"Le temps presse" : Merkel appelle les Européens à la solidarité et à une adoption rapide du plan de relance

 |  | 468 mots
Lecture 3 min.
Angela Merkel lors de la session plénière du Parlement européen à Bruxelles, ce mercredi 8 juillet 2020.
Angela Merkel lors de la session plénière du Parlement européen à Bruxelles, ce mercredi 8 juillet 2020. (Crédits : Reuters)
"Nous avons besoin d'une solidarité extraordinaire, tout le monde y est prêt, l'Allemagne en particulier, pour surmonter la pandémie, pour assumer ses conséquences", a déclaré ce mercredi la chancelière, tandis qu'un sommet extraordinaire est prévu à Bruxelles les 17 et 18 juillet, le premier réunissant physiquement les dirigeants des 27 pays de l'UE depuis l'éclatement de la crise sanitaire.

La chancelière Angela Merkel a appelé ce mercredi les Européens à la solidarité et à une adoption cet été du plan de relance massif destiné à sortir de la crise du coronavirus, dans un discours devant les eurodéputés pour le début de la présidence allemande de l'UE.

"Nous avons besoin d'une solidarité extraordinaire, tout le monde y est prêt, l'Allemagne en particulier, pour surmonter la pandémie, pour assumer ses conséquences", a déclaré la chancelière.

Un sommet extraordinaire est prévu à Bruxelles les 17 et 18 juillet, le premier réunissant physiquement les dirigeants des 27 pays de l'UE depuis la pandémie. Ils devront se prononcer à l'unanimité, ce qui promet d'âpres tractations sur le plan de relance de 750 milliards d'euros proposé par la Commission européenne.

Cette proposition est adossée au budget à long terme de l'Union européenne (2021-2027) d'un montant de 1.100 milliards d'euros.

"Notre objectif commun est de trouver un point d'accord rapide car le temps presse en raison de la crise économique. Nous ne devons pas perdre de temps. Les plus pauvres paient les pots cassés", a poursuivi la dirigeante allemande, dont le pays a pris le 1er juillet la présidence semestrielle de l'UE.

Elle a averti que tous devraient "faire des compromis".

Lire aussi : Plan pour relancer l'Europe: de nombreux obstacles à surmonter

"Il est important que les régions qui sont particulièrement touchées par la crise et les personnes qui vivent dans ces régions bénéficient de notre solidarité. C'est notre intérêt à tous", a souligné Angela Merkel.

Mais "les efforts qui sont nécessaires aujourd'hui ne doivent pas simplement être fournis par les pays les plus forts économiquement", a-t-elle ajouté, en direction des pays dits "frugaux" - Pays-Bas, Autriche, Suède, Danemark -  très réservés sur ce plan qui bénéficiera avant tout aux pays du Sud, les plus touchés par la pandémie.

Angela Merkel s'est réjouie que la Commission européenne ait "repris beaucoup d'aspects" d'une initiative du couple franco-allemand sur un plan de 500 milliards d'euros de subventions financé par une dette européenne commune, un virage à 180 degrés de la part de Berlin.

Sur les 750 milliards d'euros proposés par la Commission, 500 milliards d'euros seraient en effet redistribués sous forme de subventions, les 250 milliards d'euros restant prenant la forme de prêts aux États membres.

S'exprimant dans la foulée, la présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, ancienne ministre de la Défense d'Angela Merkel, a aussi insisté sur une adoption rapide de ce plan et du budget européen. "Il faut un accord maintenant, dans les prochaines semaines, pour ouvrir la voie à tous les autres sujets auxquels nous voulons nous attaquer", a-t-elle dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2020 à 9:27 :
S'il y a si peu de pays européens intéressés par cette solidarité, c'est parce qu'ils savent déjà que la manne ira aux plus riches.
a écrit le 09/07/2020 à 9:12 :
"adoption rapide du plan de relance"

Heu... c'est déjà trop tard ! Heureusement que le ridicule ne tue pas hein...

Bref un discours creux aux conséquences nulles, des déclarations d'intentions mais d'abord et avant tout de désunion, les allemands appelant à la solidarité pour eux et eux seuls, cette UE ne peut définitivement pas fonctionner.

Débranchons le tuyau, on peut encore sauver la peau de 500 millions de personnes
a écrit le 09/07/2020 à 4:33 :
Tout va dependre des juges allemands et du droit.
Fort heureusement frau angela ne peut pas intervenir avec det earopage.
En toute logique la reponse sera nein danke, mais l'argent n'achete t-il pas tout ?
a écrit le 08/07/2020 à 19:39 :
Elle en pense quoi la Grèce à qui la france vient encore de dire qu 'il fallait payer rubis sur l' ongle les emprunts et réduire les dépenses....

Solidarité à 2 vitesses...
a écrit le 08/07/2020 à 18:41 :
Cette croyance de la part de tous ces dirigeants, que l'argent résous tous les problèmes, est profondément ancrée chez eux. Comme si la population, était télécommandable à loisir. Mais un pays, n'est pas une entreprise : Dans une entreprise, il y a un directeur, et les employés obéissent aux ordres. Dans un pays, il y a des citoyens, qui sont libres de faire les choix de vie qu'ils veulent.
a écrit le 08/07/2020 à 17:29 :
Un plan de "relance a l'allemande" c'est en fait: "offrir des emprunts au reste de l'union pour que ceux-ci achète allemand"!
Réponse de le 08/07/2020 à 20:02 :
@ Bref
C'est l'exacte vérité.
Et dire que certains Allemands ne le comprennent pas.
l'Allemagne ne va pas aussi bien que les chiffres le laissent penser, et ça devrait se voir dans les prochains mois.
Réponse de le 08/07/2020 à 20:28 :
Refuse tout leur aides si vous n'est pas d'accord.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :