Ukraine : face au risque d'une invasion par la Russie "à tout moment", la Bourse recule

Après que la Maison-Blanche ait averti de l'imminence d'une invasion de l'Ukraine par la Russie vendredi, la Bourse a enregistré une forte baisse. En cause : l'incertitude qui entoure les conséquences économiques d'un tel conflit, et les menaces de sanctions de l'Union Européenne. A l'inverse, le baril du pétrole a lui enregistré un pic de prix rare.
Emmanuel Macron va encore tenter de désamorcer le conflit.
Emmanuel Macron va encore tenter de désamorcer le conflit. (Crédits : LEAH MILLIS)

Malgré les tentatives de désescalades menées par Emmanuel Macron et Joe Biden, la situation à la frontière russe continue de s'envenimer. Dès le début du mois, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian expliquait que "tous les éléments étaient réunis pour une intervention". Vendredi 11 février, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale Jake Sullivan a rejoint ce constat, avertissant solennellement qu'une invasion de l'Ukraine pourrait avoir lieu "pendant les Jeux olympiques", qui se tiennent en Chine jusqu'au 20 février.

Face à la menace, Washington a demandé aux ressortissants américains de quitter l'Ukraine sous 48 heures. Peu après, le Royaume-Uni a également conseillé à ses citoyens présents dans le pays de rentrer "par des moyens commerciaux, tant qu'ils restent disponibles". Et ce samedi matin, c'était au tour de la Belgique de faire de même.

Lire aussi 12 mn« L'Europe prépare des sanctions dissuasives contre la Russie » (Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne)

La menace de l'invasion plombe la Bourse

Effrayée par ces signaux d'une possible invasion russe imminente, la Bourse de New York  a vu son repli s'accélérer. À la clôture de vendredi, le Dow Jones a terminé en recul de 1,43%, l'indice Nasdaq a plongé de 2,78% et l'indice élargi S&P 500 de 1,90%. Plus tôt, les indices européens avaient continué de baisser, afin de s'aligner avec les pertes de Wall Street de jeudi. Paris a cédé 1,27%, Milan 0,82%, Francfort 0,42% et Londres 0,15%. A l'exception de quelques valeurs dans l'énergie, le rouge était partout, y compris parmi les plus importantes capitalisations de Wall Street, comme Apple (-2,02%) et Microsoft (-2,43%).

"Il y a beaucoup de nervosité sur le marché boursier", analyse Peter Cardillo, de Spartan Capital, avant de développer : "s'ils envahissent, évidemment, ça va mettre les actions sous pression. Cela veut dire que les prix vont monter surtout dans l'énergie et les matières premières et que le revenu disponible va diminuer."

Ce n'est pas la première fois que le marché réagit à la situation ukrainienne, où les tensions durent depuis des mois. Mais le pic atteint hier pourrait être un déclencheur. "Si le marché n'avait pas complètement intégré le risque d'une incursion russe en Ukraine, il pourrait bien commencer à la faire", constat Art Hogan, stratège en chef pour National Securities. Forcément, le marché se montre averse au risque, et le spectre de conséquences sérieuses sur l'économie européenne inquiète.

"Si une invasion se produisait, il est concevable que les actions connaissent une nouvelle baisse de 10% environ, les investisseurs vendant d'abord et posant des questions plus tard", anticipe John Lynch, responsable de l'investissement chez Comerica Wealth Management.

Le baril de pétrole à son plus haut depuis 2014

Parmi les rares valeurs à surnager vendredi à New York, les pétrolières, comme Chevron (+2,04%), ExxonMobil (+2,52%) et Marathon Petroleum (+1,82%), ainsi que le groupe chimique Dow (+0,23%) ou la minière Mosaic (+2,07%).

De même, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a terminé sur un bond de 3,31% à 94,44 dollars, au plus haut depuis septembre 2014. Et à New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en mars a pris 3,58% à 93,10 dollars, également au plus haut depuis plus de sept ans. Le baril de pétrole américain avait même grimpé de plus de 5% en début d'après-midi juste après la déclaration de la Maison-Blanche : la courbe des cours de l'or noir avait soudainement bondi, faisant prendre presque deux dollars au baril en moins d'une demi-heure.

"Dans ces circonstances, le marché du pétrole ne veut pas être pris de court pendant le week-end et est saisi par l'inquiétude qu'une invasion par la Russie puisse provoquer des sanctions qui, en conjonction avec l'invasion, pourraient entraîner des ruptures d'approvisionnement", évalue Andy Lipow.

Crainte face aux potentielles sanctions

Si le marché réagit ainsi, c'est notamment car les dirigeants occidentaux ont brandi des menaces de sanctions "rapides et drastiques" contre Moscou en cas d'invasion. Elles cibleraient d'abord les secteurs financier et énergétique, ainsi que les exportations de produits de haute technologie, a annoncé vendredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen pendant une visioconférence avec le président américain Joe Biden.

Toute les options sur la table, précisent ses équipes, ce qui n'offre aucune garanties aux marchés, déjà craintifs. Ce samedi, Joe Bien et Emmanuel Macron vont de nouveau s'entretenir avec Vladimir Poutine, dans des échanges aux allures de dernière chance.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 14/02/2022 à 17:14
Signaler
Tout le monde sait que les américains mènent le monde et que toutes les guerres ont été menées par eux ou suscitées. Tout le monde sait encore qu'il ont détruit l'URSS par coercition et qu'ils s'acharnent sur la Russie qui lui succède, non pas pour l...

à écrit le 14/02/2022 à 3:05
Signaler
Mais sur la photo, c'est pas le paltoquet ?

à écrit le 13/02/2022 à 9:43
Signaler
Les Russes sont déjà en Ukraine et pas que. Ils sont aussi en Géorgie et en Moldavie. L'histoire ne repasse pas les plats dit-on et il arrive qu'elle bégaie. Les Allemands avaient envahi l'Autriche et une partie de la Tchécoslovaquie avant d'envahir ...

le 13/02/2022 à 12:57
Signaler
Les US sont eux aussi deja en Europe où ils ont plusieurs bases (Allemagne, Italie,Pologne ...) et oui l'Europe est une simple colonie américaine. En Ukraine, depuis 6 ans plus de 300 "conseillers militaires" amerciains sont present dans la region de...

à écrit le 13/02/2022 à 9:41
Signaler
Bref ! On ne peut considérer cela que comme un manipulation médiatique?

à écrit le 12/02/2022 à 12:57
Signaler
L'or et l'argent n'ont strictement pas bougé ( ce depuis 18 mois ) donc c'est du flan.

à écrit le 12/02/2022 à 12:54
Signaler
Il y a un effet de génération qui n'est pas compris en occident. Les gens qui arrivent aux postes de responsabilité à tous les rouages de l'état russe ont aujourd'hui la quarantaine. Ce sont des personnes nées autour de 1980, qui ont été scolarisé...

le 12/02/2022 à 18:00
Signaler
Analyse intéressante mais qui n'éclaircit pas vraiment les enjeux de la situation. Je rappel que d'après les spécialistes et Poutine lui même l'enjeu serait de mettre un terme à l'Otanisation des ex satellites soviétiques. Un peu tard d'ailleurs, je...

le 13/02/2022 à 13:44
Signaler
@ Un effet...: Ce que vous écrivez n'est pas bête, mais je ne suis pas tout à fait d'accord. 1). Les paroles les plus agressifs viennent majoritairement des membres d'élites âgés. 2) Effectivement, les quadragénaires n'ont pas été élevés dans l'ambia...

à écrit le 12/02/2022 à 11:44
Signaler
le vrai risque de sanction est que les russes coupent l'approvisionnement en gaz pour les allemands les polonais et les italiens. Draghi vient de recevoir de poutine qu'il ne serait pas impacté. Nous pouvons voir dans quel sens sont les sanctions. Ap...

le 13/02/2022 à 13:49
Signaler
@jeanluc: Pas tout à fait correct. En réalité, la plupart des importations russes plus ou moins importantes viennent toujours de l'Occident. Les entreprises de la Chine respectent en grande partie les sanctions par peur des sanctions secondaires. Il ...

à écrit le 12/02/2022 à 11:26
Signaler
Tout ce cirque pour que les étasuniens nous vendent leur gaz de schiste plus cher que le gaz russe et livré par méthanier ! Nous sommes gouvernés par des nuls...à moins qu'ils soient des agents étasuniens ? Après avoir compté macabrement les morts d...

à écrit le 12/02/2022 à 10:40
Signaler
J'ai plus peur de la sénilité d'averell biden que des chars russes qui se montrent en russie. Je ne pense pas que le vladimir soit dingue, il touche plus de sous pour son pétrole, nous appauvrit et c'est bien pratique pour l'usage interne de chacun u...

à écrit le 12/02/2022 à 10:39
Signaler
Oui bon on commence surtout déjà à s'endormir face à "ce risque d'invasion imminente de l'Ukraine par la Russie". Netflix est quand même vachement meilleure dans le domaine hein, tout ça ma redonné envie de me retrouver une série, une bien faite, ave...

à écrit le 12/02/2022 à 10:09
Signaler
Bonjour, Bon, nous voilà dans la dernière ligne droite... La Russie choisira ou non la confrontation.... Quel sera l'engagement des américains, les européenne resterons unis ou non.. l'Ukraine résistera combien de temps...voilà de bonnes questions...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.