Pour sortir du gaz russe, l'Allemagne se rapproche aussi du Sénégal

L'Allemagne est en discussions "intensives" avec le Sénégal pour participer à des projets autour des ressources en gaz du pays ouest-africain, qui est lui-même prêt à alimenter l'Europe, ont dit dimanche le chancelier allemand Olaf Scholz et le président sénégalais Macky Sall. Pour sortir de sa dépendance au gaz russe, l'Allemagne multiplie les discussions avec des pays producteurs, comme le Qatar.

5 mn

L'Allemagne reçoit l'ensemble de son approvisionnement en gaz via des pipelines, provenant majoritairement de Russie qui représente plus de la moitié de ses importations.
L'Allemagne reçoit l'ensemble de son approvisionnement en gaz via des pipelines, provenant majoritairement de Russie qui représente plus de la moitié de ses importations. (Crédits : KACPER PEMPEL)

Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Allemagne regarde de tous les côtés pour tenter de trouver rapidement d'autres sources d'approvisionnement en énergie. Le pays craint de manquer de gaz l'hiver prochain si l'Union européenne s'accorde finalement sur un embargo sur le gaz venu de Russie ou que cette dernière cesse d'approvisionner les pays européens. Or, actuellement, l'Allemagne reçoit l'ensemble de son approvisionnement en gaz via des pipelines, provenant majoritairement de Russie qui représente plus de la moitié de ses importations et 50% des logements se chauffent au gaz.

Lire aussi Gaz naturel liquéfié (GNL) : pourquoi une crise d'approvisionnement se profile au niveau mondial

Berlin multiplie donc les échanges avec d'autres pays pour diversifier son approvisionnement, son regard se tourne notamment vers l'Afrique. Plus particulièrement au Sénégal où l'Allemagne s'est ainsi engagée dans des projets d'énergie renouvelable ou de stockage de l'énergie, et a entamé des discussions en ce qui concerne le gaz, a déclaré le chancelier Olaf Scholz, dimanche. Elles devraient se poursuivre de "manière très intensive" au niveau des experts "parce que cela a du sens" et qu'il "est dans notre intérêt commun d'accomplir des progrès", a-t-il assuré.

Le Sénégal veut décupler son offre d'électricité

Un engagement confirmé par le président sénégalais Macky Sall. "Nous sommes prêts, nous Sénégal en tout cas, à travailler dans une perspective d'alimenter le marché européen en GNL (gaz naturel liquéfié, ndlr)", a-t-il assuré, lors d'une conférence de presse conjointe à Dakar. "J'ai demandé au chancelier de nous accompagner pour le développement de ces ressources de gaz, pour la production de GNL à partir de l'Afrique vers l'Europe, et aussi pour le gas-to-power", c'est-à-dire la production de gaz destinée à alimenter les centrales électriques locales, a ajouté le chef d'Etat sénégalais.

Ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest place beaucoup d'espoir dans l'exploitation future commune avec la Mauritanie des champs de gaz et de pétrole découverts dans l'Atlantique ces dernières années. Début avril, le directeur général de la société nationale d'électricité du Sénégal (Senelec), a annoncé que dès 2023, la production d'électricité intégrera le gaz sénégalais. Affirmant que ses équipes sont techniquement "prêtes", il a souligné que cela décuplerait l'offre d'électricité, tout en réduisant le coût de production. En décembre 2023, le pays prévoit de produire 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an dans un premier temps, et 10 millions en 2030.

Discussions avec le Qatar

Le Sénégal n'est pas le seul pays vers lequel l'Allemagne souhaite se tourner pour ne plus dépendre de la Russie. Berlin discute également activement avec le Qatar, l'un des trois plus gros exportateurs de gaz naturel liquéfié (GNL) et qui prévoit d'augmenter sa production de 50% d'ici à 2027. En mars dernier, le ministère qatari de l'Énergie a annoncé l'accélération de la construction, lancée en 2019, de deux terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le cadre d'un accord énergétique de long-terme entre le Qatar et l'Allemagne.

L'Allemagne a également entamé des discussions avec les Etats-Unis, le Canada et la Norvège. Avec cette dernière, Berlin va étudier la possibilité de construire un pipeline qui permettrait à terme d'importer de l'hydrogène vert lorsque cette technologie sera au point.

Lire aussi Total et CMA CGM misent sur le gaz naturel liquéfié pour faire carburer les navires

Deux nouveaux terminaux méthaniers

Actuellement, le GNL nécessite, en effet, un terminal méthanier la plupart du temps transporté par voie maritime alors que le gaz peut être acheminé par des pipelines terrestres. Contrairement à la France notamment, l'Allemagne est peu dotée en structures dédiées au GNL. Pour pallier son retard, elle a donc lancé la construction d'un premier terminal méthanier important de GNL situé à l'embouchure de l'Elbe. La future infrastructure, financée à 50% par la KfW et opérée par Gasunie, aura une capacité annuelle de regazéification de 8 milliards de mètres cubes afin de livrer directement le marché allemand en gaz naturel. Un second terminal de GNL devrait être construit dans le nord du pays. Mais ce type de chantier peut durer plusieurs années et même une fois en place, les goulots d'étranglement risquent d'être nombreux.

En attendant que leur construction soit terminée, le ministère des Finances allemand a débloqué le 15 avril dernier une enveloppe de près de 3 milliards d'euros pour louer trois, voir quatre terminaux flottants d'importation de gaz naturel liquéfié. Ces immenses navires méthaniers joueront le même rôle que le terminal terrestre, en transformant le gaz liquéfié importé par bateau.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 23/05/2022 à 16:58
Signaler
Après la cession des activités africaines de Bolloré dans la logistique à MSC et les accords de l'Italie et de l'Allemagne pour le gaz avec ces pays, quelque chose me dit que dans quelques années ce ne sera plus la France à envoyer des militaires dan...

à écrit le 23/05/2022 à 11:49
Signaler
LesUS A ne supportent pas la place de second derrière la Chine, et lla guerre froide n"ayant pas été signée, c"est bien la Chine qui au final est visées selon le plan Brzezinski. Actuellement c'et unt guerre entre U S A et Russie qui est en cours où ...

à écrit le 23/05/2022 à 11:35
Signaler
Manifestement l'occident adore le gaz halal pour ses qualités nutritives...

à écrit le 23/05/2022 à 10:36
Signaler
L'inflation est là, la crise aussi, c'est l'heure de faire des économies, fermez vos commentaires les génies.

à écrit le 23/05/2022 à 10:22
Signaler
... un me$$age pour Dame* Bettencourt , " la cousine de l ' oncle Picsou " ...! ( ? ) . L ' Oreal parce que ....... . AFF ISS .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.