Warren Buffett repart à la chasse aux acquisitions

 |   |  338  mots
Copyright Reuters
Le holding d'investissement du milliardaire américain, Berkshire Hathaway, a réalisé un bénéfice de près de 13 milliards de dollars en 2010.

Après une année 2010 fort profitable, Warren Buffett est prêt à repartir à la chasse aux acquisitions. « Il va nous falloir à la fois de bonnes performances sur nos sociétés, et davantage d?acquisitions majeures », a indiqué le milliardaire dans sa lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway, son holding d?investissement. « Notre fusil à éléphant est rechargé et la gâchette me démange ».


En 2010, Berkshire Hathaway est parvenu à améliorer son résultat net de 61% à 12,97 milliards de dollars, selon les chiffres publiés vendredi sur le site de la société. Warren Buffett a saisi l?occasion pour souligner le bien-fondé de son acquisition du groupe ferroviaire Burlington Northern Santa Fe, réalisée il y a un an pour 26,5 milliards de dollars. Apparemment, cette opération sera favorable au delà des espérances : elle devrait en effet augmenter la capacité « normale » de résultat de la société d?investissement de 40% avant impôt et de plus de 30% après impôt. Berkshire Hathaway estime cette capacité bénéficiaire « normale », pour les actifs actuellement détenus, à environ 17 milliards de dollars avant impôt et à 12 milliards après impôts.


Berkshire Hathaway peut se permettre de nouvelles acquisitions : la société présente un trésor de guerre de 38 milliards de dollars (27,6 milliards d?euros) à fin 2010. « L'argent va toujours vers l'endroit où il y a des opportunités et, en ce moment, l'Amérique en regorge », a poursuivi Warren Buffett dans son courrier aux actionnaires.

Berkshire Hathaway a précisé qu?il augmentait actuellement sa participation dans le capital du conglomérat industriel Marmon Holdings. Fin 2007, la société d?investissement avait acquis 60% du capital du groupe américain pour 4,5 milliards de dollars. Cette participation devrait être portée à 80% pour l?équivalent de 1,5 milliard de dollars. A l'in verse, le portefeuille de Berkshire devrait être délesté d'ici la fin de l'année des actions préférentielles dans Goldman Sachs et General Electric, achetées au beau milieu de la crise financière.

 
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2011 à 5:56 :
C'est l'histoire d'un mec heu! qui fait partie d'une poignée de mecs heu !
qui ont provoqué une crise pour profité de cette même crise!
Au détriment de milliards de pauv'mecs heu !
Mais que veut il dire par {Notre fusil à éléphant est rechargé et la gâchette me démange}
L'éléphant est une espèce protégée, pas l?âne !
a écrit le 28/02/2011 à 18:29 :
Que penser d'un holding d'investissement dont le seul et unique but est de réaliser de gros bénéfices pour actionnaires cupides?
Des sommes colossales se placent et se déplacent sans cesse sur notre planète avec les conséquences que l'on connait sur nos économies
La spéculation tous azimut, comme un cancer, continue à déséquilibrer et ronger nos économies, à rendre les pauvres plus pauvres
Quand notre planète sera bien pourrie, Mr BUFFET apprendra alors que l'argent, l'or ou les actions ne se mangent pas


Réponse de le 20/03/2011 à 8:36 :
vraiment les français vous voyez le diable partout buffet a du bon sens financièrement cherche a t'informer il ne spécule pas
Réponse de le 08/08/2011 à 9:10 :
Tolla a bien raison,

Buffet est un homme qui a du flair, et grâce à ses investissements opportuns et stratégiques, de nombreuses entreprises subsistent ou se portent mieux...
La façon dont certains français stigmatisent ses hommes d'action (sans jeu de mot) est tout simplement désolant. Vive le capitalisme !
a écrit le 28/02/2011 à 7:58 :
Le Buffett est plein d'billets !
a écrit le 27/02/2011 à 17:34 :
Rien d'étonnant, lorsqu'on sait maitriser et reconnaitre les fondamentaux sans tomber dans la fièvre spéculative et qu'on a la force de frappe d'un Buffet, alors faire du cash devient un jeu d'enfants !
a écrit le 27/02/2011 à 17:30 :
voila ce qui ne va plus .
a écrit le 27/02/2011 à 15:46 :
il peux pas me prêter quatre cent mille euros pour acheter,un commerce,ou faire une bonne action,en me les donnant;dieu lui en sera reconnaissant,quand il arrivera au paradis.
Réponse de le 27/02/2011 à 17:26 :
Si vous lui assurez un ROE de 100% alors je crois que c'est possible, mais il faudra vous montrer très convaincant !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :