Commerce : dans la tête de Donald Trump

 |   |  1249  mots
Le deal maker aime à agiter la menace pour arriver à ses fins.
Le "deal maker" aime à agiter la menace pour arriver à ses fins. (Crédits : Reuters)
Le président américain plonge le monde dans une guerre commerciale aux conséquences imprévisibles. Il s'est fait élire grâce à un discours flattant sa base, les classes moyenne et ouvrière blanches. Mais son protectionnisme économique s'inscrit dans une philosophie plus largement isolationniste.

« Fuck the system » : c'est sur cette notion que Donald Trump s'est fait élire, le 9 novembre 2016. Contre le « marécage » de Washington, peuplé de lobbyistes ; contre « les riches » ; contre les immigrants, qui viennent voler le travail des bons Américains et font baisser les salaires ; contre les Chinois et les autres, qui inondent le pays de produits à bas coûts et désintègrent le tissu industriel traditionnel ; contre, enfin, les instances internationales, dont l'ONU, qu'il menace régulièrement d'assécher financièrement, et ses diverses émanations comme l'Unesco, dont les États-Unis se retireront à la fin de cette année, et le Conseil des droits de l'homme, dont ils ont claqué la porte le 19 juin dernier. De même, Donald Trump ne croit pas à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et bloque aujourd'hui la nomination de juges pour la cour d'appel de l'organe de règlement des différends, au point que cette instance ne pourra bientôt plus fonctionner...

Si le candidat Trump jouait sur du velours, face à certains citoyens oubliés par la reprise et « relégués » socialement comme culturellement, il puisait également à une source plus historique, celle de l'isolationnisme américain, né avec la guerre des colons contre l'Angleterre, moins en vogue depuis la Seconde guerre mondiale, mais qui resurgit périodiquement, à la faveur d'événements comme les attentats du 11 septembre 2001. N'a-t-il pas déclaré, en avril 2017, devant un parterre d'ouvriers, qu'il n'était pas « le président du monde » ?

Avec Trump, le protectionnisme n'est jamais loin de la politique

De fait, devenu président, Donald Trump a mis son discours en pratique. À commencer par l'isolationnisme et le protectionnisme commercial, puisqu'au lendemain de son arrivée à la Maison Blanche, il annonce, le 23 janvier 2017, le retrait des États-Unis d'un accord commercial transpacifique, le TPP, signé en février 2016 par 12 pays, mais excluant la Chine. Puis, il impose, le 2 février, une renégociation de l'Alena, accord commercial selon lui « désastreux », qui lie, depuis 1994, les États-Unis, le Canada et le Mexique. Les discussions sont toujours en cours.

Enfin, en janvier 2018, il commence à imposer des taxes sur certaines importations. D'abord sur les panneaux solaires (principalement en provenance de Malaisie et de Corée du Sud) et les machines à laver (majoritairement exportées par Séoul). Une façon pour Donald Trump, dans le cas des panneaux solaires, de donner des gages à ses supporters, anti-environnement, dans la droite ligne de son retrait, le 1er juin 2017, de l'accord de Paris sur le climat et de sa lutte pour ressusciter l'industrie du charbon.

Car avec Donald Trump, le protectionnisme n'est jamais loin de la politique. Et la politique, jamais loin du terrain local. Après avoir, à la fin 2017, arraché au Congrès une réforme des impôts qui va profiter en majorité aux plus fortunés, selon les calculs du centre de recherche indépendant Tax Policy Center, il lui faut donner de nouveau des gages à sa base, les classes moyenne et ouvrière blanches du centre du pays, alors que les élections de mi-mandat, considérées comme un référendum pour ou contre Trump, auront lieu le 6 novembre prochain. Et les Démocrates espèrent bien profiter des foucades présidentielles pour ravir aux Républicains la majorité au Congrès.

"Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner"

Dans ce contexte, quoi de mieux que de lancer une guerre commerciale, puisque métallos et syndicats réclament protection et que ses autres supporters soutiennent sans réserve « l'Amérique d'abord » ? Sans oublier que Trump, le deal maker, aime à agiter la menace pour arriver à ses fins. L'intimidation (avec l'insulte et le mensonge sur Twitter) fait en effet partie de ses passe-temps favoris.

Résultat, le 1er mars 2018, il annonce son intention d'imposer des taxes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium importés. Le lendemain, il lance un tweet dans lequel il affirme que « les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner »... Et si, dans un premier temps, le Canada, le Mexique et l'Union européenne sont exemptés, le 31 mai, leurs exportations d'acier et d'aluminium sont à leur tour taxées.

Mais la pression et le stress, que Trump aime à attiser, y compris à la Maison Blanche, pour mieux se hisser au-dessus de la mêlée, ne seraient pas complets sans un bras de fer avec la Chine. Le 22 mars, il annonce une série de mesures contre Pékin, allant de restrictions sur les investissements chinois aux États-Unis à des contrôles sur les importations de produits made in China, au nom de la « sécurité » des États-Unis, ou plus concrètement, pour protéger la propriété intellectuelle et les innovations américaines, en particulier dans les cas de transferts forcés de technologie appliqués par Pékin. Sans oublier le déficit commercial, d'un montant de 337 milliards de dollars l'an dernier, que les États-Unis enregistrent depuis des années vis-à-vis de l'empire du Milieu et que Trump veut effacer. Il demande d'ailleurs dans la foulée à Pékin de réduire le déficit de 200 milliards de dollars et menace d'imposer des taxes de 25% sur 50 milliards de dollars d'exportations chinoises.

La guerre, pourtant déclarée « en suspens » par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, le 20 mai, est loin d'être terminée. D'autant que le 15 juin, la Maison Blanche met ses menaces à exécution, en imposant des taxes de 25% sur 50 milliards de dollars de produits chinois. Les premières, sur quelque 34 milliards de dollars d'importations, prendront effet le 6 juillet. En retour, les Chinois fourbissent leurs armes, de même, d'ailleurs, que les Européens (qui se sont retrouvés, quelques jours plus tard, sous la menace de taxes de 20% sur les automobiles), sans oublier les Canadiens, les Mexicains...

Sans réel résultat : face à la menace de rétorsions chinoises, le président américain a simplement renchéri, en déclarant qu'il taxerait 200 milliards de dollars de produits made in China supplémentaires. La pression encore. L'escalade, toujours.

Un "instinct" infaillible

Certes, la guerre commerciale a de quoi séduire ses supporters, mais pourquoi déclencher pareille tempête, qui pourrait nuire aux échanges et à la croissance économique mondiale, sans compter les destructions d'emplois américains et une hausse des prix à la consommation ? Au-delà de la stratégie électorale de mi-mandat, que se passe-t-il dans la tête de Trump ?

Dans un contexte de reprise économique continue (avec un taux de croissance annuelle du PIB de 2,2% au premier trimestre 2018, même si Trump avait juré que la croissance s'envolerait à 4%) et de chômage en baisse (3,8% en mai 2018, son plus bas niveau depuis 18 ans), le président peut croire que ses actions n'auront pas d'effets négatifs « at home ». Son instinct ne l'aurait jamais trompé dans les affaires, dit-il. Reste que ses connaissances économiques sont limitées - et ses erreurs, nombreuses. Pis, persuadé qu'il sait tout, il se vante de n'écouter personne.

Quant à son équipe, elle est divisée sur le sujet. Les uns, comme Steven Mnuchin, un ancien de Goldman Sachs, l'homme d'affaires Wilbur Ross, secrétaire au Commerce, et Larry Kudlow, son nouveau conseiller économique, sont du côté du free trade, tandis que les autres, comme le représentant au Commerce, Robert Lighthizer, et Peter Navarro, le directeur du Conseil national du commerce de la Maison Blanche, sont des "anti-Chine". De quoi brouiller un peu plus les cartes et perturber une tactique peu pensée. Mais n'est-ce pas là la stratégie du chaos ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2018 à 16:43 :
2 choses : 1) je pense que Trump prend les Etats-Unis sont un entreprise. Un pays, c 'est infiniment plus complexe. 2) Il agit et fanfaronne là où il est le plus libre de le faire: la politique extérieure, parce qu'à l'intérieur, en revanche, il en fait beaucoup moins.
a écrit le 10/07/2018 à 16:47 :
Nous avons comme habituellement la floppée d'analystes qui donnent leur avis sur les actions de M. Trump, mais depuis bien des années les spécialistes reconvertis en essayistes mot qui montrent que leur prévision ne sont que des supputations basées souvent sur des règles économiques qui sont bouleversées à chaque instant. Je pense que la crise de 2007/2008 a montré leur incapacité à analyser avec certitude les soubresauts économiques. Depuis la grande crise de 29 puis celles qui ont écrénées le xx siècle puis celle de 2007 les données mondiales et les paramètres économiques sont à chaque fois une nouvelle vision de la situation mondiale. Aujourd'hui M. Trump se trompe t il? personne ne peut le dire les US sont redevenues le leader mondial incontesté avec ce poids énorme d'être devenu indépendant énergétiquement . Les US peuvent bafouer le droit peuvent mentir créer un chaos humains de plusieurs dizaines de milliers de morts , guerre d'Irak, peuvent créer indirectement le pire Daesch aucun pays aucune alliance type Europe(la naine) même la Chine aujourd'hui ne peuvent faire plier les US. En Europe nous nous sommes blottis au chaud contre Madame US en lui permettant tout au détriment de notre économie nous lui avons même demandé protection etc etc. Aujourd'hui une partie du monde, principalement l'Europe avale couleuvres sur couleuvres depuis M. Regan paie cette sorte de soumission de bien vivre sous protectorat. La récréation est terminée et nos exécutifs européens et plus particulièrement français sont assommés ils n'ont aucune vision de ce que nous serons demain sans les US alors nous nous couchons pardon nous nous vautrons. Souvenons nous c'était hier notre Président communiquait presque chaque jour sur son amitié avec M. Trump qu'il avait régulièrement au téléphone pour des entretiens francs dont il reste une image terrible, la main de M. Trump qui époussette les pellicules sur le revers de veste de M. Macron.
Aujourd'hui plus de com et pour cause. Enfin si M. Trump fait des cadeaux fiscaux aux plus riches notre Président n'est pas en reste.
a écrit le 10/07/2018 à 14:19 :
La mode ces derniers temps c'était de dire que finalement on avait sous-estimé Donald Trump. C'est ça les médias, ils aiment aller à contre-courant sauf que sans vouloir être ironique ils le font tous en même temps. Trump a fait plier la Chine, Trump a fait plier l'UE, Trump a fait plier Kim. Sauf qu'on se rend compte un peu après que les trois ont fait semblant de courber l'échine le temps que l'orage passe car l'instabilité de Trump n'échappe à personne.
a écrit le 10/07/2018 à 14:03 :
Une soit disant "guerre commerciale" vaut certainement mieux qu'une soit disant guerre au terrorisme factice!
a écrit le 10/07/2018 à 14:02 :
Une soit disant "guerre commerciale" vaut certainement mieux qu'une soit disant guerre au terrorisme factice!
a écrit le 10/07/2018 à 8:46 :
"De quoi brouiller un peu plus les cartes et perturber une tactique peu pensée."

Une tactique "peu" pensée sans rire ? Vous croyez que la première puissance économique et commerciale du monde, le premier marché au monde, la première puissance de renseignement au monde n'a pas pensé à ce show de Trump depuis un moment ?

Ici quelques commentateurs voyaient déjà dans Obala cetet tendance puisque au final le "protectionisme" a bien débuté sous Obama mais comme notre danseur de claquettes était trop prestigieux pour être dénoncé personne n'en a parlé.

Trump donc, personnage parfaitement adapté, à la lecture stratégique brouillée arrive face à Clinton, qui aurait pu être la présidente de la république américaine la plus stupide qu'il soit, alors que pourtant avec des Reagan et des Bush, moins dangereux que Bill Clinton on est bien d'accord mais côté niveau intellectuel c'était pas vraiment la gloire les deux lascars, la compétition aurait été rude, et vous pensez que la stratégie actuelle qui impose la suprématie américaine au monde n'est pas pensée ?

Ben dites donc imaginez si elle avait été pensée alors hein...
Réponse de le 10/07/2018 à 14:05 :
Obama a fait du protectionnisme, de manière plus marquée et en même temps avec une certaine diplomatie et des alliances qui dissuadaient les autres de répliquer. Donc à côté le protectionnisme de Trump ne parait pas très inspiré.
Réponse de le 13/07/2018 à 9:26 :
Et donc vous êtiez où à ce moment là ?

POurquoi le protetcionisme de Obama serait sain et pas celui de trump ?

Votre cerveau est visiblement dérangé, trop de dogmes et de messes aliénantes certainement.
Réponse de le 13/07/2018 à 9:26 :
Et donc vous êtiez où à ce moment là ?

POurquoi le protetcionisme de Obama serait sain et pas celui de trump ?

Votre cerveau est visiblement dérangé, trop de dogmes et de messes aliénantes certainement.
Réponse de le 13/07/2018 à 9:26 :
Et donc vous êtiez où à ce moment là ?

POurquoi le protetcionisme de Obama serait sain et pas celui de trump ?

Votre cerveau est visiblement dérangé, trop de dogmes et de messes aliénantes certainement.
Réponse de le 13/07/2018 à 9:26 :
Et donc vous êtiez où à ce moment là ?

POurquoi le protetcionisme de Obama serait sain et pas celui de trump ?

Votre cerveau est visiblement dérangé, trop de dogmes et de messes aliénantes certainement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :