Pas de fusion entre Malakoff Médéric et La Mutuelle Générale

 |   |  256  mots
(Crédits : Flickr)
Deuxième groupe de protection sociale, cinquième acteur en complémentaire santé, Malakoff Médéric échoue dans son projet de fusion avec La Mutuelle Générale. Ce projet devait permettre d'atteindre une taille critique en matière d'assurance complémentaire santé

A l'heure où de véritables mastodontes mutualistes vont voir le jour, avec la fusion annoncée entre les premier et deuxième groupes de mutuelles santé françaises, Harmonie Mutuelle et Istya-MGEN, le groupe de protection sociale Malakoff Médéric, cinquième acteur d'assurance complémentaire santé en France,  échoue dans son rapprochement avec La Mutuelle Générale, 12è acteur de ce secteur.

Le conseil d'administration de Malakoff Médéric a acté l'échec des négociations en vue de la fusion annoncée entre les deux entités. Officiellement, un motif technique expliquerait ce renoncement. Afin de concrétiser l'opération, les deux groupes avaient étudié les conditions nécessaires à la mise en place d'une structure prudentielle commune, qui soit donc en conformité avec Solvabilité 2, le nouveau cadre réglementaire de l'assurance.
 Mais la réalisation de ces conditions n'était pas compatible avec le calendrier imposé par Solvabilité 2, notamment sur la gouvernance, ce qui a conduit Malakoff Médéric à renoncer au projet, dit-on officiellement. Les difficultés portaient en particulier sur la spécialisation des deux groupes, l'un de protection sociale, l'autre mutualiste.

Mésentente entre partenaires sociaux

L'impossibilité d'un accord entre les partenaires sociaux, qui gèrent Malakoff Médéric, et avec la direction de La Mutuelle Générale,  a pu certainement jouer aussi dans cet échec. Déjà, des désaccords sur la gouvernance de la future structure avaient valu, en novembre, sa place à Guillaume Sarkozy, débarqué de la direction de Malakoff Médéric.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :