Fraude aux changes : HSBC écope d'une amende de 100 millions de dollars aux Etats-Unis

 |   |  415  mots
HSBC a convenu de prendre des mesures supplémentaires pour améliorer son programme de conformité aux marchés mondiaux et ses contrôles internes a déclaré la banque. L'ex-trader qui aurait commis la fraude sur le marchés devises au détriment des clients a été condamné.
"HSBC a convenu de prendre des mesures supplémentaires pour améliorer son programme de conformité aux marchés mondiaux et ses contrôles internes" a déclaré la banque. L'ex-trader qui aurait commis la fraude sur le marchés devises au détriment des clients a été condamné. (Crédits : Stefan Wermuth)
Dans une affaire d'escroquerie, où un trader a manipulé des prix de la livre sterling au détriment d'entreprises clientes, la banque britannique a conclu une transaction avec le ministère américain de la Justice. L'affaire remonte à 2010-2011 et le trader en question a été reconnu coupable en octobre dernier.

C'est une affaire différente des manipulations des taux de change Euribor et Libor mais qui concerne également le marché des devises. La banque britannique HSBC a conclu un accord transactionnel avec ministère américain de la Justice, pour 100 millions de dollars, afin de mettre un terme aux poursuites engagées pour fraude au détriment de deux de ses clients. Le Department of Justice (DoJ) a annoncé jeudi que HSBC paierait 63,1 millions de dollars d'amende et 38,4 millions de remboursements.

"Les aveux de HSBC dans le cadre de cette enquête confirment que la banque a utilisé à plusieurs reprises illégalement des informations confidentielles sur ses clients à son propre bénéfice", a déclaré le procureur-général adjoint par intérim John Cronan, dans le communiqué.

Ce type de fraude s'appelle le "front-running" : tirer parti de l'ordre passé par un client pour prendre des positions et engranger une plus-value.

"HSBC a escroqué deux clients en procédant à du "front-running" qui leur a permis d'acquérir des millions de dollars au profit de leur institution et de nuire à leurs clients", a déclaré l'agent spécial du FBI Tim Slater.

L'ex-trader condamné

Il s'agissait en l'occurrence de transactions de plusieurs milliards de dollars sur la livre sterling, au détriment du groupe Cairn Energy, que HSBC a déjà indemnisé, et d'une autre entreprise dont l'identité n'a pas été révélée. Les faits remontent à 2010 et 2011. "Au total, HSBC a reconnu avoir réalisé des bénéfices d'environ 38,4 millions de dollars lors de la première transaction en mars 2010 et d'environ 8 millions de dollars dans le cadre de la transaction avec Cairn Energy en décembre 2011", indique le communiqué du DoJ.

L'ex-responsable mondial du marché des devises à Londres à l'époque, Mark Johnson, a été reconnu coupable en octobre dernier par un tribunal américain dans cette affaire et sera fixé sur sa peine le 15 février.

"HSBC a également convenu de prendre des mesures supplémentaires pour améliorer son programme de conformité aux marchés mondiaux et ses contrôles internes et a accepté de coopérer pleinement avec les autorités réglementaires et les forces de l'ordre", a indiqué la banque dans son propre communiqué.

Un ancien trader de la Barclays vient d'être inculpé aux États-Unis par le même procureur, John Cronan, pour une fraude similaire de "front running" sur le marché des changes et la livre sterling, lors de l'OPA de HP sur Autonomy en 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2018 à 12:49 :
HSBC son pantalon mais ce sont des exhibitionnistes alors...
Toi vouloir argent ? moi y'en a plein, je le vol légalement regarde !
Il est gentil le petit Etat rabougris, good boy!
a écrit le 20/01/2018 à 5:45 :
et les états qui manipulent leur monnaie au détriment des peuples on en fait quoi?
a écrit le 19/01/2018 à 16:50 :
HSBC est une Bankster Bank. Des amendes de quelques millions ou milliards d'euros ne la feront pas changer d'attitude. Ils gagnent tellement de pognon avec les activités illégales qu'ils s'en foutent. Tellement "Big", qu'ils ne craignent ni la faillite, ni la prison.
Aucun Etat ne peut plus rien contre HSBC et c'est bien là le problème.
a écrit le 19/01/2018 à 11:31 :
bon 100 millions par rapport aux milliers de milliards que possède hsbc c'est rien mais au moins les américains font cracher les établissements financiers spécialistes de la fraude fiscale pendant qu'en UE on leur sans arrêt fait des courbettes et des ronds de chapeau.
Réponse de le 19/01/2018 à 17:32 :
Ne pas oublier que gouvernements et parlements s'accordent pour définir la fraude, et qu'ils sont plutôt mal placés pour prêcher la morale à nous qui sommes des fraudeurs et des délinquants en puissance; certains sont déjà pas mal habillés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :