Les crédits immobiliers dégringolent en France

 |   |  281  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le montant des crédits immobiliers a chuté de 25,7% en janvier, en raison des incertitudes macro-économiques et de la suppression d'aides comme le prêt à taux zéro.

"C'est un coup de massue." Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest, n'a pas de mots assez forts pour qualifier, dans un entretien à l'AFP, la chute du montant des crédits immobiliers accordés par les banques, en France. Un montant qui a dégringolé de 25,7% en janvier (par rapport à janvier 2011), selon une étude de l'Observatoire Crédit Logement/CSA, publiée lundi. Cette "chute est comparable à celle de 2009, au moment de la crise des subprimes (crédits hypothécaires américains à risque)", affirme Michel Mouillart.

Des taux de crédit proches de la barrière psychologique de 4%

Les raisons à l'origine de ce plongeon sont multiples. Les incertitudes macro-économiques et la montée du chômage n'incitent guère les ménages à s'endetter sur trente ans pour réaliser l'achat de leur vie. A cela s'ajoute depuis le 1er janvier la suppression du prêt à taux zéro (PTZ) pour les acheteurs dans l'ancien et la réduction, effective depuis le 1er janvier également, de 22% à 13%, du taux de l'avantage fiscal Scellier accordé aux investisseurs acquérant un logement neuf. Sans oublier la hausse des taux des crédits immobiliers, passés de 3,25% en moyenne en novembre 2010 - leur plus bas niveau depuis 1945 - à 3,97% en janvier 2012, à une encâblure seulement de la barrière psychologique des 4%.

La chute des crédits est estimée à 20% pour 2012

Comme l'écrit sobrement l'Observatoire Crédit Logement/CSA, "l'année 2012 ne commence pas très bien" et elle ne devrait pas s'achever beaucoup mieux. Michel Mouillart table sur un plongeon de 20% des crédits immobiliers accordés par les banques, cette année, à 130 milliards d'euros. Loin, très loin, du record historique de 2007 de 170,2 milliards.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/02/2012 à 12:54 :
Normal que le montant des crédits immobiliers chute. Beaucoup d'acheteurs potentiels ne peuvent plus acheter. Les prix de l'immobilier dopés par les différentes aides dont le PTZ Plus dans l'ancien, ont atteint des sommets. Plus d'aide, prix de l'immobilier complétement déconnectés de la réalité économique et des revenus des ménages qui stagnent depuis des années, quelques points de crédit en plus.... et les acheteurs potentiels ne peuvent plus suivre. Le resserrement des conditions d'accès au crédit n'est pas le seul responsable de la baisse des crédits accordés en ce début d'année, le niveau des prix de l?immobilier y est pour beaucoup. Et je ne vois qu'une solution pour que le marché reparte, une bonne baisse des prix que tout le monde attend.
a écrit le 21/02/2012 à 22:49 :
D'un point de vue strictement économique, cela commence à redevenir cohérent... Le ratio DETTE/PIB s'évolant, la France s'appauvrit techniquement, donc les crédits doivent se faire plus rares.

La cohérence commence à revenir... Reste à annuler 25 ans de niches fiscales immobilères, financées, je le rappelle, à découvert (puisque financées par l'émission de dettes), et peut-être allons-nous avoir, enfin , un marché immobilier en France, non faussé par l'interventionisme étatique.
a écrit le 08/02/2012 à 7:17 :
Fin de la récréation, retour aux réalités économiques. Les prix de l'immobilier ne peuvent rester décorréler durablement du PIB d'un pays. Nous sommes là dans la dernière phase précédant l'éclatement d'une bulle spéculative : l'effondrement du nombre de transactions. Rien ne sert de vouloir maitenir cette bulle artificiellement, comme l'ont fait les PTZ et autres Scellier, la chute n'en sera que plus rude. Tout le monde peut se réjouir de cet éclatement, sauf les pigeons qui viennent d'acheter en suivant les ''conseils'' des agences immobilières et des notaires...
Réponse de le 08/02/2012 à 23:13 :
Là il faut admettre que la baisse semble inéluctable. Après la disparition des aides de l'Etat, je ne vois vraiment pas ce qui sauvera le marché. On descendra probablement assez vite vers un retour au réel.
Réponse de le 10/02/2012 à 6:58 :
"Tout le monde peut se réjouir de cet éclatement, sauf les pigeons qui viennent d'acheter en suivant les ''conseils'' des agences immobilières et des notaires..."

C'est certains. D'ailleurs c'est probablement avec des argumentaires aussi généralistes et plats que le vôtre que ces agences endorment lesdits pigeons.
Réponse de le 10/02/2012 à 10:52 :
Fabien COMINOTTI : En même temps l'endormissement du lobby immo est du même type depuis des années, faut dire qu'eux ils sont puissants.
a écrit le 07/02/2012 à 19:59 :
- 20 % alors que les taux sont bas !
Mais ça va être une véritable boucherie lorsqu'ils remonteront ! Sans parler des mesures que la prochaine majorité prendra et qui n'iront pas dans le sens de la hausse.
Désolé mais il ne faut plus rêver d'un atterrissage en douceur... On se dirige au contraire vers un joli Krach, comme aux USA, Espagne etc...
Réponse de le 09/03/2012 à 15:37 :
+1
a écrit le 07/02/2012 à 18:39 :
Les commentaires me font penser qu'il existe que Paris en France mais les prix sont également élevés en PACA à Nanters , Bordeaux,Lyon.....
En dehors des pris élevés du construit ne pas oublier les terrains dans certaines régions, ne pas oublier non plus que le changement du système de taxation des résidenses en location sont aussi un frein.
Les petits proprios qui voulaient investir dans de la pierre regardent à deux fois.
Aucun politique n' a réussi la politique du logement et ce n'est pas les mesures présenter par le Président qui va changer la donne, au fait M.le Président savez vous que les allemands ont un meilleur système de loacation que le notre mais la pas une parole de votre part et oui cela montrerait encore un vos échecs du discours sans effet de 2007. Il faut noter également que le politique est incapable de trouver un accord avec les banques sur une période donnée de droit au chômage dans la durée du crédit.
Au fait il parait qu'il existe un secrétaire d'Etat au logement efficace NON CAR POLITIQUE tout dans le discours RAS dans l'efficacité
Réponse de le 20/02/2012 à 18:36 :

BAISSE PROGRAMME EN ( PACA) == comme sous le soleil d ESPAGNE...
a écrit le 07/02/2012 à 16:36 :
Normal que le montant des crédits immobiliers baisse. Et ce n'est pas l'argent qui manque comme certains le pensent. En période de crise comme celle que nous vivons, qui va prendre le risque de faire une acquisition immobilière, alors que personne ne peut affirmer avoir encore un job dans 6 mois. Et la crise n'est sans doute pas le seul facteur... La confiance qu'ont les français en leurs dirigeants me semble beaucoup plus déterminante.
a écrit le 07/02/2012 à 16:34 :
Il est probable que la bulle va exploser mais pas partout: A Paris l'offre est tellement faible qu'une baisse des prix la restreindra encore. En revanche ce qui risque de plonger c'est le pavillonnaire industriel au dela de la banlieue, auquel on a condamné les pauvres.
Baisse des prix des maisons+ endettement sur trente ans+augmentation des factures chauffage et bagnole = crise sociale majeure + crise bancaire (nos subprime)tout cela à cause de à nos incompétents au pouvoir.
Réponse de le 07/02/2012 à 17:45 :
Je trouve votre synthèse pertinente et votre équation est sans équivoque.
Réponse de le 07/02/2012 à 17:57 :
Il y a 17000 annonces pour Paris sur seloger. On est très loin de la pénurie contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire. D'ailleurs il y a une forte contraction du volume des ventes. Les prix vont baisser partout, et Paris ne fera pas exception.
(N'oubliez pas les chantiers des Batignolles ou du quartier Massena avec des milliers de logements en cours de construction)
Réponse de le 24/02/2012 à 9:36 :
les prix baisseront à Paris , la dernière baisse des années 1990 avait vu les prix baisser de 40 % en moyenne ( jusqu'à 60 voire 70% dans certains endroits) entre 1991 et 1998, elle faisait suite à une période des anneés 80 où les prix avaient été multipliés par 3.... Et ce genre de cycle est déjà arrivé sur Paris Cf Jacques Friggit.
De plus la pénurie est un mythe même sur Paris.

A Bon entendeur
a écrit le 07/02/2012 à 15:01 :
Enfin les riches vieux vont manger leur chapeau et les jeunes vont pouvoir acheter!
En attendant 30% de baisse, je loue (la location n'est pas trop cher encore). Les pigeons vont se raréfier, ils sont déjà tous ruinés.
Mais quand tout cela sera devenu raisonnables, vous pourrez vendre à nouveau, mais 30% moins cher, au moins.
a écrit le 07/02/2012 à 14:02 :
"Les raisons à l'origine de ce plongeon sont multiples... "
Vous oubliez la raison principale : les PRIX délirants (8360 euros le m2 en moyenne à Paris).
Les acheteurs ne sont pas fous. Ils ont compris que les prix ne pouvaient pas se maintenir à ces niveaux. D'ailleurs, le nombre de transactions est aussi en chute libre.
a écrit le 07/02/2012 à 13:30 :
il ne faut pas s'inquiéter , février sera pire et mars aussi , l'enrichissement d'un petit nombre passe par le racket des peuples d'en bas . Elle va être belle cette France que nous laisserons à nos descendants
a écrit le 07/02/2012 à 10:19 :
le sujet n'est pas le taux de 4% mais le maintien de prix élévés compte tenu de l'absence d'offres, le matraquage fiscal sur l'immobilier (taxes locales, impôt sur les plus values, droits de cession etc.) et la réduction des prêts accordés par les banques.
a écrit le 06/02/2012 à 20:28 :
Depuis le temps que j'attends que Moullard s'en prenne une belle dans la tronche avec ses "l'immobilier ne peut que monter ..." et autres "c'est le moment d'acheter" sans oublié le très bon : "les fondements sont sains". 150% en 10 ans c'est sains ... Que de la bouillabaise pour moutons français. C'est vrai que ça la mayonnaise à bien pris. Bref je sens que les prochaines années, je vais m'acheter un bon gros paquet de pop corn pour voir comment il va essayer de se raccrocher aux branches de l'immo. Tel un chimpanzé en chute libre qui va tenter retournement de veste avec des autre "je l'avais vu venir" que personne ne gobera. Tout cela va encore une fois confirmer que les experts ne sont que des vendus du lobby et qu'ils ne méritent pas toute l'attention médiatique.
a écrit le 06/02/2012 à 20:25 :
Rien de surprenant ! Nous allons assister comme je l ai toujours dit à un effondrement du marché immobilier ( transactions) et pas forcément des prix . Quel investisseur va acheter compte tenu du matraquage fiscal brutal ( CSG, PV ) et le manque total de visibilité ? Quel primo accédant va acheter aujourd hui si les prix baissent et si les prêts a taux zéro sont limités au neuf ? Je donne un conseil aux locataires : gardez votre location et bichonner votre proprio !
Réponse de le 06/02/2012 à 21:27 :
Trop bon la dernière phrase venant d'une proprio justement !
Réponse de le 07/02/2012 à 11:01 :
Il y a de quoi être surpris que nos grands visionnaires soient surpris... C'est vrai que cela est devenu une norme ! A presque 10k? le m2 à paris, il faut nous expliquer comment certains peuvent penser que c'est une situation normale, et que des tonnes d'acheteurs, tous fortunés se pressent pour faire de bonnes affaires ! En réalité, les bonnes affaires sont pour les intermédiaires, l'état, les banques. Aux prix actuels, l'acheteur est un pigeon et le drame c'est qu'il commencent à s'en trouver qui deviennent lucides ! La clé c'est que l'immobilier va devoir redevenir accessibles pour les jeunes, exclus depuis 10 ans de toute perpective d'achat, sinon : point de salut !
a écrit le 06/02/2012 à 20:22 :
Votre article laisse entendre que le plongeon de 25% de crédits immobiliers seraient dû fait des emprunteurs et du taux moyen relevé à 3,92%. Soit, mais il occulte le changement radical de comportement des banques depuis ces derniers mois. Et c'est peut-être le signe le plus inquiétant selon moi. Car lorsque les banques ferment le robinet sur le long terme...
Réponse de le 06/02/2012 à 21:14 :
regarder la video sur le pret usuraire de rachid abou houdeyfa sur youtube et juste avant pour la neutralite regarder la video qui s'intitule argent dette de paul grignon toujours sur youtube.

a bon entendeur,
Réponse de le 06/02/2012 à 22:57 :
Merci Nicolas pour les liens que je reommenderai aux apprentis économistes (surtout la video moraliste fracassantre à souhait). Soyez gentil lors de vos prochains échanges de ne pas les terminer par un "A bon entendeur" menaçant.
Réponse de le 07/02/2012 à 11:06 :
ça ne fait que refleter les salaires misérables des primos accedants, les jeunes quoi.. ainsi que le cout prohibitif d'un logement principal. tout le reste n'est que poudre au yeux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :