Hervé Dreyfus, ex-gestionnaire de fortune de Jérôme Cahuzac, à nouveau sur la sellette

 |  | 251 mots
Lecture 1 min.
Hervé Dreyfus, à la fois gérant de portefeuille, administrateur et détenteur de 10% de Raymond James AM, a perçu 160.000 euros en 2011 puis 217.000 euros 2012, de la banque Reyl, selon le rapporteur de la commission des sanctions.
Hervé Dreyfus, à la fois gérant de portefeuille, administrateur et détenteur de 10% de Raymond James AM, a perçu 160.000 euros en 2011 puis 217.000 euros 2012, de la banque Reyl, selon le rapporteur de la commission des sanctions. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Quelque 580.000 euros requis contre la société de gestion Raymond James AM, son Pdg Emmanuel Laussinotte, et son gérant vedette Hervé Dreyfus. Le gendarme de la Bourse leur reproche un conflit d'intérêts lié aux liens de M. Dreyfus avec la banque suisse Reyl.

Une lourde amende en perspective contre Raymond James Asset Management International? L'Autorité des marchés financiers (AMF) a requis 300.000 euros de pénalités contre la société de gestion ainsi que 200.000 contre Hervé Dreyfus avec un blâme et 80.000 euros, plus un blâme, contre le Pdg de la société financière, Emmanuel Laussinotte, lors de la séance de la commission des sanctions mercredi 19 novembre.

"Situation non déclarée"

Le principal grief portait sur "la situation de conflit d'intérêts" dans laquelle se trouvait Hervé Dreyfus "du fait de ses activités au sein de la banque suisse Reyl", dirigée par son demi-frère Dominique Reyl. "Une situation non déclarée" et qui pouvait aller à l'encontre des intérêts de ses clients chez Raymond James AM, a expliqué le rapporteur de la commission. Hervé Dreyfus, à la fois gérant de portefeuille, administrateur et détenteur de 10% de Raymond James AM, a perçu 160.000 euros en 2011 puis 217.000 euros 2012, de la banque Reyl, cinq fois plus que celle perçue chez Raymond James, a précisé le rapporteur de la commission des sanctions.

Hervé Dreyfus, par ailleurs gestionnaire de fortune de l'ancien ministre socialiste Jérôme Cahuzac et mis en examen fin 2013, s'est défendu en expliquant avoir agi "uniquement dans l'intérêt des clients". La défense de Raymond James AM et de son Pdg a, quant à elle, réaffirmé ne pas avoir eu connaissance d'une quelconque rémunération supplémentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :