Rémunérations : fin de la diète pour les fonctionnaires

 |   |  678  mots
Le gel du point d'indice dans la fonction publique depuis 2017 à permis d'économiser 7 milliards d'euros de dépenses publiques.
Le gel du point d'indice dans la fonction publique depuis 2017 à permis d'économiser 7 milliards d'euros de dépenses publiques. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Après six ans de diète, le gouvernement a décidé de revaloriser (en deux temps) de 1,2% le point d'indice des fonctionnaires malgré les réticences du ministère des Finances. cette hausse représente un coût de 2,4 milliards d'euros pour les finances publiques.

C'est fait. Le point d'indice qui sert à l'évolution de la rémunération des quelques 5,4 millions de fonctionnaires est « dégelé », il sera revalorisé d'un montant de 1,2% en deux fois. A un an de l'élection présidentielle, il devenait impossible de continuer de geler la valeur du point d'indice (4,63 euros), une décision prise en 2010 par François Fillon, alors premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Arrivée au pouvoir en 2012, la majorité socialiste avait maintenu ce gel... jusqu'à aujourd'hui. Six ans de gel donc qui ont permis d'économiser... 7 milliards d'euros tout de même.


Une hausse politiquement nécessaire

Mais il fallait mettre fin à cette diète. Notamment pour des raisons électorales. Il semblait en effet difficile d'imaginer que le gel continue durant l'intégralité du quinquennat de François Hollande. Cela aurait été une première. En outre, indirectement, les remous provoqués dans le privé par le projet de loi réformant le code du travail ont servi les fonctionnaires. L'obsession du gouvernement - déjà préoccupé de voir les jeunes dans la rue - étant d'éviter une agglomération des mécontentements. Il était donc temps pour le gouvernement de lâcher du lest, même contre l'avis du ministre des Finances Michel Sapin, tout à son obsession de maintenir en 2017 le déficit de la France sous la barre des 3% du PIB.

La revalorisation annoncée interviendra en deux temps: +0,6% au 1er juillet 2016 et +0,6% au 1er février 2017. Selon la ministre de la Fonction publique Annick Girardin, cette revalorisation, représente "2,4 milliards d'euros d'effort pour le budget de la France", dont 552 millions d'euros pour la fonction publique hospitalière et 648 millions d'euros pour la fonction publique territoriale.

Les collectivités locales vont devoir encaisser le choc

C'est d'ailleurs pour ces collectivités locales, qui subissent une diminution de 3,67 milliards d'euros par entre 2015 et 2017 de leur dotation globale de fonctionnement, que le coup va être le plus rude à encaisser. En effet, on leur demande de maintenir leurs dépenses d'équipement et de « serrer » leurs dépenses de fonctionnement. Or, la rémunération des agents constitue leur premier poste de dépenses de fonctionnement...

Reste qu'il ne faut pas « fantasmer » non plus sur le niveau de rémunération des agents -surtout ceux de la fonction publique territoriale - par rapport aux salariés du privé. Selon des données du ministère de la Fonction publique, le salaire net moyen mensuel des fonctionnaires d'Etat s'élève à 2.469 euros, celui des fonctionnaires territoriaux à 1.851 euros et celui des fonctionnaires du secteur hospitalier à 2.243 euros. Dans le privé, ce montant moyen atteint 2.202 euros.

Des syndicats déçus , et la droite contre la mesure

Du côté des organisations syndicales, sans critiquer drastiquement le geste salarial, on le trouve cependant insuffisant. Pour la CGT qui est la première organisation syndicale de la fonction publique, la mesure est jugée « sérieuse mais pas suffisante » et surtout très tardive.

Même réaction pour Brigitte Jumel de la CFDT (deuxième force syndicale), qui dit "voir et entendre le geste" du gouvernement, néanmoins "insuffisant". Bernadette Groison de la FSU (cinquième force syndicale et premier syndicat enseignant), parle également d'un "premier geste, pas suffisant au regard des pertes subies", estimant que les fonctionnaires ont besoin d'une mesure "immédiate".

Quant à Christian Grolier de FO (troisième force syndicale), il affiche un "sentiment mitigé", tout en se disant satisfait de "sortir de la spirale" du gel du point d'indice. C'est "au-dessus d'une annonce symbolique mais pour autant, pas satisfaisant".

C'est surtout du côté de de la droite que la mesure est la plus critiquée. "Les décisions du gouvernement d'augmenter les fonctionnaires sans augmenter leur temps de travail et sans diminuer les effectifs vont encore accroître la dette", a ainsi déclaré François Fillon (parti "Les Républicains") mercredi 16 mars sur RMC/BFMTV. De fait, plusieurs candidats déclarés ou potentiels - tel Nicolas Sarozy- souhaitent augmenter la durée du travail des fonctionnaires d'au moins deux heures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2016 à 10:51 :
ILS VAS Y AVOIR DU MONDE LES 31 MARS DANS LES RUES DE FRANCE? ? TROP C EST TROP
a écrit le 19/03/2016 à 8:02 :
C 'est pour acheter la paix sociale. De toute façon comme vu dans l' article ils sont déjà payés 10% de plus que dans le privé. Ce que l'article ne dit pas, c'est qu'elle est la somme en plus à supporter par les contribuables à vie pour payer cela. Et puis, à ma connaissance il n'y a pas eu d'arrêt des progressions des salaires à l'ancienneté. Rien aux la baisse des prix en cours à salaire constant fait mécaniquement augmenter le pouvoir d'achat de tous.....
a écrit le 18/03/2016 à 20:55 :
Il n’y aurait pas de revenus avant 25 ans, en 2015 on ferait 70% de CDD d’un mois, il existerait des stages non rémunérés, 50% des pauvres auraient moins de 30 ans, existe-t-il une justification ? Ne devrait-on examiner l’Europe si les Etats publient des baisses de PIB par habitant et pas de plein-emploi ? Ne devrait-on proposer un suivi juridique afin de certifier la considération ou l’arbitraire, pourquoi ne pas proposer une indemnité pour discrimination à l’expérience, vieillissement prématuré ou stress excessif ? Il existerait des diplômés en déqualification, n’est-ce pas injuste alors qu’on subventionne des défiscalisations, fait-on dans la promotion des bêtes ou des fausses vérités ?
http://www.latribune.fr/economie/france/remunerations-fin-de-la-diete-pour-les-fonctionnaires-557729.html
a écrit le 18/03/2016 à 20:08 :
Fin de la diète? 16.80€ à 26.40€ pour les plus petites classes et ce en deux fois, il vont pas sauter de joie nos fonctionnaires. Par contre pour les hauts fonctionnaires c'est jackpot...
a écrit le 18/03/2016 à 14:11 :
"Selon des données du ministère de la Fonction publique, le salaire net moyen mensuel des fonctionnaires d'Etat s'élève à 2.469 euros" !!! mais où est-ce qu'ils sont allés chercher ces chiffres bidon ??? Agent de l'Etat de catégorie B+, en fin de carrière à 61 ans, je ne perçois pas cette somme en tant que salaire net mensuel, je peux vous le garantir. Ou alors il faut croire qu'il y a trois fonctionnaires de catégorie A++, pour un agent en B ! Et de plus, ma retraite sera calculée sur un salaire "hors primes", ce qui diminue de fait considérablement le montant de la pension .... ces dernières (30% du perçu net mensuel n'étant pas prises en compte dans le calcul de la retraite ....
a écrit le 18/03/2016 à 12:58 :
C'est normal après 6 ans de blocage de l'indice , d'obtenir une augmentation. Cette remarque est aussi valable pour les retraités. Toutefois, a t-on encore les moyens
de payer les salaires de 5.6 millions de fonctionnaires? La réponse est non. On doit réfléchir et diminuer drastiquement leur nombre. Il vaut mieux 4 millions de fonctionnaires
beaucoup plus rémunérés et réfléchir sur le rôle de la fonction publique, quitte à privatiser
une partie des services. Pour plus de justice sociale, il conviendrait aussi d'harmoniser
les retraites du privée avec celles de la fonction publique.
a écrit le 18/03/2016 à 10:42 :
Au secteur marchand (salarié du privé) : travaillé plus pour gagner moins. Au secteur non marchand (État,agents publics) : travaillé moins pour gagner plus. Une France de plus en plus inégalitaire...
a écrit le 18/03/2016 à 10:29 :
LES SALARIES DU PRIVE VOIENT LEUR REMUNERATION STAGNEE OU A LA BAISSE ET POUR CERTAINS POLE EMPLOI. UNE CASTE DE NABABS DE 5,6 MILLIONS DE FONCTIONNAIRES AU SEMAINE A 32H DE TRAVAIL, A L’ABSENTÉISME RÉCURENT, CONGES A RALLONGE, PRIMES ET AVANTAGES INJUSTIFIÉES, NE FAISANT AUCUNE REFORME... DES ASSISTES AVEC LA COMPLICITE DES POLITICIENS PLUS SOUCIEUX DE LEUR NOMBRIL QUE DE L'INTERET GENERAL. FAUDRA-T-IL QUE LA SOCIETE CIVILE DESCENDE DANS LA RUE POUR SE REVOLTER CONTRE CETTE MONARCHIE ET SES VASSAUX QUI RUINENT NOTRE PAYS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 18/03/2016 à 9:16 :
S'il est vrai que les catégories C et B de la fonction publique sont aussi bien rémunérées que dans le privé (avec la sécurité de l'emploi en plus) ce n'est pas le cas de la catégorie A et en particulier des enseignants.
Parmi ceux ci les universitaires (super diplômés) sont parmi les plus mal payés d'Europe et par exemple leur niveau de vie est inférieur à leurs homologues ..Marocains !!
Réponse de le 18/03/2016 à 17:57 :
Un prof c 28 h de travail 3 mois de congés en formation pendant les heures de cours un absentéisme pour maladie imaginaire par abonnement une éducation nationale en déroute dans les classements européens et internationaux bref très bien payé
a écrit le 18/03/2016 à 7:32 :
Surtout un cadeau électorale qui prouve bien que les politiciens sont pret à tout pour se faire réélire et que l interêt nationale n'est pas vraiment leur soucis

a écrit le 18/03/2016 à 2:25 :
Un grand merci aux générations futures, le cœur sur la main ces futurs bambins ! Cadeau désintéressé dont ils ne verront jamais la couleur.

Sans rire, les économistes se partagent principalement entre tenant de la rigueur budgétaire et rétablissement des conditions de l'investissement privé et ceux partisans d'une relance de la commande publique.

Cette hausse ne rentre dans aucune des 2 catégories c'est une pure dépense non financée. Et la petite musique de la reprise lancée en grande pompe dans les médias n'effacera pas ce fait.
a écrit le 18/03/2016 à 0:24 :
A quand l'alignement des retraites des fonctionnaires et du privé ??????? et des revalorisations !
a écrit le 18/03/2016 à 0:08 :
Et maintenant on attends la fin de la diète pour les "retraités" qui ne sont plus augmentés depuis 4 ans !!!
a écrit le 17/03/2016 à 23:24 :
Toujours pas d'autres commentaires visibles. Si vous avez une baisse, ne vous étonnez pas.
a écrit le 17/03/2016 à 21:45 :
Les élections arrivent et les cadeaux aussi
Je croient que depuis 50 ans ont à pas eu de si petit personnages au sommet de l'état
a écrit le 17/03/2016 à 21:38 :
Rappel : ce qu'un fonctionnaire appelle "blocage de salaire", c'est une hausse moins rapide que d'habitude !
En effet, son ancienneté augmentant chaque année, sa fiche de paie évolue mécaniquement à la hausse CHAQUE année !
Mettez au défi n'importe quel fonctionnaire de vous montrez 2 fiches de paie identique à un an d'intervalle !
La hausse du point d'indice, c'est donc un bonus !
a écrit le 17/03/2016 à 21:09 :
Le privé et ferme sa bouche ! Le public gagne et en plus manifeste pour conserver les acquis et ils envoient leurs enfants battrent le pavé pour ne surtout rien changer ...
Quelle nullité ce gouvernement
a écrit le 17/03/2016 à 19:53 :
Quelle hypocrisie! Le gouvernement achète le vote des fonctionnaires. C'est la sainte alliance entre le PS et les protégés du public. Les autres paieront et seront mis au chômage ensuite.
a écrit le 17/03/2016 à 19:27 :
Les gouvernements passent , les technocrates restent . MBSI , GVT , effet report , hausse en masse et en niveau . Ce n'est 1,2% qui sera distribué , mais en versant cette
augmentation en deux fois , ce sera environ 0,9 % en masse .
a écrit le 17/03/2016 à 17:50 :
Quelle diète ! l'avancement à l'ancienneté est automatique chez les fonctionnaires. Et les primes pour "maintien du niveau de vie" sont assez courantes. Avec emploi garanti à vie, congés+RTT, retraite d'émir du pétrole, la diète est toute relative...
a écrit le 17/03/2016 à 17:47 :
Depuis 1995 le traitement des fonctionnaire a augmenté de 14.42 % et les prix de 35 % !
1.2 % de rattrapage... c'est géant !
a écrit le 17/03/2016 à 17:46 :
Voilà, pendant que l'on attaque les conditions de travail dans le privé avec la loi el khomri , on gâte son électorat préféré , les fonctionnaires ! Bravo

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :