Un 1er mai syndical encore sous Covid-19, mais à nouveau dans la rue

 |  | 723 mots
Lecture 4 min.
Les syndicats s'apprêtent à battre le pavé pour le 1er mai, une opération symbolique à un an de l'élection présidentielle.
Les syndicats s'apprêtent à battre le pavé pour le 1er mai, une opération symbolique à un an de l'élection présidentielle. (Crédits : Reuters)
Malgré la Covid-19, la mobilisation sociale a repris des airs classiques, dans la rue. 100.000 manifestants sont attendus par les autorités sur l'ensemble du territoire, dont de nombreux politiques à un an de l'élection présidentielle.

Du muguet et des manifestations: pour la deuxième année consécutive, les syndicats célèbrent samedi la journée internationale des travailleurs à l'aune du Covid-19, mais cette fois la mobilisation sociale reprend des airs classiques dans la rue.

"L'an dernier, il y a eu de la frustration de ne pas pouvoir défiler. Nous reprenons nos bonnes habitudes", se réjouit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, après un 1er mai 2020 confiné. Alors que la situation sanitaire reste délicate, "on est pas inconscients (..) on fait attention, on est masqués", a-t-il assuré samedi sur Europe 1.

La centrale de Montreuil a appelé, avec FO, la FSU et Solidaires à faire du 1er mai une "journée de mobilisation et de manifestations", "pour l'emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde".

100.000 manifestants attendus par les autorités dans l'Hexagone

La CGT a comptabilisé près de 300 manifestations dans l'Hexagone, notamment à Nantes, Marseille ou encore Lyon. Les autorités s'attendent à environ 100.000 manifestants sur l'ensemble du territoire. En 2019, le ministère de l'Intérieur avait comptabilisé 164.000 manifestants et la CGT 310.000.

"On ne s'attend pas à des mobilisation massives aujourd'hui. Ce qu'on voulait c'était marquer le fait qu'on est là et qu'on sera là demain. C'est une mise en garde", a affirmé le numéro un de FO Yves Veyrier samedi sur France inter.

A Paris, le cortège partira à 14h de la place de la République en direction de celle de la Nation, à l'appel des quatre organisations syndicales et des mouvements de jeunesse Unef et UNL. Les numéros un de la CGT et de FO défileront côte à côte.

La préfecture de police de Paris a indiqué qu'elle prévoyait un "dispositif adapté" pour parer l'éventuelle "présence d'éléments radicaux", sans préciser le nombre d'agents déployés. "Ce sera un dispositif conséquent", selon une source policière.

A l'occasion des 150 ans de la Commune de Paris, la gauche radicale sera notamment de la partie, annonçant un cortège "+Commune+ en tête de manif". Des "gilets jaunes" ont aussi prévu de rejoindre la place de la République.

En 2019, Philippe Martinez avait dû quitter le carré de tête, pris dans des affrontements entre la police et des "black blocs".

"Pas l'alpha et l'oméga"

A un an de l'élection présidentielle, certains responsables politiques de gauche ont aussi annoncé leur présence, à l'instar de Jean-Luc Mélenchon (LFI) à Lille, de Fabien Roussel (PCF) dans la même ville puis à Paris ou encore Olivier Faure (PS) et Julien Bayou (EELV) également dans la capitale.

Certains d'entre eux mettent en avant la contestation de la réforme de l'assurance-chômage qui doit commencer à entrer en vigueur au 1er juillet et est dénoncée unanimement par les cinq grandes centrales syndicales. Le secteur culturel, qui conteste la réforme, devrait d'ailleurs grossir les rangs au départ du théâtre de l'Odéon à midi.

FO entend aussi montrer que "s'il faut monter au créneau contre un retour du dossier des retraites, on y montera". Le syndicat lance la journée à Paris avec un hommage aux combattants de la Commune, devant le mur des Fédérés du Père-Lachaise.

Quasiment au même moment, la CFDT organise de son côté un rassemblement virtuel avec des échanges sur Facebook avec des militants. "Vu les conditions sanitaires, on a fait le choix de faire de façon virtuelle encore cette année" , a expliqué Laurent Berger samedi sur France info, disant assumer ce choix et notant que le 1er mai "ce n'est pas non plus l'alpha et l'oméga de la mobilisation syndicale" "Je crois que le risque sanitaire est toujours réel, donc il faut faire gaffe", a-t-il ajouté tout en assurant ne pas critiquer "le choix des autres".

Alors qu'Emmanuel Macron a dévoilé jeudi un calendrier du déconfinement "en quatre étapes", qui devrait s'accélérer entre le 19 mai et le 30 juin, la CGT espère que le 1er mai sera le début d'une montée en puissance des mobilisations.

Philippe Martinez prévient déjà que "d'autres journées d'action en mai et juin scanderont ce printemps offensif".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2021 à 11:22 :
Dans ma préfecture, le cortège était bon enfant: rangs clairsemés, La Mano Negra dans les haut-parleurs, moyenne d'âge supérieure à 60 ans, les nombreuses et traditionnelles banderoles CGT voisinaient avec celles réclamant la libération du terroriste et assassin Georges Ibrahim Abdallah, des antivax exigeant l'interdiction du passeport sanitaire et du masque, et des partisans d’extrême gauche manifestant contre le 'racisme d'état', pour l'ouverture totale des frontières et l'autogestion etc. Bref, une juxtaposition hétéroclite de revendications micro-catégorielles, complotistes voire moralement franchement indéfendables, bien éloignées de la signification historique du 1ier mai.
a écrit le 01/05/2021 à 18:20 :
Les menaces de bazar permanentes, les actions qui vont à l'encontre des intérêts des entreprises, les discours agressifs, les défilés qui ruinent nos commerces, les discours non constructifs, et cette incapacité de voir toute situation avec un minimum d'honnêteté, le tout en représentant une poignée de râleurs mi rouge, mi GJ, pour moi, cela suffit! Je ne crois pas que le dialogue social doive s'opérer avec de tels "partenaires"..
Réponse de le 01/05/2021 à 20:53 :
Votre tropisme droitier vous égare.
Il n'y a quasiment pas eu de manif ces 14 derniers mois.

Ce qui a flingué l'économie ce sont les mesures prises par le gouvernement.

Et avec qui donc devrait dialoguer le gouvernement si ce 'est avec les organisations syndicales légales ?

Je rappelle que la seule CGT, toute affaiblie qu'elle soit a encore plus de membres adhérents que tous les partis politiques français réunis.
a écrit le 01/05/2021 à 18:11 :
Ne vous en déplaises mon Cher Churchill , tout le monde n’est pas dans l’informatique et ne perçoit pas 75 000/l’an.
a écrit le 01/05/2021 à 17:55 :
"pour l'emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde".
oui, c'est sur
ils ne vont pas manifester contre les 1450 licenciemets d'OXFAM, ma mise a dispo de l'argent de leurs CE grassouillets envers les serveuses qui vont perdre leur travail, les profs dont le nombre augmente au meme rythme que la france s'ecourle au PISA, l'absence de liberte chez l'ami Nord Coreen, grand democrate fidele aux valeurs de gauche, et contre erdogan le laic, grand ami des politiciens francais qui detiennent la morale et la bienveillance
ils ne manifestent pas non plus contre la pauvrete au Venezuela, qui n'a plus d'inegalites depuis que tout le monde vit avec moins de 2 euros par jour
au lieu de grands epanchements qui ne coute pas cher, qu'ils rendent l'argent des chateaux, des gras CE et les milliards de la formation
on pourra distribuer ca aux pauvres
a écrit le 01/05/2021 à 17:40 :
On peut rappeler le vote de mars et avril dans les TPE qui est passé totalement inaperçu en particulier dans les JT.

La CGT reste en tête dans les TPE. La centrale de Philippe Martinez a terminé à la première place de la troisième édition de l'élection de représentativité syndicale dans les très petites entreprises qui s'est déroulée fin mars-début avril, selon les résultats diffusés par le ministère du travail vendredi. Avec 26,3 % des voix, elle a progressé d'un peu plus d'un point par rapport au précédent rendez-vous, en janvier 2017 . Elle a donc creusé un peu l'écart en pourcentage avec la CFDT, à 16,5 %, bien que cette dernière progresse d'un point.
Mais c'est l'UNSA qui a cette fois encore créé la surprise. En 2017, elle avait fait un bond de 5 points, à plus de 12 %. Avec un score de 15,89 %, elle progresse à nouveau de 3,5 points. Cela lui permet de ravir la troisième place à Force ouvrière, bien que cette dernière progresse de près d'un point, à 13,8 %, et de s'approcher de la CFDT.La CFTC apparait la grande perdante à 5,9%. La CGC étant à 3,85 %.
a écrit le 01/05/2021 à 15:53 :
Sous les yeux des syndicats de gauche qui ne rêvent que d’une société aussi démocratique et prospère que feu la RDA.
Aux slogans bidons et ultra agressifs comme à l’accoutumée se rajoutent depuis quelques années déjà les slogans indigénistes et décoloniaux car l’état et les collectivités cracheront jamais assez au bassinet « d’associations » qui n’ont produit aucun rapport d’activité depuis leur création.
a écrit le 01/05/2021 à 12:14 :
Mr Martinez devrait dire tout ce qui se trame dans notre dos,les Français doivent être informés .
Réponse de le 01/05/2021 à 15:39 :
Vous êtes très mal informé. Pourtant tous les partis de l'opposition ont prévu qu'à partir de 2022 tous les jours de l'année seront décrétés 25 décembre. Vous pouvez déjà faire la liste de vos étrennes et mettre vos chaussures sous le sapin. Vivement le nouveau pays de cocagne.
a écrit le 01/05/2021 à 11:45 :
Augmentation du GAZ de 0,3 à 1,2 % pour les ménages suite «  au cargo bloqué au canal de Suez » et après ça vient nous dire «  que c’était un accident « 
Honte à tous les dirigeants !
Vous donnez jusqu’à 6000 euros de primes alors que pour payer un smic correct , vous bloquez tout , honte à vous une deuxième fois !
Et encore une troisième fois !
Réponse de le 01/05/2021 à 14:15 :
"Augmentation du GAZ de 0,3 à 1,2 % pour les ménages suite « au cargo bloqué au canal de Suez » et après ça vient nous dire"

Pourriez vous citer vos sources, cela paraît un rien fantasque...
Réponse de le 01/05/2021 à 15:15 :
France Info ( support Web)
Réponse de le 01/05/2021 à 15:42 :
Vous avez raison. Aux informations le capitaine du navire a dit qu'il avait planté son cargo pour faire augmenter le gaz en France pour le 1er mai. Il a rajouté qu'il y aurait certainement un faible d'esprit pour répéter ses fadaises Ha Ha ha ha ha ha
Réponse de le 01/05/2021 à 17:27 :
@gazier

Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d’achat. Les tarifs réglementés de vente du gaz appliqués par Engie vont augmenter de 1,1 % au 1er mai, conséquence de la hausse des cours mondiaux, à la suite notamment du blocage du canal de Suez, a annoncé lundi le régulateur. Cette hausse hors taxe est de « 0,3 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,7 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1,2 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », détaille la Commission de régulation de l’énergie.Le parisien
a écrit le 01/05/2021 à 11:38 :
"dont de nombreux politiques à un an de l'élection présidentielle"

Tandis que nous observons en UE que populistes et néolibéraux finissent toujours par s'arranger entre eux. Quelle vaste supercherie que notre système quand même hein.
a écrit le 01/05/2021 à 11:38 :
Les restaurants et autres commerces ne peuvent ouvrirent mais les manifs sont autorises et ils défilent sans masques( C News de ce matin) ont interdit le travail a certain mais ont autorise les fainéants dans la rue ,peut être nos syndicats vont ils nous demander un defile double compte tenu que nous sommes samedi.Pauvre France
Réponse de le 01/05/2021 à 17:51 :
Le monde d'avant est de retour .
Réponse de le 02/05/2021 à 20:03 :
Si seulement... Mais les incapables se partagent toujours et encore le trône a notre détriement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :