Après la Péninsule, Moody's dégrade de grands groupes italiens

 |   |  326  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans le sillage de la dégradation de la note souveraine de l'Italie, l'agence a abaissé de un à trois crans la note des principaux groupes industriels et bancaires. Parmi eux figurent Eni, Finmeccanica et UniCredit.

L'agence d'évaluation financière Moody's Investors Service a abaissé mercredi de un à trois crans la note des principaux groupes industriels et bancaires d'Italie, au lendemain de sa dégradation de la qualité de crédit du pays. Moody's a revu à la baisse la note d'Eni (pétrole), Enel (électricité), Poste Italiane (courrier), Terna (transport d'électricité), Finmeccanica (technologies), ainsi que celle des deux principales banques privées du pays, UniCredit et Intesa Sanpaolo.
 

La note de Generali épargnée

La quasi-totalité de ces notes sont accompagnées d'une perspective négative, ce qui implique que Moody's n'exclut pas de les abaisser de nouveau à moyen terme. L'agence a également abaissé la note de toute une série de banques publiques et para-étatiques, dans des proportions allant de un à trois crans. Seul de cette série, l'assureur Generali a vu sa notation confirmée, à "A1", mais sa perspective a été revue à négative.
 

"Risques pour le financement"

La première capitalisation du pays, Eni a vu sa note baissée d'un cran (à "A1"). L'agence qui a abaissé la note souveraine de l' Italie mardi, en raison des "risques pour le financement" sur les marchés de la dette à long terme, de l'atonie de l'économie et des "incertitudes politiques", a estimé que dans ce contexte, "la probabilité pour Eni de recevoir un soutien extraordinaire du gouvernement italie n a considérablement diminué".  Elle a reconnu que la société a "une position d'entreprise solide" malgré les difficultés économiques mais a souligné qu'elle faisait face à une concurrence accrue sur le marché intérieur de l'énergie.

Le groupe d'énergie Enel a subi une dégradation analogue, la note de sa dette à long terme passant de "A2" à "A3" en raison également du manque d'aide probable du gouvernement italien. Terna est désormais noté "A3" (moins un cran), Finmeccanica "Baa2" (moins deux crans), UniCredit et Intesa Sanpaolo "A2" (moins deux crans), Poste Italiane "A2" (moins trois crans).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2011 à 16:35 :
Une tournante programmée. Les agences de notation ont avantage à ce que leurs gros clients, qui les paient pour être notés, grossisent encore car elles sont au pourcentage...... Tant que les critères ne seront pas clairement définis cette situation durera. Les organismes de contrôle comme l'AMF en France ne disent surtout rien. Un problème tout de même!
Réponse de le 08/10/2011 à 21:05 :
Problème, on dépense beaucoup d'argent pour tout cela dans tout les sens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :