Scandale du Forex : Goldman Sachs licencie un haut responsable, ex-trader chez HSBC

 |   |  303  mots
A l'époque des malversations supposées, le trader travaillait pour la banque britannique HSBC, qui a écopé d'une pénalité financière de 618 millions de dollars.
A l'époque des malversations supposées, le trader travaillait pour la banque britannique HSBC, qui a écopé d'une pénalité financière de 618 millions de dollars. (Crédits : reuters.com)
Frank Cahill avait rejoint la banque en 2012. Il ferait partie des traders dont les malversations ont coûté à six grands établissements au total 4,26 milliards de dollars d'amende.

Jusqu'à présent épargné par le scandale des manipulations supposées des taux de change, pour lequel six grandes banques (Citigroup, JPMorgan Chase, HSBC, UBS, RBS et Bak of America) se sont vu infliger la semaine dernière une amende totale de 4,26 milliards de dollars, Goldman Sachs voit à présent son nom lié pour la première fois à l'affaire. La banque a en effet licencié l'un des traders vedettes dont les malversations ont été condamnées par les régulateurs britanniques, suisses et américains, a révélé la presse anglosaxonne mardi 18 novembre.

>>LIRE: Scandale du Forex : cinq banques mises à l'amende, dont UBS et JP Morgan

Frank Cahill avait rejoint Goldman Sachs dans ses bureaux londoniens en 2012, où il était vice-président des opérations de courtage des changes.

Un ancien de HSBC

"Aujourd'hui, il a quitté la société", a indiqué un porte-parole de l'établissement à l'AFP. "Son départ est lié à une période précédant son arrivée chez Goldman Sachs", a-t-il ajouté.

A l'époque des malversations supposées, le trader travaillait pour la banque britannique HSBC depuis 2010 - après être passé chez Barclays -, qui a écopé d'une pénalité financière de 618 millions de dollars.

Goldman Sachs aurait coopéré

Selon des sources proches du dossier citées par l'AFP, Goldman Sachs a coopéré avec les enquêteurs qui lui auraient demandé des documents sur Frank Cahill, ainsi que sur d'autres cambistes dont Mitesh Parikh, le responsable de ses activités de courtage de changes en Europe. Ce dernier a quitté la banque en septembre. Au total plus d'une trentaine de traders et d'employés répartis sur trois continents (Asie, Europe et Amérique) ont déjà été licenciés ou suspendus par leurs employeurs dans le cadre de l'affaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2014 à 20:07 :
Encore un fusible qui va toucher un pactole non négligeable pour ... se taire.
a écrit le 19/11/2014 à 16:36 :
et ces gens la ne vont jamais en prison....
a écrit le 19/11/2014 à 16:06 :
Chez Goldman, il faut savoir tricher sans se faire prendre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :