Secteur privé : la confiance des chefs d'entreprise s'érode

 |   |  758  mots
Malgré ce ralentissement global, la croissance de l'activité est restée soutenue, selon Markit. La croissance du PIB devrait par conséquent rester marquée au premier trimestre 2018, souligne Alex Gill.
Malgré ce ralentissement global, la croissance de l'activité est restée soutenue, selon Markit. La croissance du PIB devrait par conséquent "rester marquée au premier trimestre 2018", souligne Alex Gill. (Crédits : MICHAEL BUHOLZER)
La croissance de l'activité du secteur privé a de nouveau ralenti en mars, pour atteindre son plus bas niveau depuis août 2017, selon l'indice PMI publié ce jeudi 5 avril par le cabinet IHS Markit.

Les signes de fragilité de la reprise apparaissent. Selon le cabinet Markit, l'indice qui synthétise l'activité dans les services ralentit pour le deuxième mois consécutif pour atteindre son plus bas niveau depuis août 2017.

"Cet essoufflement de la croissance reflète une modération de l'expansion du volume des nouvelles affaires tandis que l'emploi progresse à son plus faible rythme depuis six mois" explique l'économiste Alex Gill.

La même tendance est également visible dans l'industrie manufacturière. Ce fléchissement du secteur privé intervient alors le gouvernement traverse une séquence difficile. La grogne sociale s'envenime dans le monde du travail avec la multiplication des grèves dans des secteurs économiques majeurs, comme le transport aérien ou le rail.

--

Air France, grève, pilotes, PNC, 20180222,

[L'intersyndicale d'Air France réclame une hausse des salaires de 6%. Crédits : Reuters]

--

Lire aussi : Le conflit s'envenime à Air France, les syndicats déposent 4 jours de grève supplémentaires

Modération de la demande dans le tertiaire

L'indicateur composite final de l'ensemble de l'activité (PMI) s'est établi à 56,3 points, a détaillé IHS Markit. Ce chiffre est légèrement supérieur à une première estimation publiée le 22 mars, qui évoquait un PMI à 56,2 points. Ce léger ralentissement s'explique principalement par une modération de la demande selon les entreprises interrogées par le cabinet. Celle-ci entraîne "une décélération du rythme des créations d'emplois tandis que la confiance des prestataires de services se replie à son plus bas niveau depuis cinq mois."  Malgré ces signes de ralentissement, les entrepreneurs interrogés restent confiants sur les perspectives d'activité.

"En effet, si le degré de confiance recule légèrement par rapport au mois dernier, il demeure toutefois élevé et nettement supérieur à sa moyenne historique."

Cet optimise repose avant tout sur des prévisions de forte croissance économique et de hausse des investissements. À ce sujet, la dernière note de conjoncture de l'Insee vient assombrir ces prévisions. En effet, les économistes de l'institut de statistiques envisagent un ralentissement de la croissance au cours du premier semestre marqué par une baisse du pouvoir d'achat des Français.

Lire aussi : La baisse du pouvoir d'achat pourrait freiner la croissance

L'industrie au ralenti

Du côté de l'industrie, l'activité tourne également au ralenti. Selon le dernier communiqué du cabinet markit publié le 3 avril dernier, "les données de mars signalent un ralentissement de la croissance du secteur manufacturier français à la fin du premier trimestre 2018."

"L'indice PMI recule en effet pour le troisième mois consécutif en mars, et signale le plus faible taux d'expansion du secteur depuis un an", complète Alex Gill.

Ce repli de l'activité repose avant tout sur un affaiblissement des nouvelles commandes à la fois au niveau national et à l'international. Ce qui risque d'accroître les difficultés des entreprises françaises pour exporter.

Les économistes de Markit expliquent également que la baisse de la demande clients pourrait résulter en partie de mauvaises conditions météorologiques "ainsi que de la force de l'euro". La confiance des fabricants français s'amenuise par rapport au niveau record du mois dernier, "mais continue d'afficher un niveau élevé, les entreprises interrogées fondant leurs perspectives de croissance sur le maintien d'une forte demande clients."

"Si la croissance s'est affaiblie par rapport aux taux d'expansion enregistrés au cours de l'année 2017, l'Indice PMI reste cependant fermement ancré en territoire positif. S'établissant à 53,7 en mars, il signale une contribution positive de l'industrie manufacturière à la croissance du PIB au premier trimestre 2018."

Coup de frein en zone euro

Le ralentissement de l'activité ne concerne pas que la France. Le secteur privé de la zone euro enregistre également sa plus faible hausse d'activité depuis le début de l'année. Les experts de Markit avancent plusieurs facteurs d'explication :

"Une légère modération de la hausse des nouvelles affaires, des intempéries dans certaines régions du Nord de l'Europe ainsi que des contraintes d'approvisionnement résultant du rythme de croissance exceptionnel de l'économie récemment observé."

Pour le chef économiste du cabinet Markit Chris Williamson, il est encore difficile "d'évaluer l'ampleur réel du ralentissement actuel de la reprise [...] Les données PMI du mois d'avril seront ainsi déterminantes, dans la mesure où elles donneront une meilleure indication du taux de croissance sous-jacent, et ainsi du calendrier de la BCE en ce qui concerne un éventuel changement de cap de sa politique monétaire."

Lire aussi : Climat des affaires : l'industrie et les services en repli

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2018 à 9:13 :
Comment çela, on a précarise les salariés du privé et ces derniers ne consomment plus !!!
Votons vite une nouvelle taxe ou reformons un peu plus le code du travail afin que la croissance reparte ...
a écrit le 05/04/2018 à 18:23 :
On a encore des indices pmi qui étaient inespérés il y a un an alors l'article me parait franchement pessimiste voire déconnecté de la réalité. Bien sûr on ne peut pas affirmer que la croissance ne va pas se tasser mais par contre on peut se réjouir des bons chiffres actuels.
a écrit le 05/04/2018 à 17:26 :
depuis le premier janvier nous avons 8 nouvelles taxes donc baisse du pouvoir d'achat!!

puis a tous ses déplacements mr MACRON annoNce de nouvelles mesures NON FINANCEES ! comment voulez vous que les entreprises investissent LA CONFIANCE n'est plus là
a écrit le 05/04/2018 à 15:16 :
Mais que fait la madone du MEDEF Emmanuel Macron!
a écrit le 05/04/2018 à 14:34 :
Ben à force de dire que leur confiance est en plein boom grâce au mac, maintenant ils aimeraient bien savoir pourquoi grâce au mac ils devraient être en plein boom en fait...

Les politiciens qui donnent aux riches ne sont pas pour une politique de la consommation et donc de la croissance hein, du coup on ne voit pas pourquoi les chefs d'entreprises devraient être super contents d'avoir le mac qui n'est là que pour servir la rente et non le travail.

Ce sont deux notions qui s'opposent et c'est la finance qui est en train de gagner la partie en ayant éradiqué la notion de travail or sans cette notion l'économie ne peut pas tourner rond.

Des comptables ça fait pas des dirigeants.
Réponse de le 05/04/2018 à 16:46 :
"Comme d’habitude, un océan de d’ignorance et des abysses de mauvaise foi."

Et bien dans ce cas pourquoi commentez vous donc ?

Je vous signale bien entendu mais c'est pour vous aider hein, à priori ya un truc que vous percutez pas là...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :