Alexis Tsipras désavoué par son parti

Par 109 voix sur 201, le Comité central de Syriza a rejeté l'accord passé lundi entre les dirigeants de la zone euro et le gouvernement grec. Le Premier ministre ne peut plus s'appuyer sur une majorité au sein de son parti.
Nous demandons au comité central de nous réunir immédiatement et nous invitons les membres, les cadres et les députés de Syriza à préserver l'unité du parti, ont annoncé les membres du Comité central de Syriza opposés à l'accord signé avec les créanciers.
"Nous demandons au comité central de nous réunir immédiatement et nous invitons les membres, les cadres et les députés de Syriza à préserver l'unité du parti", ont annoncé les membres du Comité central de Syriza opposés à l'accord signé avec les créanciers. (Crédits : © Kostas Tsironis / Reuters)

Le parti d'Alexis Tsipras est-il sur le point d'imploser ? Stathis Kouvelakis, membre de la plateforme de gauche (aile gauche de Syriza), a annoncé que la majorité du comité central de Syriza a rejeté l'accord signé à Bruxelles, lundi 13 juillet : 109 membres de la direction du parti sur 201 se prononcés contre, mercredi 15 juillet.

Sur sa page Facebook, Stathis Kouvelakis a publié la déclaration du Comité central. Selon ce dernier:

"Un coup d'Etat a eu lieu à Bruxelles. Il a démontré que l'objectif des leaders européens était de punir un peuple qui envisageait un autre modèle, différent du modèle néolibéral de l'extrême austérité. [...] L'accord nest pas compatible avec les idées et les principes de la gauche, mais, plus encore, n'est pas compatible avec les besoins des classes travailleuses.

Appel à l'unité

Les 109 membres du Comité central qui se sont prononcés contre l'accord ont toutefois lancé un appel à l'unité au sein du parti:

"Nous demandons au comité central de nous réunir immédiatement et nous invitons les membres, les cadres et les députés de Syriza à préserver l'unité du parti sur la base de notre conférence, des décisions et de nos engagements en matière de programme."

C'est un nouveau coup dur pour Alexis Tsipras qui s'ajoute aux démissions de la vice-ministre des Finances Nadia Valavani et du ministre adjoint aux Affaires européennes, Nikos Chountis,. Elus de Syriza tous les deux, ils sont opposés à l'accord passé avec les créanciers lundi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 16/07/2015 à 9:14
Signaler
Tsipras est un politique comme les autres, menteur et faux jeton. Il a pu progresser dans ce domaine comme il est resté quelques jours avec notre flambeur national il a pu bénéficier de tuyaux pour parfaire sa formation, enfin le peuple grec se révei...

à écrit le 16/07/2015 à 2:21
Signaler
c’est faire plaisir aux eurocrates que de se diviser autour de ‎Tsipras‬ et du « projet ‪‎Syriza‬ »… L’argumentaire ne faiblira plus !… alors qu’il faut se resserrer les coudes en ‎Grèce‬, les courants de la pensée anarchiste passe pour des « clans »...

à écrit le 16/07/2015 à 0:39
Signaler
Il ne manquerait pas le mot "sont" dans cette phrase ?! "109 membres de la direction du parti sur 201 se prononcés contre"

à écrit le 15/07/2015 à 23:15
Signaler
A mon humble avis, les "frondeurs" et monsieur Tsipra se rendent compte qu'il leur sera très difficile de mettre en place et surtout de garantir dans le temps l'amélioration de la gouvernance en Grèce qui est la clé du succès éventuel de ce plan. I...

à écrit le 15/07/2015 à 21:21
Signaler
Valls aurait tout de suite sorti son 49-3 par esprit démocratique.

à écrit le 15/07/2015 à 20:45
Signaler
Donc, tout n'est pas joué...Il y a encore un espoir pour que le château de cartes s'écroule.

le 15/07/2015 à 21:47
Signaler
Tout est fait pour qu'il en soit ainsi. L'accord -cet espèce de plan ridicule- n'a ni queue ni tête et ne marchera jamais. Sans parler de mise en oeuvre... Wolfie faisait déjà grise mine hier. Le FMI sous l'impulsion américaine envoie des coups dire...

à écrit le 15/07/2015 à 20:01
Signaler
alors, ils veuillent quoi? Pas de plan de restructuration = pas d'argent, pas d'argent = faillite de l'Etat, faillite de l'Etat = Grexit, Grexit = introduction de la Drachme, introduction de la Drachme = pays à plat. Voilà une équation qui est limpi...

le 16/07/2015 à 0:27
Signaler
Les seuls à vivre aux crochets des contribuables sont les banques qui ont capté les 3/4 des aides destinées à la Grèce. Creuser un trou pour en boucher un autre c'est la politique appliquée. Comprenez que les Grecs qui ne voient que transiter l'argen...

à écrit le 15/07/2015 à 19:06
Signaler
L'eurogroupe est impitoyable. La Grece n'a qu'a sortie de la zone euro quelque soit les consequences. C'est insoutenable qu'on ne tienne meme pas compte du non du peuple grec. Ils vont vous avoir a l'usure.

à écrit le 15/07/2015 à 17:42
Signaler
"L'accord n'est pas compatible avec les idées et les principes de la gauche" ah bon à je n'avais pas compris cela à entendre Mr Hollande se congratuler lui même. A moins que ce dernier ne soit plus en adéquation avec les principes de la gauche !!!

à écrit le 15/07/2015 à 17:39
Signaler
Quand on arrive au pouvoir dans un pays riche c'est facile de distribuer. Quand on arrive dans un pays en faillite ou les riches ont mis leurs pactole à l'étranger c'est plus dure d'être populaire quand on a que des dettes à partager.

le 15/07/2015 à 18:24
Signaler
en 1917 Lénine a fait plus que répudier les dettes tsaristes et tout le monde au final après un monceau de cadavres de la guerre civile tous les états ont abandonné leurs épargnants

à écrit le 15/07/2015 à 17:18
Signaler
Dans ce dossier de la Grèce, les dirigeants européens e le FMI ont confirmé qu'ils se comportent tels des voyous qui agissent en bandes organisées. Bien que passionné d'automobiles allemandes, nous avons décidé de boycotter les marques alleman...

le 15/07/2015 à 17:43
Signaler
sans argent personnel à dépenser, un boycott avec l'argent des autres c'est pas très efficace.

le 15/07/2015 à 19:50
Signaler
ouis, boycottez-donc. Mais les crédits et l'argent de l'Allemagne et des autres pays, ca, vous ne boycottez pas, hein?

le 15/07/2015 à 22:42
Signaler
@tard-dans-la-nuit : Révise ton attitude. La France est loin d'avoir besoin de l'argent des autres, et en particulier, de l'argent allemand. La France faisait des bénéfices et des dépenses bien avant l’Europe. Cesse donc de nous prendre pour le tiers...

le 15/07/2015 à 22:44
Signaler
@tard-dans-la-nuit : Et pour mieux enfoncer le clou dans ta tête pleine de vide : "La propagande allemande a réussi à inculquer l'image d'une Grèce en mille morceaux, un pays si mal gouverné qu'il ne mérite qu'une chose, la mise sous tutelle car, ...

à écrit le 15/07/2015 à 16:40
Signaler
Bravo, bravo, bravo, fichez le camp de cette Europe mortifère, vite, nous vous suivrons à défaut de vous précéder..

le 15/07/2015 à 18:11
Signaler
Tsipras a pris la mesure du rapport des forces en Europe. Le soutien des autres peuples n'est pas à la hauteur des exigences pour vaincre les forces du capital. Contraint et forcé il a accepté un "accord" auquel il ne croit pas et pour cause. Celui-c...

à écrit le 15/07/2015 à 16:39
Signaler
Bravo, bravo, bravo, fichez le camp de cette Europe mortifère, vite, nous vous suivrons à défaut de vous précéder..

à écrit le 15/07/2015 à 16:37
Signaler
Les emprunts Russe du grand Père vont bientôt être rejoints par les emprunts Grecs

à écrit le 15/07/2015 à 16:33
Signaler
On ne doit pas aider les gens contre leurs grès,prenons acte de la décision qu'ils veulent un avenir alternatif hors du capitalisme et laissons les tranquilles et gardons les milliards.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.