WikiLeaks : la justice américaine révèle par erreur l'inculpation de Julian Assange aux Etats-Unis

 |   |  464  mots
Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange.
Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. (Crédits : Peter Nicholls)
Julian Assange, le fondateur du site lanceur d'alertes WikiLeaks, a été inculpé aux Etats-Unis, ce jeudi, pour des chefs d'accusations dont la nature demeure encore inconnue. Une annonce qui s'avère tout à fait fortuite...

Après la Suède, ou il était visé pour une plainte pour viol, les Etats-Unis. Le parquet fédéral américain a obtenu un acte d'inculpation scellé contre Julian Assange, le fondateur du site lanceur d'alertes WikiLeaks, responsable de la publication de dizaines de milliers de documents diplomatiques et militaires américains, selon des documents judiciaires transmis jeudi 15 novembre.

Une annonce qui s'avère tout à fait fortuite. Pour cause, des procureurs ont révélé par inadvertance, dans le cadre d'une autre affaire, l'existence de cette inculpation censée être secrète, a indiqué l'organisation dans un tweet.

[SCOOP : Le Département de la justice américain a "accidentellement" révélé l'existence d'une inculpation scellée contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange en raison d'une erreur de copier-coller dans une autre affaire sans lien avec celle-ci dans le district Est de Virginie.]

Des chefs d'accusations encore inconnus

Si aucun représentant de l'administration américain n'a fait de commentaire, un porte-parole du parquet fédéral américain, a confirmé que le dépôt a été effectué par erreur. "Ce n'était pas le nom voulu pour ce dépôt", a déclaré Joshua Stueve à Reuters. La nature exacte des chefs d'accusation retenus contre M. Assange ne sont pas connus à l'heure actuelle. D'après le document, le parquet cherche à les garder confidentiels jusqu'à l'arrestation de Julian Assange.

Une démarche essentielle selon le parquet pour garantir qu'Assange ne s'échappe pas afin d'éviter une arrestation et son extradition. Plusieurs représentants américains avaient par le passé reconnu que le parquet fédéral basé à Alexandria (Virginie) menait une enquête de longue haleine contre WikiLeaks et son fondateur. Par ailleurs, le président américain Donald Trump et son chef de la diplomatie Mike Pompeo avaient demandé publiquement que des poursuites judiciaires soient engagées contre Julian Assange.

Lire aussi : Wikileaks : cinq choses à savoir sur la surveillance de la CIA

Le fondateur de WikiLeaks s'est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres en juin 2012, après avoir obtenu l'asile du pays latino-américain pour ne pas avoir à être envoyé en Suède où il était accusé de viol. Ce dernier dossier a été depuis classé. L'Australien a dit craindre que les Etats-Unis ne demandent son extradition en raison de la publication en 2010 par WikiLeaks, spécialisé dans la diffusion de documents bruts officiels, de dizaines de milliers de documents diplomatiques militaires et américains.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2018 à 13:31 :
ON sent la presse démocrate à bout de moyens face à Trump non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :