Quatre chiffres qui montrent l'ampleur inédite des actes terroristes en 2014

 |   |  354  mots
Le terrorisme est monté en puissance à un rythme inédit, affirme Steve Killelea, le président exécutif de l'Institut.
"Le terrorisme est monté en puissance à un rythme inédit", affirme Steve Killelea, le président exécutif de l'Institut. (Crédits : KHALIL HASSAN)
Une étude publié par l'Institut for Economics and Peace explique que le nombre d'attentats a atteint un sommet en 2014. La moitié des 32.658 personnes tuées cette année l'ont été par Boko Haram et Daech.

"Le terrorisme est monté en puissance à un rythme inédit", affirme Steve Killelea, le président exécutif de l'Institut for Economics and Peace. Dans une étude (voir en pied d'article), l'organisme explique que les actes terroristes en 2014 ont atteint un niveau de violence que l'on n'avait jamais connu. Revue en 4 chiffres.

Hausse de 80% du nombre de personnes tuées

Selon l'indice du terrorisme mondial, 32.658 personnes ont été tuées dans des attaques terroristes en 2014. En 2013, 18.111 personnes avaient perdu la vie.

Un coût économique multiplié par 10, record absolu

L'étude estime que le coût économique du terrorisme s'élevait en 2014 à 52,9 milliards de dollars, le plus haut niveau jamais comptabilisé, multiplié par 10 depuis 2000.

Le terrorisme concentré sur 5 pays en 2014, l'Irak le plus meurtri

L'étude montre que le terrorisme est hautement localisé, cinq pays - Afghanistan, Irak, Nigeria, Pakistan et Syrie - totalisant 78% des morts en 2014.

L'Irak est le pays le plus affecté, avec 9.929 morts dues au terrorisme. C'est l'Etat qui connaît à la fois le plus grand nombre d'attentats et le plus grand nombre de victimes jamais enregistré par un pays.

    | >> Lire: L'invasion de l'Irak a joué un rôle dans l'émergence de Daech (Tony Blair)

Le Nigéria a subi la plus forte hausse des décès: +300%

La plus forte hausse du nombre de morts touche en revanche le Nigeria, avec une augmentation de plus de 300%, à 7.512 décès.

Alors qu'il mène une insurrection depuis 2009, Boko Haram a intensifié sa campagne de terreur dans le nord-est du Nigeria en menant des attaques massives et extrêmement meurtrières contre une population civile particulièrement sans défense du fait de l'incapacité de l'armée à contrôler la situation : villes brûlées et rasées, enlèvements, attentats-suicides commis par des femmes et surtout des enfants...

    | >> Reportage / Arte, janvier 2014 : Nigeria : jusqu'où ira Boko Haram ?

___

Pour aller plus loin:

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2015 à 11:52 :
Rappelons nous ce que a dit Benjamin FRANKLIN : Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. Si Benjamin Franklin revenait aujourd'hui, il serait surement scandalisé par le "Patriot act" aux Etats Unis et par les nouvelles lois anti-terroristes en France et en Europe.

Cette citation devrait être apposée à l'Assemblée Nationale et au Sénat pour que nos élus ne l'oublient jamais, eux qui votent aujourd'hui des lois liberticides au nom de la sécurité. Et en tout premier lieu à l'Elysée et à Matignon en lettres d'or. Je n'oublie pas non plus les médias qui devraient informer le peuple des dérives actuelles.

Personnellement, je préfère prendre un peu de risque et vive en liberté que de vivre en sécurité et voir ma liberté restreinte et entravée.
a écrit le 17/11/2015 à 14:18 :
On disait de pour la France le coût de l'immigration était "positif", on se demande bien pour qui ? On voit désormais qu'il est prohibitif. Mais la punition n'est pas encore complète tant on sait que les attentats ciblés sont réalisés pour amorcer le climat de panique, faire des adeptes, recruter et l'on voit dans toute la population qu'ils sont nombreux; ensuite viennent les crimes isolés sur des cibles "molles" comme disent les spécialistes, c'est à dire vous et moi, tout le monde. En effet même si le montage des opérations de vendredi est militaire, les acteurs n'avaient pas tous une motivation à tuer autrui, on a assisté à des coups "ratés" pour lesquels seul l'islamiste est mort. Les ceintures d'explosifs dont on n'est pas certains qu'elles ne soient pas aussi télécommandées sont une preuve de faiblesse. Autrement dit les candidats manquent et lorsqu'ils existent se retrouvent terriblement maladroits, hésitants. L'organisation terroriste n'agit alors en duplex international que justement pour palier à cette faiblesse et faire nombre. L'étape suivante est donc de trouver des candidats prenant moins de risque : sac piégé abandonné depuis quelques secondes qui explose, tirs isolés de snipers, sabotages divers, incendies, etc : l'esprit de la 5ème colonne. Un ennemi visible mais indiscernable s'offrant une panique de sa cible assurée. Ferions-nous de même pour terroriser les terroristes ? Il convient de chercher à négocier rapidement, trouver un interlocuteur quel qu'il soit, faire cesser les menaces.C'est ainsi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :