Sumitomo Mitsui veut encore grossir au Japon

 |   |  285  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après avoir acheté l'an passé à Citigroup le courtier japonais Nikko Cordial, la troisième banque japonaise annonce qu'elle cherche encore à se développer dans l'archipel. Co-entreprise, alliance, acquisitions... Tous les scénarios sont envisagés.

Sumitomo Mitsui Financial Group (SMFG), troisième banque japonaise, pourrait faire appel au marché pour financer de grosses acquisitions dans le cadre du développement dans l'archipel de ses activités au-delà de la banque commerciale, a déclaré son président dans un entretien à l'agence Reuters.

La banque a racheté l'an passé à Citigroup le courtier japonais Nikko Cordial pour 550 milliards de yens (5,1 milliards d'euros) afin de renforcer son activité de banque d'investissement.

"Nous pourrions trouver que d'autres moyens que la croissance organique sont meilleurs pour notre stratégie. Il pourrait s'agir de coentreprises, d'acquisitions ou d'alliances", a révélé le Président de SMFG. Teisuke Kitayama a également assuré qu'il ne se fixait pas de limites.

Alors que SMFG est à la traîne derrière ses deux principaux concurrents, Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) et Mizuho Financial Group, Teisuke Kitayama a indiqué que la première de ses priorités était de développer les activités de conseil en fusions-acquisitions et de garantie de placement de titres de Nikko Cordial, via des acquisitions si nécessaire.

SMFG, Nikko Cordial inclus, occupe actuellement la onzième place du palmarès des sociétés de conseil financier pour les opérations de fusions-acquisitions impliquant des groupes japonais depuis le début de l'année, selon les données Thomson Reuters, derrière le leader du secteur Nomura Holdings, MUFG, qui détient une coentreprise avec Morgan Stanley au Japon, et Mizuho.

"Nikko Cordial a fait mieux qu'attendu mais il doit encore battre la concurrence et le temps n'est pas forcément de son côté", observe Teisuke Kitayama qui juge que la banque a un "point faible" : "son réseau d'investisseurs institutionnels à l'international".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :