Coupes claires en série dans la banque de financement et d'investissement

 |   |  463  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avalanche de suppressions de postes dans la banque. Mardi, la Société Générale avait annoncé un plan social de 600 personnes dans la BFI. Ce mercredi, BNP a annoncé la suppression de 373 postes en France et 1.023 à l'étranger, Citigroup pourrait en supprimer 3.000 et, selon le FT, UBS réduirait de moitié ses effectifs.

Après la Société générale, BNP Paribas. Comme sa rivale, qui avait annoncé mardi des réductions d'effectifs dans sa banque de financement et d'investissement (BFI), la banque de la rue d'Antin a détaillé mercredi, lors d'un comité central d'entreprise exceptionnel, les "centaines" de suppressions de postes évoquées par le directeur général Baudoin Prot le 3 novembre, à l'occasion de la publication des résultats trimestriels du groupe.

Pas de licenciements économiques

Les suppressions de postes annoncées aujourd'hui concernent exclusivement la BFI, qui emploie quelque 20.000 collaborateurs, soit 9,7 % de l'effectif global de la banque. Elles portent essentiellement sur l'activité à l'étranger, où 1.023 postes seront supprimés, contre 373 en France, selon des sources cyndicales. Ce plan de réduction d'effectifs s'effectuera sans recours à des licenciements économiques, mais par des reclassements internes et un plan de départs volontaires.

Réduction de voilure dans le financement aéronautique

Ces réductions d'effectifs sont le corollaire de la réduction de 10% de son bilan annoncée par BNP Paribas , le 14 septembre. Cette mesure, qui prévoyait de réduire de 70 milliards d'euros les actifs pondérés de la banque, vise à accélérer sa mise en conformité avec la future réglementation de Bâle III, relative au renforcement des fonds propres des banques. Dans le cadre de cette réduction du bilan, la BFI est en première ligne : ses besoins de liquidités en dollars seront diminués de 60 milliards de dollars supplémentaires d'ici à la fin 2012, après une baisse de 22 milliards au premier semestre 2011. Ce qui la conduira à réduire la voilure sur des métiers comme le crédit export et le financement d'avions et de bateaux.

Comme la Société Générale...

La veille, mardi 15 novembre, Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale, avait réuni les organisations syndicales, pour leur annoncer officiellement un plan social d'environ 600 personnes dans la BFI. La priorité sera donnée aux départs volontaires et la direction s'est engagée à ce qu'il n'y ait pas de licenciements secs.

Citigroup dans le courtage et la banque d'investissement

La banque américaine Citigroup va supprimer neuf cents emplois dans ses activités de courtage et de banque d'investissement en raison de la crise financière, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, confirmant des informations du Wall Street Journal. Selon cette source, les suppressions représentent 5% des effectifs mondiaux de ces deux divisions. Au total, la banque pourrait supprimer jusqu'à 3.000 emplois, soit 1% de l'ensemble de ses effectifs mondiaux, mais n'a pas encore pris de décision définitive, a-t-elle précisé.

Et, selon le Financial Times, UBS aurait prévu de réduire de moitié ses effectifs dans ce secteur de la BFI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2011 à 11:42 :
Vous me faites rire ... Je suis en front sur les marchés et tous ceux qui critiquent les marchés sont des personnes sans fondements qui ne savent prendre aucunes décisions et remettent la faute sur les autres. Dans mon métier, on vend quand on encaisse des gains et on ne pleure pas quand on fait une perte, c'est le jeu...

Si vous estimez que les banques vous vendent des produits dit à but commercial et bien ne signez pas, ce n'est pas le banquier qui signe à votre place.....!!!! :)

Avancez dans votre vie sans vous trouver des excuses quand vous échouez ou vous faites avoir ....
a écrit le 17/11/2011 à 2:48 :
@ Christine Lejoux: "syndicales" et non pas "cyndicales"...
a écrit le 16/11/2011 à 21:01 :
Ben tu est banquier ?
a écrit le 16/11/2011 à 19:25 :
un peu de chômage au sein des banques permettra de faire revenir sur terre le personnel des banques qui pratique l'abus de domination financière et font de la vente forcé = se croivent intouchables. Oui, une banque est utile a condition que le banquier soit un bon conseiller financier et non un commercial sans etat d'ame qui coule volontairement son client pour faire du profit sur le court terme !
Réponse de le 17/11/2011 à 8:46 :
D'accord avec toi sur le second point mais quand tu as des objectifs à tenir tu fais quoi ? Faut pas se leurrer, c'est comme un commercial automobile qui a un certain nombre de véhicules à vendre ! Personnellement j'ai 8 "produits" à vendre par jour.....
Je ne m'attendais pas à cela lorsque j'ai intégré la banque, je pensais faire du conseil et non du commercial. Ceci dit, si je veux garder ma place....
a écrit le 16/11/2011 à 19:05 :
373 personnes sur 33000 en France chez Bnpp. ? reste correcte.
Réponse de le 17/11/2011 à 16:03 :
ca reste 373 personnes qui travaillent et cotisent aujourd'hui et seront au chomage demain
a écrit le 16/11/2011 à 17:09 :
Je n'arrive pas a comprendre le manque d'intelligence de certaines personnes et leur haine vis a vis des Banques. Si les Banques sont comme elles le disent inutiles, mais pourquoi donc, perdent-elles leur temps a les dénigrer??? Qu'elles passent leur chemin et arrêtent de baver sur la réussite des autres!
a écrit le 16/11/2011 à 16:22 :
Il faut supprimer les banques car elles asservissent les populations
Réponse de le 16/11/2011 à 17:05 :
Personnes ne vous oblige a avoir une compte bancaire ou a boursicoter.Vous êtes libres de faire du troc et de revenir a l'Age de Pierre.
a écrit le 16/11/2011 à 15:57 :
L'Etat a soutenu en 2008, deux industries qui détiennent un nombre important de salariés, c'est l'automobile et la banque. Il fallait et il faut les soutenir pour conserver notre tissu industriel qui génère un fort potentiel d'embauche.
Réponse de le 16/11/2011 à 16:19 :
Parce que la banque est une "industrie"...?? Voyez le dictionnaire.
a écrit le 16/11/2011 à 15:39 :
Que ces banques crèvent la bouche ouverte et que l'on finisse à coup de pompe dans la gorge.
Réponse de le 16/11/2011 à 16:21 :
Ne soyez pas jaloux de la réussite professionnelle des autres et ne vous en prenez qu'a vous même si la votre est ratée.
Réponse de le 16/11/2011 à 16:21 :
Que les banques cr?nt comme vous dites et c'est votre emploi et des centaines de milliers d'autres qui seront perdus. Votre remarque est totalement d??de sens est de mesure. C'est affligeant.
Réponse de le 16/11/2011 à 16:22 :
Si vous ne pouvez être employé par une banque et gagner très correctement votre vie, c?est simplement vous êtes limitée intellectuellement.
Réponse de le 16/11/2011 à 17:10 :
Encore un qui s'est fait refuse un crédit par sa banque...
a écrit le 16/11/2011 à 14:13 :
il est temps qu ils passent de l autre cote du guichet
Réponse de le 16/11/2011 à 14:36 :
Ne soyez pas jaloux de la réussite professionnelle des autres et ne vous en prenez qu'a vous même si la votre est ratée.
Réponse de le 16/11/2011 à 15:46 :
sans intérêt comme commentaire
Réponse de le 16/11/2011 à 15:46 :
(celui de Ben)
Réponse de le 16/11/2011 à 20:51 :
ras de terre votre commentaire......si pour vous être au guichet est une reussite!!!!
Réponse de le 17/11/2011 à 16:00 :
ce n'est pas un déshonneur d'être au guichet, il n'y a qu'a voir toutes les personnes qui hurlent à l'infamie lorsque le guichet est fermé temporairement ou qu'une machine le remplace. Respectez les agents de caisse au lieu d'être méprisant. Je pourrais aussi bien ne plus travailler et profiter du système. pauvre personne!
a écrit le 16/11/2011 à 13:28 :
Eh oui, l'ère Pebereau est terminée, avec ses qualités et ses défauts. L'être humain est passé au dixième plan. L'ère des transfuges issus de la Grande distribution et son corollaire, le rouleau compresseur à broyer les hommes est en train de se mettre en place : Rentabilité à tout prix, point final.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :