Bonus en berne pour la banque suisse UBS

 |   |  320  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque helvétique a réduit de 40% l'enveloppe des bonus accordés à l'ensemble de ses collaborateurs, au titre de 2011. La division banque d'investissement est la plus touchée, avec une diminution de 60% de ses rémunérations variables.

UBS ne fait pas de cadeau à ses employés. Le bénéfice net de la banque suisse a chuté de 44% en 2011, à 4,2 milliards de francs suisses (3,5 milliards d'euros) ? Et bien, les bonus plongeront à due proportion. Dans son rapport annuel publié ce jeudi, la banque helvétique fait état d'une réduction de 40% de l'enveloppe globale de ses bonus, au titre de 2011, à 2,6 milliards de francs suisses. Il s'agit là d'une moyenne car les collaborateurs de la division banque d'investissement, eux, voient leurs rémunérations variables dévisser de 60%.

Une fraude qui a coûté 2,3 milliards à la banque

Si la banque d'investissement est plus durement sanctionnée, c'est parce qu'elle a pesé très lourd dans la chute des bénéfices d'UBS, l'an dernier. Au quatrième trimestre 2011, elle a accusé une perte avant impôts de 256 millions francs suisses, alors que l'ensemble du groupe a dégagé un bénéfice, certes en baisse de 40%, mais un bénéfice tout de même, de 584 millions. De plus, la contre-performance de la banque d'investissement ne résulte pas seulement d'un environnement boursier exécrable au second semestre 2011, crise de la zone euro oblige, mais également de la fraude perpétrée par l'un de ses traders, Kweku Adoboli, fraude qui a coûté 2,3 milliards de francs suisses à la banque.

Le patron de la division gestion de fortune outre-Atlantique est le mieux payé

A l'inverse, le patron de la division gestion de fortune sur le continent américain, Robert J. McCann, tire bien son épingle du jeu. L'homme n'est autre que le membre le mieux payé du comité exécutif, avec une rémunération globale de 9,2 millions de francs suisses, au titre de l'exerciec écoulé, dont 7,8 millions de bonus. Il faut dire que le bénéfice avant impôts de la division gestion de fortune outre-Atlantique a baissé de 18% "seulement" au quatrième trimestre 2011, à 114 millions de francs suisses.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :