Le Sénat approuve le plan Biden de 1.200 milliards qui doit "transformer l'Amérique"

Les tractations intenses menées depuis plusieurs semaines ont fini par donner une victoire politique importante au président démocrate. A Wall Street, les principaux secteurs concernés par ce plan ont le vent en poupe quelques heures après le vote.

4 mn

Joe Biden l'affirme : il n'est pas une relique d'un autre âge, comme certains l'ont affirmé.
Joe Biden l'affirme : il n'est pas une "relique d'un autre âge", comme certains l'ont affirmé. (Crédits : EVELYN HOCKSTEIN)

Pari gagné pour Joe Biden. Après des heures de négociations à huis clos, le Sénat, qui bénéficie d'une courte majorité démocrate depuis le mois de janvier, a approuvé le gigantesque plan d'investissement d'un montant total de 1.200 milliards de dollars (1.020 milliards d'euros) visant à faire basculer la première économie mondiale dans une nouvelle ère. Le projet de loi bipartite, adopté par 69 voix contre 30, avec le soutien de plus d'un tiers des républicains, est décrit comme "historique", capable de "transformer l'Amérique", selon le successeur de Donald Trump, satisfait d'avoir pu convaincre une partie de l'opposition.

Comment ce plan, presque équivalent au PIB de l'Espagne en 2020, sera-t-il financé ? Le texte comprend 550 milliards de dollars de nouvelles dépenses, a indiqué la Maison Blanche. Le reste est financé, entre autres, par l'argent non dépensé des plans de relance précédents et par les revenus d'une nouvelle taxe sur les cryptomonnaies, précise-t-elle encore.

Aussi, le projet de loi se base sur une croissance économique au rendez-vous, générant des recettes fiscales en hausse. Reste que si les indicateurs économiques américains sont actuellement bons, la reprise de la pandémie avec le variant Delta commence à atteindre la confiance des investisseurs.

Routes, trains, fleuves, aéroports

Dans le détail des investissements dans les infrastructures, les routes figurent parmi les mieux dotées du plan, avec 110 milliards pour des rénovations "mettant l'accent sur l'atténuation du changement climatique, la résilience, l'équité et la sécurité de tous les utilisateurs, y compris les cyclistes et les piétons", selon la Maison Blanche.

Ainsi, quelque 40 milliards seront consacrés à la réparation ou au remplacement de ponts anciens. Les fleuves et canaux, ainsi que les ports, seront eux dotés de 17 milliards. Et 25 milliards supplémentaires financeraient des projets dans les aéroports.

La Maison Blanche évoque "le plus gros investissement dans le transport ferroviaire de voyageurs depuis la création d'Amtrak (entreprise ferroviaire américaine publique) il y a 50 ans", avec 66 milliards pour la modernisation de l'infrastructure ferroviaire destinée aux voyageurs et la création de nouvelles liaisons ferroviaires entre villes, y compris en train à grande vitesse.

Le marché des bornes électriques

Une enveloppe totale de 50 milliards doit également financer des mesures destinées à réduire les émissions et à atténuer l'impact du changement climatique, auxquels s'ajoutent 21 milliards pour le nettoyage des anciennes mines et 15 milliards au remplacement des conduites d'eau qui comportent du plomb - ce qui ne représente toutefois qu'un tiers du montant nécessaire pour les remplacer à l'échelle nationale, selon le Natural Resources Defense Council.

Pour stimuler le marché des véhicules électriques, 7,5 milliards seraient consacrés à la construction d'un réseau national de bornes de rechargement pour les voitures. Le projet de loi consacre en outre 5 milliards à des bus scolaires zéro-émission, les fameux bus jaunes américains.

La réaction positive des marchés

Le vote a été salué par Wall Street. En clôture de la séance boursière mardi soir, l'indice Dow Jones a conclu sur un nouveau record, à 35.264,67 points (+0,46%), soit quelque 50 points au-dessus de son précédent sommet de vendredi dernier. L'indice élargi S&P 500 a devancé à quelques dixièmes de points son record également à 4.436,75 points. Toutefois, le Nasdaq, l'indice des valeurs technologiques, a terminé en repli (-0,49%).

Car si le haut débit est prévu dans le plan Biden (65 milliards), ce sont surtout les secteurs des matériaux et des valeurs industrielles qui ont profité de l'enthousiasme des investisseurs. Les titres du secteur énergétique ont aussi grimpé (+1,48%), dans le sillage d'une hausse des cours du pétrole et d'un regain de confiance pour la demande d'or noir.

Le secteur financier (+1%) a aussi bénéficié d'une légère remontée des taux obligataires. Et le dollar s'est installé au plus haut depuis quatre mois face à l'euro.

Prochaine étape, 3.500 milliards dans les "infrastructures humaine"

Joe Biden a déclaré que cet accord montrait que le bipartisme était encore possible dans une Amérique politiquement polarisée, et qu'il n'était pas une "relique d'un autre âge", comme certains l'ont affirmé.

Le texte objet de négociations devra désormais être soumis au vote de la Chambre des représentants, où son avenir est plus incertain car des tiraillements ont émergé au sein de l'étroite majorité démocrate.

Enfin, le Sénat s'est tourné dès mardi vers un autre volet majeur du programme de Joe Biden: investir 3.500 milliards de dollars dans les "infrastructures humaines". Le projet sera débattu en septembre.

(avec agences)

Lire aussi 4 mnLibéralisme et concurrence : la leçon de Biden à la France !

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/08/2021 à 18:30
Signaler
L'hydrogène dit "bleu" est obtenu lorsque le CO2 émis est capté puis réutilisé ou stocké tandis que l'hydrogène "vert" est produit à partir d'énergies renouvelables telles que l'électricité éolienne ou solaire. L'hydrogène "vert" est censé contribuer...

à écrit le 11/08/2021 à 13:16
Signaler
L'homme qui vient de découvrir la lune et la montre aux sages, j'en reste interdit, il est trop fort Biden

à écrit le 11/08/2021 à 11:14
Signaler
Ce serait vraiment intéressant de chercher l'origine de ce type de photos, même si les premiers concernés n'y mettent plus du tout de motivation, ils ne savent pas pourquoi ils le font et ça se voit mais ça plait à nombreux photographes, de gens qui ...

à écrit le 11/08/2021 à 10:58
Signaler
Les "investisseurs" privés ou publics on ne les distingue plus du tout, nous arrivons au bout du bout de la dictature néolibérale générée par cette copulation permanente entre politiciens et hommes d'affaires, une giga hypocrisie en moins au final ta...

à écrit le 11/08/2021 à 10:39
Signaler
En supposant que tous les sénateurs démocrates (48 + 2 faux indépendants) ont voté ce plan communiste cela fait tout de même 19 traîtres (soit 38 %) chez les républicains qui ont ostensiblement voté pour... incroyable!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.