Evaluer les banques, "une avancée pour l'avenir de l'économie de la zone euro" (Draghi)

 |   |  444  mots
Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE).
Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE). (Crédits : Reuters)
Le président de la Banque centrale européenne met la pression sur les établissements bancaires du Vieux continent et s'apprête à les juger un par un, alors qu'elle devra en assurer la supervision à partir de l'automne 2014.

La Banque centrale européenne (BCE) s'apprête à distribuer les bons et les mauvais points aux banques européennes. Mercredi soir, elle a dévoilé ses critères d'évaluation des établissements. Son président Mario Draghi, en maître d'école, leur met la pression. En l'absence d'accord sur un mécanisme de résolution unique des crises bancaires, il devrait d'ailleurs exiger ce jeudi des États européens qu'ils lui présentent des plans de recapitalisation de leurs banques pour 2014.

Dès mercredi soir, il a prévenu que certaines banques européennes doivent apporter la preuve à la BCE de la solidité de leurs actifs. Elle a dit qu'elle utiliserait de nouvelles définitions plus strictes proposées par l'Autorité bancaire européenne (ABE), notamment en ce qui concerne les prêts douteux.

Rétablir la confiance dans le système bancaire

La BCE veut s'assurer de cette solidité des actifs puisque à partir de l'automne 2014, c'est elle qui se chargera de la supervision des banques. Baptisée "Asset quality review", cette évaluation qui s'étendra jusque dans un an représente un exercice crucial pour sa crédibilité et le rétablissement de la confiance dans le système bancaire.

"Une évaluation complète unique de l'ensemble des banques importantes, représentant quelque 85% du système bancaire de la zone euro, est une avancée importante pour l'Europe et pour l'avenir de l'économie de la zone euro", considère Mario Draghi. "Nous espérons que cette évaluation renforcera la confiance du secteur privé dans la solidité des banques de la zone euro et la qualité de leurs bilans", a-t-il ajouté mercredi soir.

13 banques françaises concernées

124 établissements bancaires sont sur la liste de ceux soumis à l'évaluation de la BCE, dont 13 en France et 24 en Allemagne.Si des besoins de renforcement des fonds propres sont identifiés, les banques devront les combler, a indiqué la Banque centrale européenne. Mario Draghi a déjà dit que des "fonds de secours publics" devraient aussi être mis en place le cas échéant.

Mais en appliquant des critères plus rigoureux qu'auparavant, ce contrôle risque aussi de mettre au jour des faiblesses coûteuses à compenser alors que la zone euro ne dispose toujours pas - comme dit plus haut - d'un mécanisme commun de recapitalisation des établissements les plus fragiles. Le fonds monétaire international (FMI) estime par exemple à 230 milliards d'euros les créances douteuses des banques italiennes et espagnoles pour les deux prochaines années. L'exercice risque donc d'être à double tranchant.

POUR ALLER PLUS LOIN:

>> Le check-up des banques par la BCE: une arme à double tranchant

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2013 à 2:52 :
Ces tests sont parfaitement inutiles car vous pensez bien que si une banque est au bord de la faillite ils ne vous le diront pas de peur que vous vidiez vos fonds.
a écrit le 25/10/2013 à 8:06 :
comme ca on pourra les renflouer à temps...avec notre argent
a écrit le 24/10/2013 à 16:58 :
Bien dit hehehe

je te donne une idée de pseudo pour la prochaine fois , les noms qui ont remplacé Dexia en Belgique : Belfius
et au Luxembourg : BIL (banque internationale du Luxembourg)

;-)
a écrit le 24/10/2013 à 15:57 :
En voyant la photo de Mario Draghi je me dis, en voilà un qui a l'air heureux de son boulot et de sa rémunération.
Réponse de le 24/10/2013 à 17:05 :
un petit complexe avec l'argent ?
Réponse de le 24/10/2013 à 23:48 :
ben, ouais! nous, on risque pas de sourire, on a quedalle !
a écrit le 24/10/2013 à 14:13 :
Ce sera un constat mais une avancée surement pas !!
a écrit le 24/10/2013 à 12:13 :
'' Heureusement qu'en 2002, les établissements parapublics US - Fannie Mae & Freddie Mac - ont franchi haut la barre des stress tests, non ? Implications of the New Fannie Mae and Freddie Mac Risk-based Capital Standard ''. (http://web.archive.org/web/20050119214025/http:/sbgo.com/Papers/fmp-v1i2.pdf) Y-aurait-il un semblant de cynisme dans mes propos ? Voyons, il n'y en a pas plus que de laisser la surveillance de certains établissements financiers à la ''Grande Famille'' ! http://www.newsring.fr/economie/1479-goldman-sachs-dirige-t-elle-leurope

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :