Brexit : Citigroup a demandé une licence de trading à Paris

 |   |  264  mots
La banque américaine considère que la France est désormais plus attractive.
La banque américaine considère que la France est désormais "plus attractive". (Crédits : © Suzanne Plunkett / Reuters)
La banque américaine, qui a choisi Francfort comme siège de ses activités européennes après la sortie du Royaume-Uni de l'UE, a cependant demandé une licence d'activités de marchés en France.

Citigroup a choisi Francfort en base de repli post-Brexit, mais la banque américaine a tout de même demandé une licence en France pour ses activités de marché. Le patron de la banque américaine pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, James Cowles, l'a annoncé dans un entretien au journal Les Echos.

"La France est importante pour Citi et les réformes annoncées la rendent plus attractive", fait valoir James Cowles. "Nous allons augmenter notre présence dans plusieurs activités à Paris, ainsi que dans d'autres pays en Europe."

Citi avait indiqué en juillet qu'elle établirait à Francfort le siège de ses activités de marché pour l'Europe et qu'elle pourrait créer 150 nouveaux postes en Europe continentale afin de poursuivre ses activités européennes une fois que le Royaume-Uni aurait quitté l'UE en 2019.

"L'option la plus évidente était de convertir notre filiale allemande en société d'investissement. Elle était déjà dotée en capital et nous y comptons plus de 300 personnes. Mais nous avons aussi initié une demande de licence de broker-dealer en France", déclare le patron EMEA.

James Cowles précise que le Brexit ne devrait pas affecter plus de 100 à 200 postes chez Citi et que ceux-ci seront transférés dans les principales implantations de la banque en Europe, comme Francfort, Paris, Milan ou le Luxembourg.

"Nous procéderons aussi à des recrutements. Notre entité allemande captera certainement des spécialistes juridiques, des risques, des ressources humaines et des finances. Mais ce qui est certain aussi, c'est que la taille de Paris sera plus importante demain qu'aujourd'hui."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :