Les néobanques se lancent à la conquête des « ados »

 |  | 1120 mots
Lecture 6 min.
Ma French Bank, la banque mobile de LA Banque Postale, s'attaque au segment des jeunes avec une offre payante
Ma French Bank, la banque mobile de LA Banque Postale, s'attaque au segment des jeunes avec une offre payante (Crédits : Ma French Bank)
Les applis de banque digitale pour les jeunes de moins de 18 ans se multiplient ces derniers mois. Les nouvelles technologies, notamment le temps réel, donnent plus de pertinence à ces offres dédiées. L'enjeu : capter et fidéliser la jeune génération.

Les adolescents, ces « oubliés de la digitalisation bancaire », selon l'expression de Stéphane Vallois, directeur général délégué d'Orange Bank, sont les nouvelles cibles privilégiées des néobanques. Des offres digitales pour les « moins de 18 ans » fleurissent depuis plusieurs mois en France. Coup sur coup, Orange Bank, filiale de l'opérateur télécom Orange, et Ma French Bank, la toute nouvelle banque digitale de la Banque Postale, lancée il y a quinze mois, viennent ainsi de dévoiler de nouvelles offres dédiées sur le segment des 14-18 ans, même si l'approche et les objectifs diffèrent.

Ainsi, Orange Bank a opté pour un pack «premium » famille, qui n'est pas sans rappeler le pack famille de sa maison-mère dans la téléphonie, qui s'adresse tout d'abord aux parents. Réservée aux clients de l'enseigne, cette offre permet d'équiper des enfants à partir de 10 ans de cartes bancaires à autorisation systématique, sous un contrôle strict parental depuis l'application bancaire mobile. L'objectif assumée est de convaincre une partie de la clientèle (600.000 clients bancaires) de basculer sur l'offre premium payante.

Stratégie de conquête

De son côté, Ma French Bank (250.000 clients) lance le compte WeStart, pour les 12-17 ans, une solution 100 %, mobile, bâtie autour d'une carte Visa à débit...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :