Le débat sur le statut de stagiaire relancé après la mort d'un jeune chez Bank of America

 |   |  418  mots
Les bureaux de Merrill Lynch à Londres / Reuters
Les bureaux de Merrill Lynch à Londres / Reuters (Crédits : Reuters)
Un stagiaire de la filiale londonnienne de la Bank of America serait mort d'épuisement le 15 août dernier. Le jeune homme de 21 ans avait seulement dormi 9 heures en trois jours. Ce drame relance la polémique sur les conditions de travail des stagiaires en Grande-Bretagne.

Les entreprises abusent-elles de leurs stagiaires ? Un drame remet cette question à la Une des médias en Grande-Bretagne. Moritz Erhard, un étudiant allemand de 21 ans en stage chez Merrill Lynch, une filiale de la Bank of America, serait mort d'épuisement, à Londres, le 15 août dernier.

D'après The Independent, le jeune homme, qui souffrait apparemment d'épilepsie, aurait seulement dormi 9 heures en 72 heures, enchaînant pratiquement trois jours de travail. En Grande-Bretagne, la durée maximale de travail est fixée à 48 heures par semaine, mais la règlementation stipule, cependant, que les employés peuvent travailler plus "s'ils le souhaitent". Cette précision laisse sans doute une grande marge de manœuvre aux entreprises.

Trois mois d'épuisement

Selon un de ses collègues stagiaires, cité par The Guardian, le jeune homme, qui était payé 2.700 livres (3.100 euros) par mois, travaillait "très dur". "Nous travaillons généralement 15 heures par jour ou plus. On n'aurait pas pu trouver plus travailleur que lui", décrit-il.

Le site anglophone FinanceInterns, qui conseille les étudiants souhaitant faire carrière dans la finance, a commenté dans un long article une nouvelle "choquante", mais non "pas surprenante". "Les jeunes qui acceptent joyeusement un stage d"été pensent qu'ils vont pouvoir décrocher le job de leur rêve, se disent que ça va être un été plein d'espoir.  Mais, en réalité, ce sont les trois pires mois de leur vie à cause des heures supplémentaires de nuit, des week-ends travaillés..."

1,5 million de stagiaires en France

En Grande-Bretagne comme en France, l'été est souvent synonyme de période de stage pour les étudiants qui viennent la plupart du temps remplacer les salariés partis en vacances. Selon le collectif Génération précaire, l'Hexagone compte près d'1,5 million de stagiaires. Et les banques en sont friandes. Pourtant, la règlementation française stipule clairement que les stagiaires ne doivent pas suppléer un employé ou aider les entreprises à faire face à un accroissement temporaire d'activité.

Si la vision des stages où les jeunes se surmènent pour montrer "de quoi ils sont capables" est bel et bien réelle, elle n'en reste pas moins illicite puisque les stagiaires ne doivent normalement pas travailler autant qu'un salarié.

Dans un communiqué, Bank of America a déclaré que Moritz Erhardt était un jeune homme "apprécié de ses collègues" et un interne "très appliqué" avec "un futur prometteur". Un futur qu'il n'aura finalement pas la chance de connaître...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2013 à 18:41 :
article affligeant , les Otaku a l'europeenne a present ? , le travail c'est la santé chantait henri salvador , ah les temps sont vraiment exécrables pour les êtres vivants et qui se disent civilisés en prime .. le stress tue lentement mais surement et les labos de pharmacie n'ont jamais été en aussi bonne forme ces dernières décennies .. enfin continuons la démagogie sur le travail c'est la santé .. les mineurs de fond ils en savent quelque chose en chine et en argentine et au chili ..
a écrit le 23/08/2013 à 13:24 :
le travail c'est la santé...
a écrit le 23/08/2013 à 9:10 :
Ce n'est plus Bank of America mais Slave of America. T
a écrit le 22/08/2013 à 15:55 :
Relativisons... c'est juste un "street-test". Vous croyez qu'il se passe quoi dans les "grandes" écoles..?? Devenir taillable et corvéable à merci (houps.. le merci est devenu accessoire depuis longtemps) est quelque chose qui se mérite.
a écrit le 22/08/2013 à 11:39 :
en france c est un peu different, la plupart des stagiaire travaillent moins que ce malheureux (mais largement plus de 40 h/semaine) mais ils sont en revanche payes bien moins. souvent 300 ?/mois
Les stagiaires sont les nouveux esclaves
Réponse de le 22/08/2013 à 13:39 :
et derrière , les nouveaux ouvriers "flexibilisés"....c'est un tout, quoi !exploités de longue..
a écrit le 22/08/2013 à 10:01 :
c est son choix ,il pouvait aller au pub ou voir les filles a soho,il n avait pas de boulet au pied .
Réponse de le 22/08/2013 à 10:57 :
ça, vous n'en savez fichtre rien !
a écrit le 22/08/2013 à 9:49 :
Merci de ne pas tout amalgmer. Ce cas n'a rien de représentatif de la situation des stagiaires en france ou en angleterre. C'est uniquement représentatif de quelques services dans quelques pretigieuses insititutions financières où les jobs peuvent devenir très interessants et très (très) lucratifs. Vous passez 7 ou 8 entretiens pour rentrer et on vous demande 7 ou 8 fois si vous êtes prêts à travailler 100h/semaine. Vous êtes libre de refuser et d'aller faire du controle de gestion. Les gens qui acceptent le font en connaissance de cause et les ceux qui craquent en route sont libres de partir (et d'aller faire du controle de gestion). Je vois pas pourquoi l'état devrait aller s'en meler si ceux qui sont concernés y trouvent leur compte. Ca s'appel le libre arbitre...
Réponse de le 22/08/2013 à 11:38 :
C'est le role de l'Etat de reguler et meme les activites privees!
Réponse de le 22/08/2013 à 12:00 :
@liberticide
Si vous pensez que demander à quelqu'un de travailler 100 Heures par semaines peut ensuite relever du libre arbitre dans un monde concurrentiel, vous êtes alors à classer dans la catégorie des négriers, des esclavagistes. Le Droit au travail n'est pas le Droit d'exploiter jusqu'à la corde les gens au travail. TonyG a raison, l'Etat doit réguler et les entreprises doivent se plier aux règlementations. C'est en général un peu plus le cas en France qu'à l'étranger, tant mieux, même si c'est loin d'être parfait.
Réponse de le 22/08/2013 à 12:14 :
C'est une vérité génrale qui apporte bien peu au débat.
Je ne suis pas contre une intervention de l'état dans la réglementation du travail quand l'equilibre des forces entre le salarié et l'employeur se fait trop profondément au détriment du salarié. Tout est question de lien de subordination. Dans le cas présent, le problème n'est pas là. Ces jeunes gens recrutés en M&A ou en DCM chez Merill Lynch, JP ou Goldman sont des gens très bien diplomés, vifs d'esprit et qui savent se vendre. Ils n'ont aucun mal a trouvé des postes très interessant et tres bien payé ailleurs. Ils font le choix de la BFI parcqu'ils le jugent plus inéteressant et plus rémunérateur. Libre à eux, ils ne sont pas victimes...
Réponse de le 22/08/2013 à 12:29 :
L état régule trop et la régulation est très souvent contreproductive puisqu'elle dissuade du recrutement de salariés... je vous invite à méditer la dessus
Les stagiaires connaissent leur droits, ils leur appartient de décider de ne pas faire ou rester au delà d'heures anormales....même s'il est clair que l'employeur les jugera sur leur motivation au travail. Or la Motivation n'est pas le nombre d'heures mais une aptitude au travail.
Réponse de le 22/08/2013 à 12:36 :
Vous devriez conseiller à l'état de s'informer sur le nombre d'heures travaillées par les entrepreneurs, chefs d'entreprises, les créateurs et de le rapporter à leur rémunération notamment les premières années....
Réponse de le 22/08/2013 à 13:09 :
'L'etat regule trop' ---> Il travaillait a Londres, ce n'est pas vrai dans ce secteur. D'ailleurs je travaille aussi en IB a Londres et un peu de reglementation ne ferait pas de mal. En revanche, je suis d'accord, trop de regulation ne donne pas assez de flexibilite aux entreprises.

Sur la motivation, en IB, le nombre d'heure passe devant son ecran (a travailler ou non) est un des principaux signes de motivation ici: on appel ca le FACETIME.
Réponse de le 22/08/2013 à 16:01 :
Donc, même dans la course au fric, la loi de la jungle devient la loi suprême. Intéressant, ce point de vue. Je vais vite fait adhérer à l'association : "Sauvons les riches", à ce train-là. J'espère qu'ils organisent des quêtes pour les aider à moins souffrir...
a écrit le 22/08/2013 à 7:12 :
Il ne voulait pas devenir un travailleur à contrat 0h ... Mission accomplie.
J'espère pour son employeur qu'il avait eu le temps de boucler son dossier avant
a écrit le 22/08/2013 à 6:04 :
"Je me reposerai quand je serai mort !" ... VOILA.
Réponse de le 22/08/2013 à 10:15 :
c'est ce que veut le MEDEF aussi, figurez vous, et nos chers énarques! il n'y a pas de "petites économies" ....
Réponse de le 22/08/2013 à 10:57 :
+ UN !
Réponse de le 22/08/2013 à 13:27 :
Oui! et vive le collectivisme, la purge sociale et les camps en sibérie...
Réponse de le 22/08/2013 à 16:05 :
Nimp, la Russie fut vraiment soviètique pendant ... un an. Là, les bolchèviques furent trucidés et remplacés par les oligarques présents maintenant dans quasiment tous les pays de la planète. N'essayez pas de modifier l'Histoire, ça se finit toujours mal pour ceux qui essaient.
a écrit le 22/08/2013 à 4:39 :
A quand une législation décentes des stages ? A titre d'exemple, les cabinets d'avocats n'embauchent QUE des stagiaires à bac+5, qui travaillent aussi jour et nuit, pendant que les associés s'engraissent, c'est une honte!
Réponse de le 22/08/2013 à 11:27 :
La faute à qui ? si les charges sociales étaient un peu moins élevés dans ce pays , les associés serait peut être plus incités à embaucher, mais non , en France : charges sociales maximales, système qui protège à fond les salariés (prud'hommes, arrêt maladie de complaisances, fautes professionnelles difficile a prouver) .. avec toutes ces galères, on y réfléchit à deux fois avant d embaucher croyez moi !
Réponse de le 22/08/2013 à 11:55 :
Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas... Les collaborateurs des cabinets d'avocats sont des travailleurs indépendants, qui ne sont pas salariés et payent eux-même leurs charges sociales.
Réponse de le 22/08/2013 à 12:31 :
Travailleurs indépendants donc autoentrepreneurs.Beaucoup d'organismes ne prennent plus les gens en tant que salariés mais en tant qu'autoentrepreneurs pour ne pas payer des cotisations.C'est un détournement de la loi sur les autoentrepreneurs, ne serait ce que pour ça ,cette loi devrait être abolie.Sans parler de la concurrence déloyale faite aux PME .
Réponse de le 22/08/2013 à 13:17 :
Vous dites n'importe quoi et vous mélangez tout! je vous en remercie tout de même, c'est toujours distrayant.
a écrit le 22/08/2013 à 0:54 :
dans le monde financier, il devrait etre plus nombreux a se tuer au travail: :-) ...le monde reel ne s'en porterait que mieux....
a écrit le 21/08/2013 à 23:03 :
Les stagiaires sont abusés, traités comme de la marchandise! Nous sommes dans un monde merdique où il ne demeure plus aucun respect pour qui que ce soit...SAUF , POUR LE SACRO SAINT "FRIC " !! nous courons à notre perte, bien, bien !
Réponse de le 22/08/2013 à 10:16 :
Eh! oui !+ 1
a écrit le 21/08/2013 à 21:08 :
C est un homicide. Remarquez on parle aussi suicide collectif, dans le genre mort au travail, il existe aussi des cas dans la fonction public. Il existe aussi une autre méthode pour se débarrasser des gens, on les raye des listes du chômage. Au Etats-Unis, plusieurs millions auraient disparu des comptages? Soulager la peine des gens au travail n est manifestement pas l objectif. On est pas prêt de faire de la croissance, c est à 2,5 qu on crée l emploi. C est bidon ! On fait faire de la manutention à des ingénieurs. On en connait qui doivent faire du porte à porte dans la vente alors que c est non qualifié. C est ubuesque. On empêche de travailler les éléments créatifs. On fait de la discrimination sur l expérience contre les jeunes. C est de la persécution. On applaudit bien fort et vive la faillite !
Et on réduit les dépenses sociales ! On parle d un système social, mais on parle baisse des retraites, suppression des emplois publics, profs et thésards à 4/20, on nous parle effondrement économique et faillite de l Etat, tva de 2 à 4 points et impôts pour l an prochain ! En Allemagne c est tout l inverse?
a écrit le 21/08/2013 à 20:12 :
C est un problème entre les boomers et les jeunes générations. On compte un quart d ingénieurs exclus de la vie active. Chaque année, c est des quirielle de diplômés qu on laisse sur le carreau. L administration ne fait pas de concours en face des formations, ce sont des gens qui sont bernés. Comme en matière de retraite pour les salariés. Exception française : la mort au travail ! On appelle cela régime social, humaniste ? Le statut de stagiaire n existait pas avant. Les jeunes n ont pas droit au travail, pourquoi les retraités auraient droit à une retraite ? La croissance n est même pas une évidence. On compte des centaines de milliers d emplois non pourvus, il faut revoir les conditions. La première des péoccupations de la population, c est pas la misère ou la mort comme dans les tueries, c est le progrès du niveau de vie, pas le social vers le bas et l?emploi. Nous sommes dans un système qui ne fonctionne pas. On emploi les gens en dépit du bon sens en emploi sous qualifié.
a écrit le 21/08/2013 à 20:08 :
Il y a quelques années je faisais facilement 1 à 2 nuits blanches par semaine, puis, une fois j'ai dû bosser pendant 4 jours d'affilé, je n'ai tenu que grâce à l'adrénaline, mais depuis, je suis comme vidé, ayant épuisé mes réserves, je n'arrive même plus à faire une demi nuit blanche, je m'effondre littéralement.
A noter que le héros sumérien Gilgamesh avait échoué à sa 1ère épreuve d'immortalité consistant à "simplement" ne pas dormir pendant 1 semaine.
a écrit le 21/08/2013 à 19:49 :
Le travail c'est la santé!
Réponse de le 22/08/2013 à 16:08 :
Hhmm... Non. Désolé. Le travail est aussi une réalisation de soi. Maintenant, que ce travail soit exploité TROP par ceux qui ont l'argent pour ne pas travailler, je pense que c'est un peu plus pertinent.
a écrit le 21/08/2013 à 18:27 :
Le fait est que ce stagiaire ne travaillait probablement pas plus qu'un analyste junior. Il est inapproprié de déduire de cette situation que les stagiaires en France sont sur exploites. Ici il est question du monde de la banque d'affaires ou la nature du métier impose des heures de travail significatives mais également ou la culture d'entreprise exige un engagement total au travail. Le stage d'été permet de tester les candidats pour ce métier exigent.
Réponse de le 23/08/2013 à 12:34 :
hp
a écrit le 21/08/2013 à 18:02 :
RIP
Réponse de le 23/08/2013 à 12:28 :
dedicace a tupac, yen a qui meurt après des marathon de l'amour, on devrait reguler les partie de jambe en l 'air, yen a marre des faiblard,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :