, Gilles Raveaud p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.