Le Royaume-Uni instaure une taxe sur les bonus versés par les banques

La taxe s'élèvera à 50% du montant des primes. Elle devrait rapporter au fisc 550 millions de livres.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Dans un discours très attendu, le ministre britannique des Finances (chancelier de l'échiquier), Alistair Darling, a annoncé ce mercredi la création d'une taxe sur les bonus, que devront acquitter les banques versant des primes dépassant 25.000 livres (27.500 euros) à leurs salariés d'ici avril prochain.


La taxe s'élevera à 50% du montant des primes; Elle devrait rapporter au fisc 550 millions de livres selon le ministre. Cette somme servira à financer des efforts financiers publics pour aider au retour à l'emploi des chômeurs.

Le ministre des Finances l'a annoncé dans le cadre de la présentation au Parlement des grandes lignes du budget 2010/2011. Il a confimé ses prévisions de dépenses et de déficit pour l'année 2010-2011 avec un déficit de 12% du PIB et une dette publique montant à 65% (avec un pic à 78% en 2014-2015), "car il serait dangereux de les réduire trop vite". Il a indiqué que leur croissance serait limité à 0,8% par an de 2011-2012 à 2014-2015, "une fois que la reprise serait là". Alistair Darling a confirmé l'engagement du gouvernement à réduire de moitié le déficit public d'ici à 2013-2014, qui va même faire l'objet d'une loi. Une limitation des salaires des hauts fonctionnaires serait notamment prévue.

Pour l'année 2008-2009, le déficit est fixé à 178 milliards de livres (196 milliards d'euros) au lieu de 175 milliards soit un déficit public représentant 12,6% du PIB au lieu de 12,4% initialement prévu. La dette publique va ainsi représenter 56% du PIB.

Alistair Darling maintient sa  prévision de croissance de 1% à 1,5% pour le Royaume-Uni l'an prochain mais pour l'année qui s'achève le 31 mars, il prévoit désormais une chute du Produit intérieur brut (PIB) de-4,75% au lieu d'un recul de 3,25 à 3,75% affiché en avril dernier.  Mais avec un retour à la croissance au quatrième trimestre après six trimestres de recul. Il table sur un rebond de 3,5%, en 2011-2012 et 2012-2013.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/12/2009 à 18:41
Signaler
Il est possible que cette mesure spectaculaire et si contraire à l'attractivité du Royaume Uni en matière de services financiers ne soit qu'un effet de manches destiné à endormir l'opinion publique. En effet il serait d'un usage bien établi et fort a...

à écrit le 09/12/2009 à 15:44
Signaler
Pourquoi le Royaume-Uni ne voit-il pas sa note souveraine abaissée ? Au vu de ces informations, l'Espagne est presque financièrement vertueuse ! Un point de vue ici (http://politica.over-blog.com/article-apres-dubai-voici-les-4-petits-cochons-4080147...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.