Nouvelle nuit d'émeutes post-Brexit à Belfast

 |  | 576 mots
Lecture 3 min.
Des émeutiers lancent des cocktails molotov sur le mur de la paix dans Lanark Way alors que les manifestations post-Brexit se poursuivent à Belfast, en Irlande du Nord, le 7 avril 2021.
Des émeutiers lancent des cocktails molotov sur le "mur de la paix" dans Lanark Way alors que les manifestations post-Brexit se poursuivent à Belfast, en Irlande du Nord, le 7 avril 2021. (Crédits : Jason Cairnduff/Reuters)
Le Brexit, avec la réintroduction des contrôles douaniers entre Royaume-Uni et Union européenne, a fragilisé le délicat équilibre qui existait en Irlande du Nord depuis la signature de l'accord de paix en 1998 après trente années d'affrontements meurtriers entre républicains et unionistes. Les nouvelles dispositions post-Brexit sont dénoncées par les unionistes comme une "trahison" de la part de Londres. Les violences ont débuté la semaine dernière, pendant le week-end de Pâques.

Pierres et cocktails molotov contre canons à eau: police et émeutiers ont continué de s'affronter tard dans la nuit de jeudi à vendredi à Belfast, où le Brexit ébranle un fragile équilibre entre communautés.

Des centaines de jeunes hommes et adolescents se sont rassemblés dès le début de soirée jeudi dans un quartier de l'ouest de la ville, sujette à de vives tensions politiques et liées au Brexit. Certains avaient empilé des briques dans un chariot de supermarché, a constaté un journaliste de l'AFP. Les habitants se montraient peu enclins à parler.

Le spectre d'un retour aux années sanglantes des "Troubles"

Masqués, coiffés de cagoules, ils ont catapulté des pierres, briques, pétards et bouteilles en direction des barrages érigés par la police anti-émeutes à l'aide de leurs Land Rover blindées. Une épaisse fumée noire s'élevait par endroits après l'explosion de cocktails molotov.

Armés de matraques et de boucliers, les forces de l'ordre ont repoussé les émeutiers, tandis que les habitants du quartier étaient réduits à contempler le spectacle derrière leurs fenêtres.

Les policiers ont eu recours à un imposant canon à eau lorsqu'un groupe d'hommes a tenté de forcer la barricade à l'aide d'une voiture vandalisée.

Usant de hauts-parleurs, les forces de l'ordre ont appelé les manifestants à se disperser sous peine d'arrestation: "Il pourra être fait usage de la force", a prévenu une voix féminine dans le micro.

La police avait par ailleurs tenté de faire appel à des personnes influentes de la communauté pour qu'elles dissuadent les habitants de se joindre aux émeutes.

50 blessés dans les rangs de la police depuis le week-end Pâques

Quelques dizaines de personnes âgées, hommes et femmes, se sont rassemblées jeudi près des sites où avaient eu lieu les violences de la veille, empêchant de laisser les émeutiers s'approcher ou éteignant un feu à proximité.

Les violences des derniers jours ont déjà fait plus de 50 blessés dans la police et font resurgir le spectre des trois décennies sanglantes des "Troubles" entre républicains, principalement des catholiques partisans de la réunification avec l'Irlande, et unionistes protestants, qui ont fait 3.500 morts.

"Trahison" de Londres

La semaine dernière, des violences avaient d'abord éclaté dans la ville de Londonderry, avant de gagner un quartier loyaliste de Belfast et ses environs pendant le week-end de Pâques.

Le Brexit est venu fragiliser le délicat équilibre dans la province, en nécessitant l'introduction des contrôles douaniers entre Royaume-Uni et Union européenne.

Lire aussi : Pourquoi l'Irlande du Nord rejette le Brexit

Destinés à éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE, les contrôles se tiennent dans les ports nord-irlandais.

Malgré une période de grâce pour permettre aux entreprises de s'adapter, ces nouvelles dispositions perturbent les approvisionnement et sont dénoncées par les unionistes comme une frontière entre l'Irlande du Nord et la Grande-Bretagne, et une trahison de la part de Londres.

Lire aussi : Ce que contient l'accord post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni

Attisant les tensions, les autorités nord-irlandaises ont décidé de ne pas poursuivre des responsables du parti républicain Sinn Fein qui avaient assisté aux obsèques d'un ancien chef paramilitaire malgré les restrictions contre le coronavirus.

Lire aussi : Premier incident post-Brexit: la marine britannique arraisonne un bateau de pêche irlandais

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2021 à 17:03 :
Je propose de créer un club de multi-pseudos, parce que Idx ne pas être moi, et je suis de plus en plus jaloux des autres multi-pseudos, ou pas,...... aller savoir. :>))
---
Enfin pour cette pression qui monte en Irlande c'est regrettable.
On savait que ce point non réellement débloqué était incendiaire.
Là, faudrait peut-être que l'UE et le R-U se mettent vite sur ce dossier brulant, sur lequel même les ultra-nationalistes pro R-U n'osent plus la ramener.
Ca me semble urgé plus que des passe-droits pour l'UE-27 à accorder à la City, la pêche, la logistique et autres.
a écrit le 09/04/2021 à 14:42 :
Le problème était sur la table dés le début !
C était à l Irlande de négocier avec les parties prenantes , maintenant il ne reste plus qu à espérer que les anti brexit du nord comprennent ou est leur intérêt .
C est aux gaffa de faire miroiter le chemin .
a écrit le 09/04/2021 à 10:08 :
Que ce soit à la frontière Nord ou à la frontière Sud, il était inévitable que cela crée des tensions. A terme, il faudra en passer par une intégration de l'Irlande du Nord dans l'Irlande Républicaine...ou que toute l'Irlande redevienne Britannique?.Les violences n'en sont qu'à leur début, pour une solution dans...30 ans?
a écrit le 09/04/2021 à 9:48 :
La souveraineté cela a un prix et ce n'est pas qu'une administration comme l'est l'UE de Bruxelles!
a écrit le 09/04/2021 à 9:43 :
Ah enfin du sang ! L'oligarchie franco-allemande doit être contente depuis le temps ça lui manquait. Hum que cette odeur de souffre leur rappelle le bon temps.
Réponse de le 09/04/2021 à 11:04 :
A l'évidence vous ne comprenez rien , en quoi Bruxelles est en cause ?
Réponse de le 09/04/2021 à 13:26 :
@ multipseudos:

Tu n'as rien suivi ou rien compris des négociations sur le brexit visiblement donc mais tu étais contre pourtant. C'est bien mais c'est à toi de faire un effort hein...

SIgnalé et si je peux pas de grâce virez mon commentaire, je sais que le vendredi c'est pire que d'habitude, merci.
a écrit le 09/04/2021 à 9:42 :
5 ans de négociations efficaces de Barnier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :